Un GROS problème…

Article publié dans la rubrique Diététique

Cet article parle de : , , , , ,

D'ordinaire je suis admiratif du ton mesuré et de l'optimisme du philosophe et universitaire Michel Serres, dans ses différentes chroniques. Alors quelle ne fut pas ma surprise de le voir asséner un véritable réquisitoire alarmiste contre l'obésité en ce dimanche 03 octobre sur France-Info vers 12h20, alors que je partais courir sur route...et vers 18h20 alors que j'en revenais. Magie des radios d'information qui servent les chroniques comme des repas, trois fois par jour. Remarquez pour le coup c'était bien vu, puisqu'une des causes de l'obésité est la disparition progressive de la notion de repas à heure fixe...


Voici quelques informations qui, mises bout à bout, m'ont frappé au point de me dire "C'est pas vrai, on ne s'en sortira pas..."


  • L'obésité est une maladie qui touche majoritairement les pauvres des pays riches (j'en parle d'ailleurs dans VTT Rouler plus vite où je cite une expérience sur le prix de la calorie en fonction des classes sociales)
  • Aux Etats-Unis, dans certains villages du Middlewest, le taux d'obésité atteint déjà 50% (!)
  • Dans ces villages, si l'évolution se poursuit comme aujourd'hui, le taux d'obésité sera de 100% en 2020-2025 (c'est-à-dire demain!)
  • Dans ce pays, les autorités commencent à s'arracher les cheveux pour trouver des gens en suffisamment bonne condition physique pour des professions comme pompier, militaire, professeur d'EPS...
  • Dans le secteur médical, les problèmes liés à l'obésité grossissent eux aussi : quasi-impossibilité de faire entrer un obèse dans un tunnel à IRM, infirmières incapables de déplacer ou de relever un obèse en difficulté, impossibilité de palper l'abdomen d'un obèse (couche de graisse trop épaisse pour sentir quoi que ce soit), impossibilité d'opérer certaines affections avant que la personne ait perdu 20, 30, 40...kilos, nécessité de développer une spécialité chirurgicale spécifique aux obèses, la baryatrie (bary, élément du grec barus, "lourd"),



 

Michel Serres dresse ensuite une liste des causes possibles et cumulées de l'inflation de l'obésité:



 

  • La cause "génétique - historique", bien connue maintenant : les fréquentes famines et disettes ancestrales ont sélectionné les organismes les plus aptes à stocker de la graisse, eux seuls survivaient aux famines sévères. Aujourd'hui, en pleine pléthore alimentaire, ces organismes "économiques" grossissent très facilement (remarque : si bientôt l'obésité tue massivement, la sélection s'inversera et seuls survivront les personnes aptes à ne pas grossir malgré un fort apport calorique...Aujourd'hui les obèses ont une espérance de vie moyenne inférieure de 13 ans au reste de la population. De même, des expériences sur des animaux ont montré qu'en cas de famine les obèses meurent beaucoup plus vite que les maigres).
  • La disparition progressive de la notion de repas...et de son corollaire : le fait de ne pas manger entre les repas. Aux Etats-Unis bien souvent la notion de repas a disparu, on mange à toute heure, sans discontinuer.
  • Les distributeurs d'alimentation et de boissons (sucrées) qu'il faut absolument supprimer des collèges et lycées (j'ajouterais des espaces publics). Ils contribuent à la disparition des repas à heures régulières.
  • Le fast-food : Michel Serres le compare à l'éjaculation précoce quand on fait l'amour. Manger vite ne permet pas de prendre du plaisir en mangeant. Surtout, cela ne permet pas de ressentir la satiété car le cerveau a besoin d'une vingtaine de minutes pour envoyer ce signal (dans VTT Rouler plus vite j'ajoute le problème des calories vides qui trompent le cerveau qui, manquant de nutriments malgré l'apport calorique, continue d'ordonner de manger...). Michel Serres conseille d'aller au fast-food une fois tous les...trois ou quatre ans! Autant dire jamais. Et un conseil aux vététistes : vous voulez rouler plus vite...Mangez moins vite!
  • La publicité alimentaire. Des études montrent que les enfants qui visionnent de nombreuses publicités alimentaires mangent plus et grossissent plus au final (déjà ça signifie qu'ils sont souvent devant la télé! Parents inquiétez-vous si votre enfant ne sait pas quoi faire d'autre que regarder la télé!).
  • Le mimétisme alimentaire : les enfants imitent leurs parents, leur entourage...S'ils voient des gens manger à toute heure, ils prendront l'habitude de manger à toute heure (exactement comme les enfants de fumeurs qui ont quatre fois plus de risque de devenir fumeurs à leur tour que les enfants de non-fumeurs).
  • La drogue alimentaire : les scientifiques sont de plus en plus d'accord pour dire que l'alimentation fonctionne comme une drogue (rq : si on a l'esprit ouvert ça saute aux yeux! Regardez comme certains peuvent vite devenir irascibles s'ils n'ont pas ce qu'ils veulent à manger ou s'ils doivent attendre pour manger...). Mais c'est si difficile à admettre dans un pays comme la France, à forte culture gastronomique (et très touchée actuellement par l'inflation de l'obésité)...Déjà dans les années 1980, j'avais lu que le sucre constituait la source la plus importante de conditionnement psychologique pour un enfant de moins de trois ans. NB : Michel Serres, grand défenseur du français, préfère le terme adonné au terme addict qui définit des gens s'adonnant à un comportement ou à un produit en connaissance de cause de sa nocivité.




 

Michel Serres donne peu de conseils pour sortir de cet enfer. Il est néanmoins d'accord pour conseiller des doses régulières de philosophie en lieu et place des doses alimentaires.



 

Il termine donc sa chronique sur l'obésité sur un ton léger...Décidément il est très fort!



Imprimer cet article Imprimer cet article