Power Balance acte 3 : mon Dieu!

Article publié dans la rubrique Bêtisier, Entraînement, Psychologie

Cet article parle de : , , ,

Déjà mon troisième article sur le Power Balance! Pourtant je n'en ai pas, je n'en aurai certainement jamais, cet accessoire est...accessoire, tout le monde en convient. Oui mais...Il est tellement instructif par certains aspects que sa prolifération mérite que quelques lignes prolifèrent à son endroit, voire à son envers (du vélo bien sûr).


Après "Accessoire(s) essentiel" du 23 juillet et "FBI : Fausses Bonnes Idées" du 30 août, jai encore envie de balancer sur le sujet, avec autant de power que possible.


Aux récents championnats du monde masters vtt de Balneario Camboriu, au Brésil, nous étions quatre français dans le même hôtel. Chacun d'entre nous a rapporté une médaille, or ou argent. L'un d'entre nous, André Fossé, portait le Power Balance. Il gagne chez les 60 ans et plus...malgré une grosse gamelle à 1km de l'arrivée (freinage excessif de l'avant dans une descente assez raide qu'il avait maîtrisée lors des deux premiers tours). Les trois autres ne portaient pas le fameux accessoire : Christian Jupillat est second en "+ de 60'', Jean Malot gagne en "50-54'',  et pour ma part je termine second en "45-49'' ...malgré une gamelle et une pizza la veille de la course, comme un grand nombre de concurrents surpris par le manque d'adhérence du tracé lorsqu'il était très sec.


Je termine second derrière Tinker Juarez, qui ne portait pas le fameux bracelet, tout comme l'énorme majorité des Sud-américains chez qui la vague commerciale Power Balance n'a visiblement pas encore déferlé malgré l'omniprésence maritime. La marque surfe sur d'autres continents...L'absence de Power Balance chez les Américains du sud ne les a pas empêchés de truster bon nombre de titres.


Par ailleurs, un cinquième Français était engagé en x-country en 60 ans et plus. Malgré le port du Power Balance, le pauvre a lourdement chuté l'avant-veille de sa course et s'est cassé une côte. Il n'était pas seul : son amie, venue depuis peu au vtt, également porteuse du bracelet, a couru chez les dames (je ne sais plus dans quelle catégorie) et a terminé 6ème sur 9 sans problème particulier.


Bref, Power Balance ou pas, certains ont chuté, d'autres non...et statistiquement rien d'intéressant n'émerge.


En revanche ceux qui portent le Power Balance semblent convaincus (du moins encore pour quelques mois, à mon avis...) de son efficacité, même s'ils avouent une certaine inconsistance dans leur croyance en l'accessoire quand on discute un peu sérieusement de l'objet. Ils sont bien obligés de constater que les porteurs de Power Balance ne roulent ni mieux ni moins bien, ne tombent ni plus ni moins, que les autres.


Je sais que certains pilotes de (très) haut niveau le portent sans être vraiment convaincus. Ils se disent "De toute façon ça ne peut pas faire de mal"...Remarque : si on se met à porter au poignet tout ce qui "ne peut pas faire de mal", on risque d'avoir bientôt les bras trop courts!


Quand on porte un accessoire en disant "Ca ne peut pas faire de mal", c'est déjà qu'on espère que ça fait un peu de bien...Comme lorsqu'on prend un médicament à l'efficacité illusoire par exemple. Ca porte un nom : effet placebo. Remarque : pas mal de choses "qui ne peuvent pas faire de mal" en font un petit peu quand même! Par exemple des "médicaments" peu ou pas actifs (par exemple vendus en parapharmacie) mais qui, comme la très grande majorité des médicaments, sont enrobés de sucre. Ce faisant ils habituent au sucre (c'est mauvais pour la santé)...et à racheter ledit "médicament"!


Justement, à mon sens, le Power Balance, enrobé de croyances, habitue à faire confiance à une aide extérieure plutôt qu'à ses propres forces. Cela me fait penser aux personnes, fragiles psychologiquement, qui deviennent esclaves d'un psychanalyste à 100 euros de l'heure, alors que la vraie force psychologique est de savoir s'en passer.



Quand les choses deviennent difficiles, il est tentant de faire appel à une force extérieure : "Mon Dieu donnez moi la force de..." En situation désespérée, ce genre d'appel au secours provient aussi bien des non-croyants! Parce qu'on a le sentiment d'avoir épuisé ses ressources personnelles.


Le Power Balance agit à mon sens comme un "petit morceau de Dieu", il renvoie à la pensée magique des enfants ou à la superstition des adultes ("Je touche du bois"...), rien de plus.


Remarquez, pour ceux qui veulent éviter l'inconfort des efforts personnels, longs, répétés, fastidieux, pour s'améliorer, c'est intéressant! Mais c'est une illusion.

Imprimer cet article Imprimer cet article