La main qui fait mal à la tête

Article publié dans la rubrique Divers

Cet article parle de : , , , ,

Petit article surtout pas exhaustif, et un peu cynique…

Jeudi 18 novembre 2009, journal de 20h sur France 2, chaîne publique, David Pujadas ouvre les actualités par celle qui passionne la France depuis vingt-quatre heures : la qualification de la France "haut la main"…la (double) main étant celle de Thierry Henry, à l'origine du but des Français. Remarque : avant cette main il y avait déjà deux Français hors jeu (Henry et Gallas).
Bref, un but "honteux" mais ce n'est pas le premier, les arbitres font ce qu'ils peuvent, je suis le premier à l'enseigner à mes élèves dans un esprit de respect et d'acceptation de la faillibilité humaine.
Quelques minutes plus tard, second sujet du journal : le jugement qui tombe enfin au procès AZF, huit ans après la tragédie qui a fait, rappelons-le, 31 morts…
Troisième sujet ensuite : l'élection du président du Conseil européen. L'Europe est quand même d'une importance essentielle pour nos vies futures…
Quatrième sujet : la réforme de l'enseignement secondaire au lycée (avec, soit dit en passant, l'obligation d'une initiation à l'économie en secondemais toujours pas de matière à orientation écologique au programme, va comprendre…).
Etc.
Le constat est implacable : une fois de plus le football a la priorité du journal télévisé, car dans ce genre d'émission on ne garde pas le meilleur pour la fin.
Évidemment "chacun" y va de son avis, par exemple ce pilier de bar que ma femme a entendu dire "Si j'étais Thierry Henry moi j'allais voir l'arbitre et je lui disais que j'avais fait main". Ben voyons…Ça me rappelle le problème des soixante millions de sélectionneurs français à l'approche de chaque coupe du monde (néanmoins il existe des êtres exceptionnels, comme ce joueur anglais qui est allé voir l'arbitre pour lui demander de ne pas siffler un penalty sur lui, ou cette sauteuse en longueur allemande qui a demandé aux juges de remesurer son saut qui semblait trop long…Ces sportifs ont agi au sens le plus chevaleresque du mot sport et ont reçu un prix pour leur fair-play. Car on ne dit pas ce qu'on aurait fait devant un verre de rouge. Seule l'action vécue permet de connaître sa valeur morale en plein stress).
Aujourd'hui j'ai regardé un bout de JT à 13h, sur TF1. Ledit JT a à nouveau largement évoqué "l'affaire Henry" qui prend un tour politique tant le moral d'une nation peut être lié aux résultats de son équipe de football! À la fin du sujet foot il a quand même dit "Plus sérieux maintenant : le procès AZF…".
Voilà ce qui m'intéresse aujourd'hui : le football est-il encore un jeu, est-il encore futile? Et, au delà de la question de ce sport en particulier, le futile l'est-il vraiment? On pourrait dire les choses autrement : le futile est parfois prioritaire dans l'actualité. Mais s'il devient prioritaire c'est qu'il n'est plus futile…joli casse-tête pour une main dans un jeu au pied.
J'observe de fréquentes discussions, longues, animées, à propos de téléphones portables, de vêtements, d'un modèle de voiture…de l'équipement d'un vtt. Tout cela n'est-il pas futile?
Peut-être que non en fait…L'homme semble tout à fait capable d'embellir sa vie avec un amoncellement de "futilités". Sur Canal + il y a quelques années, Jérôme Bonaldi disait souvent "ça ne sert à rien donc c'est indispensable".

Bien sûr l'homme est tout à la fois capable de s'enflammer comme une torche pour un match de foot et de dire ensuite "C'est que du foot". Tout comme il est capable de critiquer les industriels qui produisent à tout-va tout en consommant à tout-va lesdits objets produits par ces industriels, ou de décréter qu'une émission est nulle tout en la regardant à chaque fois, or l'émission ne perdure que parce qu'elle est regardée…
L'homme a globalement une conscience assez limitée de ce qu'il fait et de la cohérence de ce qu'il fait. Il est vrai qu'avoir conscience de nos contradictions peut être difficile à vivre. On est plus heureux quand on consomme sans arrières pensées que quand on pense aux dégâts écologiques de la surconsommation.Du coup la fonction "d'opium du peuple" du jeu, du sport, du football…est parfaitement compréhensible. Pendant qu'on "philosophe" sur la main de Thierry Henry on évite de se faire mal à la tête avec des sujets réellement graves.

On dit merci qui? Merci Thierry Henry!

Imprimer cet article Imprimer cet article