99 francs.

Article publié dans la rubrique Livres

Cet article parle de : ,

Après La carte et le territoire de Houellebecq, je me suis coltiné 99 francs (pour 6 euros) de Frédéric Beigbeder, un livre cité par Houellebecq dans La carte et le territoire...Fine équipe. J'en ai eu pour mon argent! D'ailleurs le livre parle beaucoup d'argent. Il est une critique féroce du monde publicitaire, apparentiel (ça existe ce mot?) et s'appuie sur un humour aussi féroce que désabusé.


En l'homme Beigbeder ne croit pas plus que Houellebecq semble-t-il. Le livre raconte l'histoire d'un publi-rédacteur qui projette de se faire virer grâce, justement, à la rédaction du roman. Original.


La partition littéraire est rock and roll. Beigbeder aurait pu faire son trou dans la musique. C'est du hard rock littéraire, parfois du hard tout court, baise et came à tous les étages. Sex, drug and advertise...Vous êtes prévenus. L'auteur aussi, mais dans le sens judiciaire du terme. Il se trouve mêlé à un crime anti-mondialisation aux trois quarts du conte...en fin de compte, en somme (99 francs disais-je)...


Certains dialogues saturés en branchitude m'ont pété de rire. Le sommet, selon moi : deux pages d'anthologie d'un commerçant en e-business, qui e-parle et salut la compagnie d'un chaleureux "bye-bye.com!" Du bon délire.


Au fond portant, et malgré une forme très différente de celle de Houellebecq, le roman, au fond, est...au fond. Le matérialisme nous étouffe, l'amour gratuit n'existe plus, tout va trop vite, la lenteur nous fuit (bel oxymore), le bonheur s'éloigne à mesure qu'on nous le promet plus intense...Thèmes ressassés par de nombreux auteurs, pas toujours à la hauteur, d'ailleurs.


Beigbeder

Du haut de son belvédère

Littéraire

S'amuse de nos maux

Avec ses mots

Bien que déprimants

Bons mots assurément

99 francs

C'est rigolo

Et c'est salaud.

Imprimer cet article Imprimer cet article