La tentation de Dijon…et du TRJV!

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , , ,

C'est l'histoire d'une course que je n'aurais pas dû faire, mais la tentation a été la plus forte!
Jeudi 13 mai, le championnat de Champagne m'avait rassuré sur mon état de forme. Du coup le soir même je m'inscris à l'OffRoad de Dijon vtt, alléché par ses jolis 50km. Seulement le vendredi 17 mai je bosse 6h non stop sur les parcours d'un TRJV qu'on organise à domicile, dans le petit paradis vtt de Mélaire (aussi appelé La petite Suisse, c'est tout dire). Le soir je suis rincé (mais Jules trouve le parcours génial, c'est ma récompense), le lendemain matin j'ai des jambes en bois! Un samedi cool ne suffira pas. Malgré une bonne nuit, je me lève fatigué ce dimanche 16 mai. A 6h du matin je pars pour Dijon...à 9h30 je prends le départ d'une édition bien relevée...après 40 minutes de course je suis 7ème scratch...à l'arrivée je suis 19ème et second masters 2, battu par l'Auvergnat Pourrat. Je n'ai fait que reculer. Certains coureurs m'encourageaient en me rejoignant, je roulais un peu avec eux puis je sautais..."A fortiori nous ne sommes pas des surhommes" disaient les Inconnus dans un célèbre sketch. C'était le cas en ce dimanche 16 mai, du moins pour moi.




Surtout, j'avais prévenu les organisateurs dès avant le départ que je souhaitais rentrer chez moi dès l'arrivée de la course...pour voir mon petit Jules courir la descente du TRJV! Je suis rentré à temps pour le voir faire 2ème de la 1ère manche et gagner la seconde...et la descente. Après cela il est reparti directement jouer avec les autres petits "TRJVistes" à descendre ou remonter des passages l'un après l'autre...increvables ces jeunes. J'en parle d'ailleurs dans VTT Rouler plus vite, expliquant que les enfants ont un rendement énergétique digne d'athlètes de  haut niveau. Si on ne craint pas l'effort à leur place, ils peuvent conserver et développer cet immense potentiel...




 




Départ calamiteux et remontée, comme papa le 13 mai!




 




Manquent plus que les phares!




 




Tentative avortée de montée impossible!




 




Un TRJV ça tourne sans fin...surtout après les courses!




Anecdote : en partant à Dijon j'ai vu un jeune chevreuil gambader dans un jardin tout contre une villa. Il était fin, musclé, joueur, insouciant...J'ai pensé à Jules.







Imprimer cet article Imprimer cet article