Ecologie…du bidon?

Article publié dans la rubrique Ecologie

Cet article parle de : , , , , , , , ,

"Il ne jette rien" était une des phrases marquantes d'une publicité pour les cuisines Vogica il y a une vingtaine d'années...Aujourd'hui il faudrait  moins produire pour générer moins de déchets, et au moins ne rien jeter si l'on veut éviter de patauger dans une planète jonchée de détritus, de nous noyer dans la mer de déchets que nous avons nous-mêmes créée...


Mais il semble que, argent-roi oblige, les préoccupations écologiques ne préoccupent plus grand monde depuis le début de la crise financière en 2008, alors même qu'en 2007 l'écologie semblait pouvoir nous unir vers un projet commun (le Grenelle de l'Environnement, il y avait comme un espoir, un projet de société durable...).


Le 22 avril 2012, au premier tour de l'élection présidentielle, Eva Joly n'a recueilli que 2,3% des voix. Pendant cette campagne (quel joli nom pour des joutes tellement "urbaines"...) on a évoqué son accent, raillé les lunettes qu'elle portait...et peu parlé des idées qu'elles portait. Or c'est avant tout sur la base de celles-ci qu'on doit se prononcer (mais combien de personnes ai-je entendu dire "Celui-là je ne voterai pas pour lui, je ne l'aime pas"...sacré niveau de réflexion!!!).


Et puis je crois qu'on est capable de faire croire un peu n'importe quoi aux gens (même s'ils disent que la politique ils n'y croient plus...).

Un exemple, pas plus tard qu'hier soir : on parlait vélo en famille, un des convives dit qu'un jour il faudrait qu'on arrive à empêcher les coureurs du Tour de France de jeter leurs bidons partout. Un autre lui répond "Au moins là les bidons sont ramassés par les spectateurs, c'est un moindre mal, les commentateurs nous l'expliquent"...Laurent Jalabert nous avait aussi "expliqué", en 2003, que le Tour de France avait ralenti après l'affaire Festina de 1998...alors que le premier Tour dépssant les 40km/h a eu lieu en 1999!

Parfois les commentateurs profèrent des mensonges énormes, des millions de téléspectateurs crédules boivent leurs paroles, et pendant qu'ils boivent leurs paroles les coureurs jettent les bidons...


Voici une version plus proche de la réalité de ce qui est jeté par les cyclistes (qui, il est vrai, jettent beaucoup moins que...les automobilistes!):


* Au Tour de France une partie des bidons est ramassée par les spectateurs, une autre atterrit dans des fossés, derrières des haies...

* Au Tour de France les autres emballages (topettes, barres énergétiques) ne sont quasiment jamais ramassés (seriez-vous tenté par un emballage plastique vide et collant?)

* Dans les autres courses cyclistes professionnelles, la plupart du temps désertées par les spectateurs, rien, en gros, n'est ramassé.

* Dans les courses amateurs, tous niveaux confondus, rien n'est ramassé évidemment.

* Quant à tout ce qui est jeté à l'entraînement par les cyclistes peu respectueux, n'en parlons pas.


Au final, je pense qu'on peut estimer à moins de 1% la part des déchets jetés par les coureurs qui sont ramassés. On est loin du discours idéaliste d'un commentateur de France 2 qui dit "Au moins au Tour de France les bidons sont ramassés" !


Que faire? Le 15 septembre 2011 Laurent Spiesser a été déclassé en coupe de France masters vtt parce qu'il a jeté un emballage de dosette énergétique hors zone technique. Rien à dire, sinon que le pauvre Laurent a été sanctionné alosr que de nombreux coureurs auraient dû l'être avant lui depuis plusieurs années, et que, surtout, les coureurs du Tour continuent de jeter devant des millions de téléspéctateurs en toute impunité alors même qu'ils ont un effet modèle sur les (télé)spectateurs ("Pourquoi ne jetterai-je pas puisque les champions adulés et portés aux nues jettent?").


Mais les commentateurs - pour se donner bonne conscience? - veulent nous faire croire que les déchets jetés par les coureurs sont ramassés alors que c'est très largement faux.


"On est libre des paroles qu'on tait, on est esclave des paroles qu'on a prononcées"...Ce genre de discours faux engendre ce genre d'article rectificateur.


Evidemment, les commentateurs sportifs défendent leur fonds de commerce, ne peuvent se permettre de scier la branche sur laquelle ils sont assis, ont le cul entre deux chaises, doivent ménager la chèvre et le chou, sont juge et partie...Amusons-nous avec les mots, ça ne change rien, de nombreux bidons et emballages finissent par terre puis dans le ventre d'animaux qui les mangent, ont ensuite des problèmes gastriques et intestinaux, voire meurent tout simplement. Sans compter la diffusion de produits toxiques dans les terres et nappes phréatiques, comme s'il n'y en avait pas assez comme cela.


Mais on n'est pas à une incohérence près:

* Au Tour de France de nombreuses personnes crient "Tous dopés!" mais regardent quand même

* De nombreuses personnes disent que des émissions sont nulles...et continuent de les regarder

* Des millions de personnes se disent dégoûtées de la politique...et votent pour les candidats habituels comme si de rien n'était.


On a le cyclisme, la télé, les présidents qu'on mérite. On entend un peu partout qu'on ne peut pas continuer à polluer comme ça, mais on ne le traduit pas en vote, et la Terre continue de s'asphyxier sous les déchets.


Peut-être - sûrement en fait - que les gens ont peur d'un véritable changement, écologique, notamment parce qu'il diminuerait un peu notre confort de vie.

Imprimer cet article Imprimer cet article