Téléthon 2011 : drôle de journée…

Article publié dans la rubrique Divers

Cet article parle de : , , ,

Ce samedi 04 décembre 2011 commence bizarrement. A 6h30 je suis réveillé par les miaulements désespérés d'un chaton. Je lui verse du lait dans un bol, il lape goulûment...et se remet à miauler. A 7h30 je lève Jules, il le prend dans ses bras, le caresse, mais  je ne veux pas le laisser entrer. Il porte un collier antipuces, il a donc un propriétaire. Je vais rédiger des affiches à placarder aux vitrines des commerces pour qu'il soit récupéré...s'il n'a pas été abandonné volontairement.

 



 


Nous passons  la matinée  à la piscine avec Poissons triathlon, ma séance fait 3500m, des crampes la pourrissent un peu, mon petit Jules fait son premier 25m papillon à 9 ans. Retour au bercail, il pleut, de plus en plus. La journée sera placée sous le signe de l'eau du matin au soir, une fois n'est pas coutume en 2011. Sous le froid aussi, 5°...une fois n'est pas coutume en 2011, bis!

 



 


De retour à la maison nous retrouvons le chaton, miaulant et apitoyant. Nouveau bol de lait mais toujours interdiction d'entrée. Jules déclare forfait pour la sortie vtt Téléthon de l'après-midi. Je le comprends : des bourrasques de vent s'ajoutent à la pluie battante. J'empile pommade chauffante Windose, sous-vêtement chaud, veste thermique, veste coupe-vent et buff autour du cou. J'oublie le bonnet sous le casque et le regrette en moins d'un kilomètre!

 



 


Après trois kilomètres de route vent d'ouest pleine face, je retrouve une dizaine de copains vététistes à Joinville, on va en rechercher autant à Thonnance pour les 5 euros donnés à l'AFM et le départ réel. Je suis complètement gelé! C'est l'effet piscine du matin. Même la première côte, 2km en sous-bois, ne me réchauffe pas, pourtant je la monte vite, redescend chercher le petit Oscar, 9 ans! Je prends son vtt dans ma main droite et le pousse par la potence dans la boue, Oscar me suit en trottinant, pas de problème il est adepte du bike and run. Il y a d'ailleurs 5 - 6 jeunes dont une fille, Charlotte, tous à féliciter vu la météo.

 



 


La sortie se poursuit en chemin large sur un plateau balayé par le vent et jonché d'immenses flaques. Frigorifié, je les évite tant que faire se peut (mais ça ne se peut pas toujours...). Pendant 500m vent pleine face je pousse Oscar avant qu'il ne se remette à pédaler de plus belle en me disant "J'ai mal aux jambes" Heureusement car je trouve qu'il roule vite pour son âge!

 



 


Arrive une jolie descente. Au passage un grand merci à Jérôme David qui a fléché ce circuit. Au bas de la descente, moitié de l'effectif rentre au départ (dont Oscar qui en a fait bien assez) avec comme ambition de se réchauffer!

 



 


On repart. La seconde partie du tracé est nettement plus technique, à base de singletracks. Je roule plus vite et en vélocité, c'est la condition pour me réchauffer. Du coup je me retrouve seul devant, double une boucle afin de récupérer les derniers, roule un peu avec eux, repart à la recherche de la tête...que je ne retrouverai jamais. Plus de traces fraîches. Ont-ils abrégé la sortie? Possible avec ce froid. Je ne réfléchis plus trop et roule de plus en plus vite, alléché par l'idée d'un bain chaud! Le final, plat- étroit - sinueux - glissant, est un régal.

 



 


A 2km du but, j'ai (encore) envie de pipi. C'est le deuxième effet piscine...Je pense aux alpinistes qui par moins trente degrés ne peuvent pas prendre le risque de quitter les gants. Ils en sont quitte pour faire pipi à l'intérieur...Et si j'essayais? Après tout je ne suis qu'une flaque dégoulinante et froide. Allons-y...Bof. A part une légère sensation de chaleur dans la cuisse gauche, rien. Fallait pas rêver non plus! Mais bon, un rien nous amuse n'est-ce pas?

 



 


A 500 du village je plonge le Zesty dans un ruisseau de 80cm d'eau. En quatre secousses il est comme neuf. Puis je fais le plus gros du bonhomme et sors du ruisseau avant de claquer de froid! De retour à la maison je huile le Zesty avec gourmandise et jette tout le "merdier" dans la baignoire pour un "remuage - prélavage" énergique et obligatoire si je ne veux pas bousiller la machine à laver.

 



 


Vient enfin ce qui aurait suffi à me motiver pour une telle sortie : un bain chaud! Avec une planche posée sur la baignoire qui me sert de table de lecture. Royal.

 



 


Pourtant...A la sortie du bain je découvre le chaton roulé en boule sur un rebord de fenêtre. Il respire, ouf! Nouveau bol de lait, mais je ne peux me résoudre à le faire entrer. Et dire que certains ne rentrent jamais à l'intérieur, pas seulement des chatons...

 



 


A côté de ça, 2h30 sous la pluie froide c'était...du pipi de chat.

 



 


AVANT la douche !

 



























Imprimer cet article Imprimer cet article