Le contrat.

Article publié dans la rubrique Jeunes, éducateurs

Cet article parle de : , , , ,

Lundi 04 avril, mon petit Jules, 9 ans en CE2, passe un superbe après-midi au cross des écoles, à Joinville. Envisageant l'épreuve comme une compétition, il donne tout ce qu'il a et termine  second à une épaule du petit Ayoub, à la limite de l'ex-aequo, dans une chaude ambiance générée par ce sprint engagé à cent mètres de l'arrivée.


Le petit Ayoub lève les bras, est embrassé par les siens. Ouvrant l'épreuve à vtt, j'ai suivi (et devancé) l'intégralité du superbe mano a mano des deux petits bonhommes (et cinquante autres) puisant au tréfonds de leurs ressources, les découvrant par la même occasion.


Jules, une minute abasourdi par une violence d'effort qu'il n'avait visiblement encore jamais connue, pouvait être très satisfait. Après avoir réussi 8'30 puis 7'50 sur 1500m à l'école, au cross sur la même distance il descendait à 6'43!


Pourtant...Ce cross attribuait des "points de contrat". Jules n'en récolta que quatre sur cinq possibles car il avait trop amélioré son temps. Cette "pénalité" ne devrait pas m'étonner. Je suis professeur d'EPS, en collège en demi-fond nous fonctionnons aussi par contrat avec les élèves. Une partie de leur note découle de leur performance chronométrique, l'autre de la précision de leur annonce de performance.


Oui mais...


* Au collège les élèves ont au moins dix séances avant l'évaluation pour améliorer à la fois la performance et son annonce.

* Ils courent deux fois l'épreuve d'évaluation finale, afin de pouvoir recaler leurs prévisions à partir d'une épreuve réalisée dans les conditions de l'évaluation finale (ils conservent la meilleure note des deux essais), car celle-ci implique un stress différent, une signification différente des autres leçons.

* Ils font les entraînements à l'évaluation finale sur le même terrain que l'évaluation réelle (Jules s'est entraîné sur un chemin blanc - le cross des écoles se déroulait en partie sur une piste d'athlétisme).

* Ils réalisent les entraînements et l'évaluation finale dans la même ambiance de classe, alors que le cross des écoles se déroule dans une (superbe) ambiance de compétition sportive populaire, après un trajet de 3km en bus, avec 450 élèves et presque autant de spectateurs, des signaleurs, de la rubalise, bref de quoi galvaniser les bambins qui bien souvent "explosent" leur chrono de référence.


En somme, Les élèves du cross des écoles se préparent dans un cadre scolaire relativement peu prédictif de la performance qu'ils peuvent envisager au cross des écoles dans un cadre compétitif (même s'il ne dit pas son nom), qui incite à l'effort total plutôt qu'à reproduire un temps de référence sous-maximal.


...Sauf si les élèves avaient été mis en situation de réaliser un chrono maximal avant le cross des écoles. Eh bien il est toujours temps, car maintenant que ledit cross est couru, les élèves disposent d'un "vrai" temps de référence, difficile à reproduire.


Il serait maintenant intéressant que Jules retourne sur le chemin blanc du village avec sa classe et essaie de reproduire ce 6'43. A mon avis il n'y parviendrait pas car un des facteurs de sa réalisation fut le stress compétitif (il nous a beaucoup parlé du cross les jours précédents...). Un objectif plus réaliste pourrait être, dans le chemin blanc, de réaliser "chrono cross + 10% maximum" (de 6'43 à 7'23 pour Jules).


En tout cas ce fut un après-midi fort sympathique, où je me suis fait plaisir à échauffer les élèves avant leurs courses, constatant une fois de plus l'énergie positive des élèves de primaire (une qualité à essayer de conserver!) et riche d'enseignements : pour les élèves sur leur valeur physique, leur niveau de volonté...pour moi sur les conditions et la cible d'une évaluation.


Et puis j'ai adoré l'ambiance solidaire qui régnait sur l'ensemble de l'épreuve. Quand je le pouvais, je demandais aux premiers arrivés d'encourager les derniers, ça criait fort! Du coup certains, galvanisés, terminèrent comme des bolides. Mal aux jambes mais chaud au coeur.


En cette période d'individualisme exacerbé, le "contrat social" me semble revêtir autant de valeur que celui de la performance. Vive le cross des écoles!


Maillot jaune...en herbe.

Imprimer cet article Imprimer cet article