Les chaînes de la télé…

Article publié dans la rubrique Jeunes, éducateurs

Cet article parle de : , ,

Ce dimanche 3 janvier 2011, -9° et grand soleil, super. Mais comme s'il ne le voyait pas, mon petit Jules se lève et allume directement la télé, afin de  (re)visionner un film de guerre (fascination passagère). Si jeune et déjà victime...


"Jules éteins la télé

Et va déjeuner"


Jules s'exécute (normal avec un film de guerre...)


Kiwi, noix fraîches et Petit Beurre

L'éloignent temporairement

Pour mon plus grand bonheur

De l'attirant  écran.


Mais c'est déjeuner pour mieux zapper!


Dès la fin

Du dernier P'tit Lu

Jules reviens

Voir ce qu'il avait

Déjà vu


Quelle attraction...L'écran cacherait-il un aimant? Avant que mon petit ne soit définitivement perdu (OK j'exagère...), je lui annonce qu'on va sortir "au moins une demi-heure", jusqu'au sommet du coteau de La Perche, orienté plein sud,

Inondé de soleil

Recélant des merveilles

...Cela n'émeut pas Jules, ou plutôt si : il ne veut pas y aller!


Je sors donc l'artillerie lourde:


"Mon petit Jules si on ne sort pas

La promesse de papa:

Plus de télé plus de Wii

Avant mercredi"

(c'est pour la rime mais c'est aussi ce que j'ai dit...au petit)


Balade minimum : le sommet du coteau. Jules est coincé, il dit qu'il  préférerait jouer au ballon...On emporte un ballon! On tape dedans dans la montée, ça ne couvre pas les jérémiades de Jules, très en forme dans ce domaine.

Puis je le surprends quelquefois, en me cachant dans un arbre, en me fourrant derrière un fourré...Coups fourrés qui surprennent Jules

...que je surprends alors

Avec un "Pan t'es mort!"


Jules se prend au jeu, il se croit dans les films qu'il regarde, ainsi on atteint facilement le sommet. A la descente je lui montre d'énormes pierriers, montés à dos d'homme ("A cette époque ils étaient très souvent dehors", lui dis-je) et le fait monter dans quelques arbres.

Il s'étonne de ma capacité à grimper dedans...

"Parce que quand j'étais jeune je le faisais tout le temps".


On sort en tout 1h30, comme chaque fois Jules rentre finalement heureux.


L'après-midi, sur mon vélo, je repense à cette "facilité télévisuelle" qui contraste avec le long chemin qui amène à apprécier le grand air. La télé a tellement d'atouts pour qui est en manque d'imagination. C'est à peine s'il faut l'allumer, une simple pression sur une télécommande et...la télé commande. Un millionième de calorie dépensé et les images nous envahissent.

Ne reste  plus qu'à se vautrer

Lourd immobile et avachi

Dans le moelleux du canapé

Quand ce n'est pas au fond du lit.


Sport, horreur, séries,

Nature, culture, gastronomie,

Actus, bourse, météo,

Politique, drames et mélos

Et même le maillon faible, tout est dans les chaînes.


Les chaînes...Ce mot m'apparaît alors dans toute sa  brutalité oppressive.

Ceux qui n'y prennent garde

A la télé sont enchaînés.


Au delà de l'écran (de fumée)

Il y a le beau temps (le vrai)

(Dès que vous pouvez) sortez de chez vous

(De la télé) déchaînez-vous!


Imprimer cet article Imprimer cet article