Bike and run…

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , , ,

Aujourd'hui mon petit Jules courait son second bike and run à Chauffourt. Sympathique village haut-marnais, sympathiques habitants que j'ai déjà souvent côtoyés à l'occasion  d'épreuves vtt. Afin de joindre l'utile à l'agréable, j'ai proposé d'ouvrir les courses sur mon vtt. La sécurité est ainsi améliorée sans passer par le bruit d'une moto. Les organisateurs - coureurs ont accepté ma proposition avec joie, ils m'ont confectionné une plaque "tête de course" et c'était parti!












J'avais déjà oeuvré de la sorte à Suzannecourt il y a une semaine. Cette position d'ouvreur est intéressante pour avoir un aperçu global de l'ambiance et des mentalités qui règnent sur ce genre d'épreuve. J'avoue que je suis conquis! La convivialité transpire à tous les coins de rue, l'esprit sportif domine largement, les coureurs doublés s'écartent pour laisser passer les premiers qui leur prennent un tour. Cette gaie ambiance automnale se retrouve jusque sur la tête des piquets de parcours, protégées par...des pommes enfoncées dessus! Il fallait y penser. Je me demande juste si tous les fruits étaient encore à leur place en fin de course (moi je n'y ai pas touché!).












Ce qui m'a surtout sauté aux yeux, c'est la participation : 14 équipes "Avenir 1" (poussins - pupilles, la course de Jules), à peu près autant en "Avenir 2" (benjamins - minimes), soixante duos chez les adultes, on approche les deux cents participants toutes catégories confondues! Les non-licenciés FFTRI sont accueillis sans problème moyennant une énorme surtaxe de 1 euro...Le jour où les organisateurs de cyclo-cross comprendront cela, ils récupèreront peut-être quelques concurrents...s'ils le comprennent avant la disparition des cyclo-cross hauts-marnais. Il y a une dizaine d'année, en Haute-Marne on trouvait une quinzaine de cyclo-cross et zéro bike and run. Aujourd'hui, on trouve moins de dix cyclo-cross qui peinent à réunir trente participants, et huit bike and run qui font le plein sans problème. En bike and run, les participants ne craignent pas de ne pas être "au niveau", ça roule et ça court de manière très hétérogène et ça ne pose aucun problème. Et tout le monde termine ses tours, on n'arrête pas les coureurs dès que le vainqueur a passé la ligne. C'est une forme de respect, une concurrente me disait avec un grand sourire "On en a pour notre argent!"












il y a trois semaines, des jeunes adultes du club de triathlon de Jules m'ont dit être intéressés par des cyclo-cross "pour voir". Ils ont une licence FFTRI mais pas FFC. Ils ne pourront malheureusement pas essayer le cyclo-cross. Dès 1993 j'avais rédigé quelques articles pour inciter les organisateurs à accepter plus facilement les pilotes roulant sur un vtt (eh oui, même cela ça ne plaisait pas!), j'avais expliqué qu'avant d'acheter dans un magasin il fallait pouvoir y entrer (obliger la licence FFC pour essayer le cyclo-cross, c'est comme obliger d'acheter pour avoir le droit d'entrer dans un magasin...).












Certaines mentalités stagnent terriblement et d coup, des disciplines sportives intéressantes régressent voire se meurent. Pendant ce temps-là, des gens qui ont le sens de l'accueil rassemblent de plus en plus d'adeptes. Dans la petite salle des fêtes de Chauffourt on se serrait à 100 - 150 personnes en attendant la remise des prix...












Vive le bike and run!












Tomates farcies party !









 
















Jules démarre dans le caniveau...
































A cet âge on est encore des bleus...


 


Imprimer cet article Imprimer cet article