Val d’Isère à la maison 2.0…

Article publié dans la rubrique Entraînement

Cet article parle de : , , , ,

Avant-hier j'avais bien densifié mon entraînement en accumulant 9 côtes en 2h02. Ce matin, j'ai encore augmenté  l'intensité en allant suer dans un bloc de trois côtes qui aboutissent au même sommet (la ferme de la Saussa au-dessus de Joinville) : Le cimetière des Juifs, la côte de Vecqueville, la côte de Sommermont. Trois "talus" d'environ 130m, 130m et 100m de dénivelé, toutes raides voire très raides, que je répète trois fois = 9 côtes.




En fait j'intitule cet article (et celui d'avant-hier) "Val d'Isère", mais l'objectif réel est bien plus les championnats du monde vtt masters au Brésil, dont la principale caractéristique est l'enchaînement de côtes très physiques.




Côtes longues à répétition:



Je démarre à 8h10 de la maison qui sommeille encore. Il va faire chaud, autant s'entraîner tôt. Huit minutes de plat m'amènent au pied de la première côte, où je déclenche un temps intermédiaire sur mon Polar. C'est parti.


La première côte (cimetière des Juifs) présente 400m assez raides suivis de 500m de plat puis un virage à 19% qui se passe en injection (si possible...) et 400m "mal plats" (7 à 8%) où la qualité de la relance renseigne immédiatement sur l'état de forme!


La seconde côte démarre par 100m à 10% mal revêtus, un léger replat, 300m à environ 12%, 400m de "plat" puis 200m à 12-15% suivis de 300m à 6-8%. Ca cogne.


La troisième côte démarre par 50m à 15% suivi d'un "replat" de 50m à 7%, puis 50m à 13% avant de finir par un petit kilomètre à 8-10%.




J'enchaîne le premier bloc de trois côtes en 22 minutes, le Polar indique 355m (360 moins les 5m de montée avant de déclencher le temps intermédiaire), à ce rythme-là je devrais grimper 1065m en 1h06 donc environ 1000m en 1h, ce qui exploserait tous mes records.




Mais il n'en sera rien, d'abord parce que le second bloc sera effectué en 25 minutes et le troisième en 27 (aïe mes jambes!). Ensuite parce que la météo tourne au "+ en + chaud", la pression barométrique monte certainement car au terme des trois blocs (9 côtes), je n'ai "que" 1045m de montée au lieu des 1065 envisagés. 20m de perdus, une montagne n'est-ce pas :-)




Surtout, la fatigue a fait son oeuvre, j'ai certainement monté certaines côtes sur un braquet un peu trop élevé (39X21 au lieu de 39X24). Du coup, dans la 5ème, après avoir évité de peu une buse qui s'envolait dans la descente précédente (!), j'ai subi un petit "coup de mou" assez comparable à ce qui m'arrive en coupe de France où je pars toujours vite avant de subir un contrecoup puis de finir vite (...ou pas suivant l'état de forme!).




Enfin, j'ai connu un petit souci méanique. Dès la seconde ascension, ma chaîne produisait un bruit peu rassurant...Rentré à la maison j'ai découvert un maillon à moitié cassé! Evidemment, dans ces conditions, je ne pouvais pas me déchaîner dans les côtes :-) La chaîne a néanmoins tenu, merci Shimano!




Mes principaux point de repères furent les suivants:


* 830m de montée en 1h (en fait en 59'15, ensuite j'ai entamé une descente) à partir du déclenchement du temps intermédiaire.


* 1000m de montée en 1h12'30 (l'objectif "1000m en 1h est encore loin...)


* 1h15 pour faire les trois blocs (3 X 3 côtes) et 1045m de montée.




Injection pour finir:



Après ce copieux menu, un petit dessert dans Joinville : 10 fois la côte des Ursulines, un raidard de 100m à 10% (20 secondes d'effort environ), récupération d'environ 1 minute, le temps de faire le tour par la mairie et de revenir au pied de la bosse...Une boucle "touristique - aérobique" où je grimpe la côte de plus en plus vite à chaque passage, sans que cela fasse mal aux jambes (effort trop bref). Je "fais du jus" en quelque sorte.




Je termine la sortie en essayant de faire flasher un radar en sortie de ville (je n'atteins que 46km/h!) avant de mouliner quelques kilomètres sauf une pointe à près de 50km/h sur le plat.




Total 2h, 50km, 24,7km/h de moyenne, 1220m de montée. Un bon bloc.




Mardi je vais essayer de trouver une formule avec côtes encore plus concentrées. Je crois qu'il faudra passer par la répétition de la même côte...A bientôt.




La courbe Polar pour la bonne bouche:





Côtes à côte...




Imprimer cet article Imprimer cet article