Tour de France 2011

Article publié dans la rubrique Divers

Cet article parle de : , , , , ,

J'ai suivi le Tour de France à la télé jusqu'au 12 juillet, avant les Pyrénées. Ensuite, au Brésil j'en ai eu des nouvelles chaque jour par ma femme et Jules qui comme beaucoup se sont passionnés pour  l'édition 2011. Il y avait de quoi : arrivées en côte en première semaine, coup de force de Voeckler vers St-Flour (favorisé par la chute de Vinokourov - Van den Broeck qui a ralenti les poursuivants), résistance héroïque de Voeckler dans les Pyrénées puis dans les Alpes (on a commencé à penser qu'il pouvait gagner le Tour!), grande prestation d'ensemble des Français avec 4ème place de Voeckler au général final, victoire à l'Alpe d'Huez et équipier de luxe en montagne pour Rolland (11ème au général), Tour très solide, superbe contre-la-montre et 10ème place finale pour Jean-Christophe Péraud (que Lolo et Jules s'époumonnaient à encourager à la télé quand il était à la rupture en montagne!)...et (surtout?) comme la suppression de l'écart de niveau entre les ténors annoncés (Contador, frères Schleck) et les autres! Je ne peux m'empêcher de penser que depuis l'affaire du Clenbutérol de Contador, celui-ci a été pisté tout l'hiver et n'a pas pu suivre le même protocole de préparation que l'année précédente. Je ne peux l'affirmer, c'est une intime conviction fondée sur l'impressionnant rééquilibrage de forces au sein du peloton. Voeckler a beau être arrivé à maturité, ça n'explique pas tout. Il faudrait des comparaisons des puissances moyennes dans les "ascensions tests" du Tour pour en avoir le coeur net. On doit pouvoir trouver des chiffres sous peu. La moyenne d'Evans sur le Tour 2011 (39,788km/h) est comparable à celle de Contador en 2010 (39,594) alors que le Tour le plus rapide de l'histoire reste celui d'Armstrong en 2005 avec 41,654km/h (source l'equipe.fr)...Il est vrai qu'à cette époque l'Américain avait des équipiers (Landis, Popovytch...) capables de l'emmener dans les cols jusqu'à faire sauter pratiquement tous les adversaires (!).


En tout cas le Tour et sa couverture télévisuelle produisent toujours leur effet d'engouement chez les jeunes. De retour à la maison, je fais un peu de vélo avec Jules, il me parle de Voeckler, Contador, Péraud, etc. Il se met en danseuse à la manière de Voeckler, mime son jeté de bidon dans la montée de l’Alpe d’Huez, attaque sur de gros braquets et veut un vélo de route !


Je formule un voeu pour 2012 : un Tour de France sans oreillettes pour ébranler un peu plus les scénarii trop formatés et remettre au premier plan l'intelligence de course. Voeckler n'y perdrait pas!

Imprimer cet article Imprimer cet article