Pra-Loup 2010 : joli « cou »! Et 7ème titre.

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : ,

Ma dernière ligne droite vers les championnats de France - Europe masters vtt 2010 commence par de l'ostéopathie...et se termine par un joli "cou"!

A Méribel j'ai trop souffert du cou. Après la course, dès que je refroidis, la douleur revient, lancinante, surtout quand je penche la tête en arrière. Pour boire à la bouteille je dois soutenir l'arrière du crâne avec la main libre. Ma première occupation du lundi 16 août est donc d'appeler un ostéopathe, Stéphane Falconis à Vitry-Le-François, conseillé par l'ami Ludo Leflem. Très arrangeant, il me trouve une place à 19h15 le soir-même. Il est tout "remué" d'avoir à s'occuper de moi, me confiant que VTT Rouler plus vite est son livre de chevet depuis un moment ! Je suis donc pris en charge par quelqu'un qui connaît la traumatologie vtt, ça ne peut pas faire de mal.


Outre les manipulations de rigueur, nous sommes d'accord : il vaut mieux que je ne roule pas le mardi 17, où je remplace le vélo par une séance de musculation "lombaires - quadriceps - ischio-jambiers", moyennement intense. Je profite du travail des lombaires pour effectuer des étirements du cou à la fin de chaque série d'efforts, lorsque ma tête pend. C'est efficace. Je peux à nouveau pencher la tête en arrière.


Le mercredi 25 août, après hésitation (rouler - pas rouler?), je décide de retourner à la salle..."Trop musclé Jean-Pierre, t'as trop tiré sur la K 2000 ...'' Laissons Dany Boon et revenons aux choses sérieuses! J'insiste sur les étirements du cou après chaque série de lombaires en bout de "table". ca va de mieux en mieux, je peux pencher la tête en arrière sans douleur.


Décidément les étirements sont très efficaces contre les tensions musculaires sources de douleurs, ce n'est pas la première fois que je m'en rends compte!

Champion de France puissance 7! Et vice - champion d'Europe.

Le jeudi 26 août je descends  sur Pra-Loup avec Ludo Leflem qui, après sa 4ème place au scratch masters à Méribel, nourrit de belles ambitions en 35-39 ans. La chaleur est écrasante, à 13h30 on mange au lac de Laffrey, j'en profite pour piquer une tête dans l'eau fraîche, en slip! Ca me refroidit pendant deux bonnes heures.

Arrivés à Pra-Loup on récupère nos dossards (et nons bonbons Haribo!) puis on effectue deux tours de repérages plus une petite session dans la descente technique où je montre à Ludo comment négocier un raide virage à gauche : l'aborder "extérieur", bloquer le frein arrière, peu freiner de l'avant, laisser la roue arrière déraper, ça passe tout seul! Ludo prend de la confiance, moi je me sens bien mieux qu'à Méribel où mon cou m'avais joué un mauvais coup...

On prend ensuite possession de nos "appartements" à Barcelonette. Comme depuis 2007 je loge chez l'ami Michel Coranotte, guide de haute montagne qui revient du Brec de Chambeyron avant de repartir pour la Suisse sur des "4000''...Une vie pour le moins active! On a apporté des légumes du jardin, je fais découvrir la confiture de pissenlit à madame Coranotte...Tout baigne.

Le vendredi on ne monte pas à Pra-Loup (j'ai trop souvent bouffé de l'énergie à regarder les courses des autres sous un soleil de plomb...J'ai retenu la leçon). On se balade dans les rues de Barcelonette, l'après-midi, après une sieste, on va voir des amis à Jausiers, en vtt et en baskets. On "roulotte" une heure.

Je passe une nuit correcte puis samedi matin on monte à Pra-Loup, pour la bonne cette fois!

Après un échauffement d'une demi-heure sur route (les parcours sont utilisés par la course 50-54 ans), je viens tôt sur la ligne de départ, d'une part pour choisir la trajectoire la plus courte, d'autre part parce que j'ai envie que ça démarre! C'est bon signe.

Je démarre pas trop fort, en seconde position, puis je prends la tête dans la première côte raide (avant la descente technique) que je gravis gros plateau jusqu'à un virage à gauche plus raide. A ce moment-là un coureur me passe...On ne se quittera plus guère! C'est l'Espagnol Francisco Javier. J'effectue tout le premier tour dans sa roue. Il ne descend pas très vite mais grimpe fort...Je décide de l'attaquer en descente afin de lui faire prendre des risques.

Dans la seconde côte du départ j'attaque donc au sommet et je le lâche dans la descente. Au 3ème tour, après la descente technique, j'aurai jusqu'à 35 secondes d'avance...Mais je bute dans une racine dans le "singletrack horizontal", j'attrape une contracture dans l'ischio-jambier gauche, je m'étire plusieurs fois et ralentit le rythme...Javier revient à 15-20 secondes et reprend espoir!

J'aborde la 4ème et dernière descente technique juste en tête, je lâche à nouveau Javier, mais je ne prends pas plus de 15 secondes d'avance. Il finit par me rattraper dans le "singletrack horizontal". Je coupe alors mon effort afin de m'accrocher à sa roue quand on sortira de ce single et qu'il passera.

Je m'accroche jusqu'à une raide côte mouillée où il est plus puissant. Il me lâche et me prend assez vite une quinzaine de secondes. Le temps de "respirer" et il s'envole vers la victoire scratch. Il me reste le titre national, néanmoins j'essaie de me rapprocher une dernière fois dans le dernier kilomètre mais rien n'y fait : 36 secondes de retard à l'arrivée et un large sourire quand même car la lutte a été belle, intense, loyale. On se félicite mutuellement à l'arrivée, dans les bras l'un de l'autre, sans trop se parler à cause de la barrière de la langue. Mais nul besoin de grand discours, tout est clair.

"Champion de France" des plus de 40 ans!

Les trois suivants (deux Allemands et un Suédois) sont à 5 minutes et plus.

Le dimanche matin a lieu la course des 40-44 ans, remportée au niveau national par Bruno Garnesson qui m'avait battu d'une vingtaine de secondes à Méribel...Cette fois j'ai roulé 28 secondes plus vite que lui! C'est un peu comme si je devenais pour la 7ème fois champion de France masters 2 (40 ans et plus), mais plus réellement je suis très content pour Bruno Garnesson. En revanche l'autre Bruno, Chavard, termine dans la roue de Garnesson, comme il avait fini dans ma roue à Méribel...Dur à digérer!

Je constate surtout que j'ai su gérer intelligemment le mauvais "cou" de Méribel, afin de réaliser un bon coup à Pra-Loup!

Les classements:

http://www.praloup.com/ete.php?&&alias=Championnats-Europe-France-VTT#

Imprimer cet article Imprimer cet article