Fruits et légumes : ce qui est rare est cher?

Article publié dans la rubrique Ecologie

Cet article parle de : , ,

L'été est la saison des fruits et légumes par excellence, même si ce n'est pas la seule. Récemment et à plusieurs reprises, on a attiré notre attention sur l'augmentation du prix de ces "produits santé". Augmentation moyenne de 8% du prix des fruits et légumes 2010 par rapport à 2009, augmentation moyenne de 11% du prix des fruits et légumes bio, prix moyen des fruits et légumes bio supérieur en moyenne de 70% par rapport aux fruits et légumes non-bio...Cela a de quoi inquiéter quand on sait que ces produits de la terre sont essentiels à notre santé. Est-ce un épiphénomène? Malheureusement je ne le crois pas. Pourquoi? Il semble que, quelles que soient les conditions climatiques annuelles, favorables ou non à la production des fruits et légumes, ceux-ci augmentent chaque année. Bigre.


On peut invoquer de nombreuses raisons à cela, y compris celles les moins avouables qui renvoient à la spéculation à tout crin, jusque sur les matières alimentaires. On a connu cela avec les céréales et les émeutes de la faim, en Haïti par exemple.


Mais je crains qu'il n'existe une raison beaucoup plus profonde, "universelle", qui fait que le prix des fruits et légumes (et des produits alimentaires en général) n'est pas près de baisser, au contraire. Depuis quelques décennies la surface des terres cultivables diminue chaque année de beaucoup (72 000 hectares en 2009 rien qu'en France!). Dans de nombreuses régions, faute de terre, des agricultures ont de plus en plus de mal à cultiver. Certains vont cultiver à 20 - 30km de chez eux. D'autres cultivent de nombreuses petites parcelles éloignées les unes des autres. Tout cela a un coût, qui se répercute sur le prix des produits cultivés. Par ailleurs la pression des industriels sur les prix incite un nombre croissant d'agriculteurs à louer leurs terres pour d'autres activités que l'agriculture : éoliennes, panneaux solaires...Cela diminue encore plus la surface totale cultivable en France.


Ca + ça + ça...Dans quelques dizaines d'années, quand on aura compris que la Terre est finalement très "petite",  les produits alimentaires pourraient devenir rares et très chers!


On pourrait se dire "De toute façon on n'y peut rien''...Au contraire on y peut quelque chose!


Posons-nous la question de savoir pourquoi la surface de terres cultivables diminue autant : il y a des réponses évidentes : construction de routes, d'aéroports, de zones industrielles, commerciales, d'activités...


Pourquoi tout cela pousse-t-il si bien au détriment même des terres cultivables sur les vestiges desquelles ces zones s'érigent? Parce que nous consommons beaucoup! Des vêtements, des voitures, des jouets, des téléphones, des...


Imaginons qu'en moyenne on conserve le même téléphone 5 ans au lieu de 6 mois : on diviserait par 10 la production de téléphones...La remarque vaut pour TOUS les produits manufacturés. On peut donc contribuer à la réduction de la perte des terres cultivables en changeant moins souvent d'ustensiles.


Au fait, connaissez-vous le concept de jour du dépassement? C'est un outil de mesure de l'empreinte écologique globale de l'espèce humaine sur la planète Terre. Créé par des scientifiques et des écologistes, il symbolise, chaque année, le jour où l'humanité a puisé plus de ressources que la Terre ne peut en recréer. Chaque année ce jour du dépassement intervient plus tôt dans l'année. Il a battu tous les records en 2010, intervenant le 21 août, alors qu'il arrivait encore en septembre en 2009.


Je trouve que ce concept se marie très bien avec le problème de la perte des terres cultivables et de la rareté à venir des fruits et légumes.


Dans quelques décennies on dira peut-être "Essayez de vous procurer cinq fruits et légumes par jour'' !

Imprimer cet article Imprimer cet article