Bourmont, jolie parenthèse route, 1ère caté

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , , , , , ,

 


   Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas couru deux « toutes catés » sur route en un mois et demi. La précédente c’était à Joinville le 07 mars, j’avais terminé 17ème sur 101, pas mal.

Le prix de Bourmont est une "parenthèse routière" dans mon programme vtt, avant de reprendre le chemin du vtt en coupe de Champagne le 1er mai, coupe de France le 08 mai…et surtout les 24h des crapauds en solo les 22-23 mai, qui me font déjà saliver ! En attendant il y a 70 engagés à Bourmont, je suis un des quatre "3ème caté"...


Récupérer…

Le lundi 12 avril, pas question de rouler, j’ai trop mal au dos des 4h de Curel solo de la veille. Je termine Le quai de Ouistreham de Florence Aubenas, journaliste de renom qui, incognito, s'est muée pendant plusieurs mois en chercheuse d'emploi à c.v. "vide"...Superbe aventure humaine, magistralement écrite, qui donne envie de ne plus jamais se plaindre de son sort!

Le mardi 13 je me permets 1h30 de  reco de rando vtt en Zesty le matin, et tombe nez à nez avec un gros arbre tombé. J’y retourne l’après-midi avec sac à dos et scie, plus mon petit Jules et deux jeunes qui en profitent pour faire des descentes dans le « canyon » pendant que je scie jusqu’à faire place nette. À la fin de la journée ça fait 3h de vtt cool + 1h de sciage intensif.

Le mercredi je fais une assez longue sortie sur route  : 4h12, 120km, nombreux sprints aux pancartes, ça réchauffe de la pluie qui tombe par intermittence.

Jeudi : cueillette de fleurs de pissenlits, courbé dans les prés vert herbe et jaune fleur. Jules construit une cabane avec des copains. Le printemps c'est enivrant.

Vendredi : 2h10 de vtt Zesty avec un Savoyard rencontré la veille et dont le postérieur, au bout de 200m, découvre les charmes glissants de l'herbe haut-marnaise! Avec Thomas Hartstern on lui présente quelques singletracks qui lui donnent envie de revenir...et de s'entraîner! Il acquiert un exemplaire de VTT Rouler plus vite. Je remarque que, du fait de sa grande rigidité, l'ensemble cintre-potence Koryak de mon Zesty est très sécurisant dans les sauts (bosses, marches). Parfois il vaut mieux quelques grammes en plus et un meilleur comportement du vtt plutôt que l'allègement à tout prix. L'après-midi, une odeur de confiture de pissenlit et une sensation de fatigue m'envahissent...

Samedi 17 avril je roule 1h50 sur Zesty, tranquille avec des potes à qui je montre un nouveau singletrack, pendant que Jules batifole en Tecnic 24 Lite avec les jeunes du club. Le soleil brille de mille feux, loin du nuage de cendres du volcan islandais qui monopolise l'actualité.

Jolie forme.

Dimanche 18 avril, je goûte la confiture de pissenlits au petit déjeuner! Une consistance de miel et une saveur indescriptible...Ca valait la peine de se pencher deux heures dans le pré. Je me rends à Bourmont dont le "mur" a généré quelques belles images dans une étape du Tour 2009. L'arrivée est jugée au sommet mais par une montée un peu moins raide. Le niveau est très relevé, presque que des "premières catés". Mais je me sens bien et participe même à quelques offensives. Au milieu d la course je remarque la couleur grisâtre du ciel malgré l'absence de nuages. L'éruption du volcan islandais qui fait tant parler apporte ses cendres jusqu'ici...Le monde est petit n'est-ce pas! Après moults mouvements de course qui seraient trop longs à décrire je termine 24ème à seulement 2'20" de la victoire (Bardet de Chambéry devant Grammaire du SCO Dijon et Gredy du CC Etupes). Je devance quelques belles pointures et surtout je me suis fait un gros plaisir sur le vélo de route! Merci X-Lite, merci la forme aussi. Les quelques longues sorties sur route récentes ont produit leur effet.

 Je suis bien vu!

Après l'arrivée je me rends à  la réception de remise des récompenses, un des organisateurs me reconnaît et me demande de venir pour me présenter aux coureurs : "Voici un champion qui a été plusieurs fois champion du monde et champion de France vtt!". Etc, etc. Je suis presque gêné! Mais je saisis l'occasion pour féliciter les organisateurs car ce prix de Bourmont a la particularité de proposer un circuit en grande boucle, une vraie petite classique de 120km! Et une sécurité irréprochable. M'exprimant au nom de tous les coureurs, je souhaite que l'épreuve perdure en 2011. Une médaille de la FFC remise à l'organisateur par les commissaires finit de lui tirer quelques larmes et à l'issue de ce sympathique moment tout le monde semble bien décidé à remettre le couvert l'année prochaine, pour notre plus grand bonheur!

Je fais la route du retour : les vaches paissent, les fleurs naissent, les éoliennes tournent, comme à l'aller...La course est passée comme dans un rêve.

Imprimer cet article Imprimer cet article