Insatisfaction mobilisatrice…

Article publié dans la rubrique Entraînement, Psychologie

Cet article parle de : , , ,

Dans La France Cycliste "guide 2011 de la saison française", on trouve une longue interview de Jean-Christophe Péraud dans laquelle il est question de son "insatisfaction permanente". J'ai roulé avec lui au sein du team Lapierre, je confirme! A force de côtoyer J-C, on rigolait avant le départ des courses quand il disait que ça n'allait pas comme il voulait. Quand il a conquis sont titre de champion de France marathon vtt (le premier mis en jeu), après avoir dit que c'était un titre "de pionnier", il a vite ajouté que ce n'était pas le "vrai" titre de champion de France XC (...O maintenant, celui où Absalon est indéboulonnable). Il était capable de relativiser son titre de champion d'Europe de 2005, arguant qu'Absalon n'avait pas mis en route...Au championnat de France des Ménuires 2006, alors que ça se passait plutôt mal pour lui, il me lançait "Course de merdre, saison de merde", mais quelque temps plus tard il remportait le classement général de la coupe de France.


J-C est ainsi : il cite plus ses échecs que ses réussites, au point d'être capable de mettre la "dép" à ses équipiers! Chez Lapierre on en rigolait parce qu'on le connaissait bien, mais imaginez un coureur qui le découvre dans son équipe et qui aurait besoin d'un discours motivant, il vaut mieux qu'il s'éloigne de "J-C ça va pas comme j'voudrais".


Détail amusant : son style sur le vélo coïncide avec ses choix verbaux. J-C roule un  peu "couché", quand on le voyait passer sur son vtt on avait plutôt l'impression qu'il était dans un mauvais jour, qu'il "subissait", alors que bien souvent il mettait une tannée à ses adversaires!


Alors Jean-Christophe Péraud, jamais content? Fait le difficile? Je serais plus nuancé...J-C est très intelligent.  Rien ne dit qu'il n'a pas, au fond, pleinement conscience de ses réussites. Pour ma part, je pense que dans la modération de son enthousiasme il y a une part de manière d'être générale, mais aussi une stratégie destinée à ne jamais s'endormir sur ses lauriers. J-C est pragmatique et ambitieux. Quand il est devenu vice-champion olympique à Pékin en 2008, après avoir été plusieurs fois vice-champion de France, chaque fois derrière Julien Absalon, il en a  tiré une certaine satisfaction (quand même!), mais il a aussi conclu, rationnellement, qu'en vtt il était "barré" par Julien. C'est une des raisons (pas la seule, il est aussi drôlement fort sur route, plus fort qu'Absalon je pense) qui l'ont poussé à tenter l'aventure du cyclisme professionnel sur route.


Là, il a rapidement réalisé de très jolies performances...tout en restant relativement insatisfait, au point que cela perturba parfois ses coéquipiers. Mais J-C dit "être insatisfait, c'est un moteur."


Certains savent être insatisfaits "à l'intérieur", d'autres, à l'instar de Jean-Christophe Péraud, l'expriment plus ouvertement. Mais à chaque fois la démarche me paraît être globalement la même : ne pas se satisfaire du niveau atteint, viser plus haut. C'est ce que montrait sans arrêt Philippe Lucas avec Laure Manaudou, semblant rabaisser ses performances pour la maintenir dans un état propice à poursuivre un entraînement difficile (auquel elle rechignait un peu, et qui pouvait lui paraître inutile au vu de l'accumulation de ses titres).


Page 402 de mon livre VTT Rouler plus vite, j'explique que les vrais champions cherchent les erreurs qu'il ont pu commettre, même lorsque tout semble avoir bien fonctionné. Ils ne se contentent pas de ce qu'ils ont fait, ils sont toujours projetés vers la performance suivante, ils ne sont jamais dans "l'entretien de leur niveau" ou l'entraînement routinier, ils changent parfois une méthode même quand elle a porté ses fruits car ils savent que les choses ne se passent pas toujours de la même manière, chaque année ils repartent d'une "page blanche", comme s'ils n'avaient encore jamais rien gagné...Dans VTT Rouler plus vite je nomme cette attitude insatisfaction mobilisatrice.


Jean-Christophe Péraud est peut-être le champion de l'insatisfaction mobilisatrice! Mais si on lui dit cela, il nuancera, tempèrera, modèrera...et restera le J-C qu'on aime.


Allez J-C on est derrière toi! De toute façon, devant, c'est trop dur, alors... :-)



Imprimer cet article Imprimer cet article