2010, année de vélo…et de lectures.

Article publié dans la rubrique Livres

Dans un coin de ma tête (et d'un classeur) je note les livres que je lis. Anecdote amusante (révélatrice de recherche d'équilibre?) : en 2010 j'ai lu 23 livres (achetés ou prêtés), à peu près autant que j'ai disputé de courses. Et après tout, les livres comme les courses je les parcours à mon rythme. Et aux courses comme aux livres je pourrais attribuer des étoiles, de 0 à 4 par exemple...


*(*) La grande avalanche de Patrick Breuzé, une avalanche de mots prêtée par un de mes frères pour me rappeler un sommet de Haute-Savoie source de souvenirs en commun...


** Le symbole perdu de Dan Brown. Quand on a lu tous les Dan Brown (y compris Anges et démons en français et en anglais), on commence à connaître voire à anticiper les ficelles de l'auteur. Ca reste néanmoins efficace.


** Piaf de Simone Berteaut, sa confidente. Ou comment une chanteuse solide et fragile se consume en quelques années exceptionnellement glorieuses et tragiques...


** La face cachée du monde de Pierre Péan et Philippe Cohen. Une enquête hyper-documentée sur le fonctionnement et les dessous du quotidien le plus célèbre de France. Après cela on lit certains articles avec beaucoup de recul, on devine certaines intentions derrière des développements, on cherche à croiser diverses sources avant de se faire une idée...


(*) Tout ce que l'homme sait de la femme de Kazym' Enrien...200 pages...blanches. A part 10 secondes d'amusement ça ne produit "quasiment rien"...


** Histoires inédites du Petit Nicolas  de Sempé et Goscinny. Je l'ai lu à mon petit Jules de soir en soir au lit, on y retrouve le même humour fin que dans Astérix et pour cause...


**(*) Le bonheur paradoxal de Gilles Lipovetsky. Le genre de livre que j'apprécie beaucoup dans la mesure où l'auteur évite les simplifications. Nous sommes à la fois à fond et soucieux d'équilibre, consommateurs et critiques de la consommation, heureux de consommer, frustrés de ce qu'on les autres et satisfaits de notre sort...enrichissant!


** Le quai de Ouistreham de Florence Aubenas qui visiblement apprécie de se mettre en danger. Après avoir terminé une expérience (involontaire!) d'otage, cette grande reporter se met dans la peau d'une chercheuse d'emploi jusqu'à en trouver un. Elle livre un portrait courageux et "qui fait mal" des gens qui galèrent du matin au soir pour amasser quelques euros...Sa plume est efficace et quelque peu originale, ce qui ne gâche rien.


* Malataverne de Bernard Clavel. J'attendais quelque chose de mieux écrit, peut-être que ce n'est juste pas mon style...


*(*) Le murmure des fantômes de Boris Cyrulnik. J'en ai eu de souvenir car en 2009 j'avais lu Autobiographie d'un épouvantail et c'est assez similaire. Il n'est reste pas moins que la capacité de résilience est certainement une des plus belles qualités humaines pour vivre heureux dans ce monde.


** Histoires inédites du petit Nicolas volume 2...Encore de belles heures à lire à Jules


* Le goût de vivre et cent autres propos d'André Comte Sponville. Des réflexions philosophiques trop courtes et hétérogènes pour vraiment m'emporter, mais un "optimisme de vie" intéressant à observer, voire à adopter.


* Jeannie par Longo de Jeannie Longo, ou les angoisses d'une championne dont la fin de carrière approche et avec elle le sentiment d'inexistence, de "mourir" en quelque sorte...Trouve une issue Jeannie!


* Nous étions jeunes et insouciants de Laurent Fignon. Pas grand chose de neuf quand on a déjà beaucoup lu sur le cyclisme...


* Gainsbourg, le livre du souvenir de Barnard Pasquito. Pas grand chose de neuf quand on a déjà beaucoup lu sur les chanteurs, artistes, rockeurs...


*(*) Bashung, une vie de Marc Besse. Mêmes remarques que pour les précédents livres avec cependant le plaisir de lire une fine plume...


* Le visage de Dieu des frères Bogdanov. A mon avis plus proche du  livre à sensations que de l'ouvrage sérieux que j'espérais. Beaucoup d'effets d'annonce et de redondances pour bien peu de choses nouvelles. Je ne partage pas l'approche "thriller" du big-bang.


** Une forme de vie d'Amélie Nothomb. Une plume à coup sûr! Un esprit torturé aussi, des problèmes liés à l'alimentation comme dans presque tous ses livres, et comme souvent la sensation d'avoir trop vite fini. 170 pages, on en voudrait le double.


** Le livre de la jungle de Rudyard Kipling. De bons moments avec Jules...


*** Madame Bovary de Gustave Flaubert. Ca se lit normalement à l'école?...Avec trente ans de "retard" j'ai découvert un très haut niveau d'écriture. Un collègue d'histoire m'a dit "On se fait chier à lire ça, il ne se passe rien." Ce ne fut pas mon sentiment, tant je fus emporté par la qualité du style.


*** Le crépuscule d'une idole, l'affabulation freudienne de Michel Onfray. Grande force de frappe intellectuelle, énorme capacité de travail, souci d'objectivité...Un livre majeur que ceux qui croient en Freud (j'utilise le verbe croire à dessein) devraient, selon moi, lire (je viens de terminer Apostille au crépuscule qui traite beaucoup plus succinctement le même sujet et est très efficace aussi). Avant la lecture de ce livre j'avais déjà de gros doutes sur la psychanalyse freudienne alors maintenant...


** Life de Keiths Richards. Les pages sont écrites comme le guitariste des Stones gratte sa guitare. C'est abrasif, corrosif, pas toujours cohérent, donc finalement très cohérent avec la vie de Keith, qui devrait se terminer bientôt (fait chier!). Je l'ai dévoré.


*** La stratégie du choc de Naomi Klein. Ne le lisez pas si vous êtes déçu du monde actuel, vous pourriez vous tirer une balle...Naomi Klein a écrit le best-seller No logo...L'argent gouverne le monde et le libéralisme peut être très autoritaire en fin de compte...


Et voilà! Depuis début 2011, j'ai déjà lu 8 livres, notamment d'histoire. Je me plonge actuellement dans les 10 tomes de La grande histoire de la France sous l'occupation...De l'occupation en perspective!

Imprimer cet article Imprimer cet article