Tour de France et environnement : du bidon?

Article publié dans la rubrique Ecologie

Cet article parle de : , , , ,

Depuis un an ou deux, les organisateurs du Tour de France proposent quelques initiatives et diffusent quelques messages "verts" censés montrer leur bonne volonté en matière de préservation de l'environnement.

Hier, pendant la retransmission de l'étape Epernay - Montargis, les commentateurs mettaient l'accent sur le caractère bénin du comportement qui consiste à jeter ses emballages énergétiques ou ses bidons, dans la mesure où les spectateurs, avides de souvenirs du Tour, les ramasseraient.

Laurent Jalabert poussait même le bouchon jusqu'à dire que les coureurs faisaient attention à jeter leurs bidons aux endroits où il y avait de spectateurs, ainsi ils étaient certains d'être ramassés.


Voici quelques commentaires et observations relatifs à ces propos:

* Aujourd'hui j'ai regardé attentivement les comportements des coureurs avec leurs bidons en fin d'étape. Il faisait chaud, les coureurs buvaient beaucoup, et j'en ai vu au moins dix en dix kilomètres être jetés dans des haies, à des endroits vierges de tout spectateur (je précise néanmoins que certains coureurs ne jettent plus leurs emballages ou bidons vides, les commentateurs en parlent parfois...tiens c'est donc possible!). Au mieux ces bidons seront ramassés par un employé de la DDE (mais je crains qu'il n'aille pas fourrer son nez sous les haies), plus vraisemblablement ils suivront deux évolutions possibles :

- Ils se dégraderont, en quatre siècles minimum...

- Ils seront ingérés par divers animaux, par exemple des vaches ou des chevreuils, qui au mieux attraperont des maux digestifs, au pire en mourront.


* Aujourd'hui j'ai encore vu des coureurs prendre un bidon à leur voiture et le jeter quelques secondes plus tard. Dans ce cas le bidon n'est qu'un alibi pour se faire pousser par le directeur sportif et reprendre de la vitesse pour réintégrer plus facilement dans le peloton.


* Pour finir, j'ai évidemment vu divers emballages énergétiques être jetés par les coureurs. Je ne pense pas que grand monde ait envie de ramasser ces emballages vides mais encore souillés de pâte ou de gel sucré...En tout cas moi ça ne me viendrait pas à l'esprit...sauf par volonté de ne pas laisser une saleté traîner par terre. Mais justement, les spectateurs du Tour prennent comme modèle des coureurs qui jettent leurs saletés par terre! Comment dans ces conditions peuvent-ils être incités à ramasser?


Il me semble pourtant qu'il existe des solutions assez faciles à mettre en place pour  une entreprise comme le Tour de France, qui dispose de gros moyens:

* Installer tous les 20 à 40km une zone dans laquelle les coureurs doivent jeter leurs détritus, comme on le fait en coupe de France vtt. Si les coureurs jettent ailleurs : leur infliger une pénalité en temps...et APPLIQUER ce règlement sinon il ne sert à rien! Le visionnage des images télé permet de voir une partie non négligeable des comportements des coureurs, et si le règlement est appliqué, il sera sans aucun doute dissuasif.

* Equiper chaque voiture de directeur sportif d''une poubelle dans laquelle les coureurs venant chercher les bidons jetteront les détritus. Un coureur est capable de prendre huit à neuf bidons sur lui et de les remonter à ses équipiers dans le peloton, il est donc capable de prendre leurs bidons vides et leurs détritus (200g maxi au total!) et de les redescendre à la voiture du directeur sportif!


Certains diront que c'est compliqué à mettre en oeuvre, ils trouveront des "arguments" contre ce genre d'initiative...Qu'ils méditent cette phrase de Sénèque:


"Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous ne les faisons pas,

c'est parce que nous ne les faisons pas qu'elles sont difficiles."

 

 

Bref, il faut avant tout la volonté de changer les comportements.

Normalement, en vélo, de la volonté, on en a...

Imprimer cet article Imprimer cet article