Veille de Roc.

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , , ,

Depuis 1999 et la 8ème édition de Roc Thonnance, je n'avais pas connu à ce point les "joies" d'être coureur - organisateur : conception du tracé en juillet 2010 (peut-être la partie du travail qui fait le plus rêver), recherche de sponsors pendant l'hiver, constitution d'une solide équipe de bénévoles pour assurer les nombreuses tâches (un grand bravo au dynamisme de l'Union Cycliste Joinville Vallage)...et innombrables sessions de découverte du tracé avec divers coureurs tout en fléchant progressivement le parcours, jusqu'à un résultat très "classe", les passages spectaculaires étant tous fermés aux piquets et à la rubalise.


Tout cela a un prix...Le samedi 7 mai je courais à St-Brieuc, force est de constater que l'enchaînement coupe de France - Roc Mélaire fut source d'épisodes de fatigue prononcée. Premier gros coup de barre jeudi 12 mai. La veille j'ai montré une fois de plus le circuit à partir de 15h30 tout en fléchant. Le mardi j'avais une grosse journée de boulot, et le mercredi...aussi, de 7h30 à 14h30 non-stop avec beaucoup d'activité physique.


Le mercredi soir je me sens un peu limite. Mais dès le jeudi matin 8h30 je suis dans la forêt pour planter des piquets et poser de la rubalise dans les passages "chauds". J'ai mal aux jambes...Je termine à 10h30, je fonce sous la douche, saute dans ma voiture, file au collège où je remets cela : balisage du parcours de La course contre la faim pour les élèves de 6ème avant ouverture de la "course" en Zesty ("Ouah monsieur vous avez un super vtt!").


Je refais les 35km qui me séparent de mon domicile dans l'autre sens et là je suis à la limite de m'arrêter pour dormir! Rentré chez moi je n'hésite pas : je m'allonge sur le canapé et dors deux bonnes heures!


Je gère aussi pas mal de mails "précompétitifs" qui prennent du temps et de l'énergie.


Le vendredi matin je vais "rouler - baliser" avant d'encadrer des élèves de primaire en piscine, avec eux dans l'eau. Le samedi matin dès 8h30 je suis sur le site avec mon père et la famille Clément, toujours là pour les coups de main qui vont bien. A nouveau je me sens las. Cela fait deux jours que je suis un kilo en dessous du poids de forme...A midi je mange normalement mais à la fin j'ouvre un gâteau de riz de 500g que j'engloutis entièrement et sans la moindre sensation d'avoir trop mangé...Puis je m'allonge et dors une bonne heure! Décidément je ne suis pas loin d'être entamé par ce cumul de tâches. Mais quand j'ai décidé d'organiser cette course je savais que ce serait "le tarif".


Je prends ensuite le X-Control pour un dernier aller-retour à Mélaire (c'est à 6km et 160m de dénivelé de chez moi, j'y vais presque toujours en vtt) et un dernier tour de repérage (sauf si j'en fais un pour m'échauffer demain). Le site grouille déjà de coureurs, c'est génial! Je redescends du site avec Jules et Daan, qui improvisent des sprints improbables, aux pancartes, "au cimetière" (Jules donne ce nom aux bouquets de fleurs posés en bord de route en mémoire des tués au volant...), au poteau indicateur...un peu partout! Quand il est en mauvaise posture Jules annonce la victoire au 2ème voire au dernier qui atteint un endroit, du coup certains sprints se terminent en coup de frein général! On est morts de rire mais ça ne va pas vite...


De retour à la maison c'est douche, étirements, friction au gant de crin, massage à la Detox Cream Windose...Il ne me reste plus qu'à attendre avant "d'exploser dans les starts" demain à 14h30.


Je vous raconterai ça, à bientôt!

Imprimer cet article Imprimer cet article