Roc Mélaire 2…sans 3.

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , , ,

Etre professeur d'EPS + coureur + organisateur + encore bénévole dans d'autres domaines, c'est parfois très dur. Je m'en suis rendu compte ce matin en me levant :  72,3kg sur la balance au lieu de 73,6 à 74 au poids de forme. Un kilo et demi manquant, c'est manque de force et jambes qui brûlent assurés. Je me doutais qu'il en serait ainsi. Mardi au championnat de Champagne j'étais déjà entamé par l'organisation de La Thonnançaise vtt, mercredi - jeudi - vendredi j'ai marché 3h/jour pour flécher tip-top le parcours de Roc Mélaire. La récompense est venue des coureurs qui ont adressé des éloges unanimes au tracé, le qualifiant souvent d'exceptionnel, y compris pour ceux qui ne roulent pas à bon niveau. Ca fait plaisir! Les minimes ont d'ailleurs fait une course un peu plus longue que la moyenne (plus de 50') et aucun ne s'est plaint. Ils m'ont surtout dit s'être fait plaisir.


En revanche, certaines attitudes m'ont fortement déplu. Ainsi le comité de Lorraine a été d'accord pour que Roc Mélaire soit une manche interrégionale Champagne - Lorraine...Mais n'a pas intégré la course à la coupe de Lorraine!!! Evidemment dans ces conditions les Lorrains présents étaient peu nombreux (je remercie doublement ceux qui sont venus). En revanche ils avaient déplacé des éléments de très bonne valeur puisque la victoire scratch élites revient à Gilles Sarrazin et la seconde place à Guillaume Muller. Derrière, triplé champenois avec Adrien Pascal, Thomas Collinet et moi-même (vainqueur masters 1/2 en sus).


La victoire de Gilles Sarrazin m'a fait très plaisir : il appartient au Team Véloroc - Lapierre avec qui j'entretiens de solides liens d'amitié. Sa victoire n'a souffert aucune contestation, il relègue Guillaume Muller à 4 minutes.


En revanche, la suite du classement fut l'objet d'une belle lutte à laquelle j'ai participé "avec les moyens du jour". Auteur d'un départ très moyen dans la raide côte de départ (la faute aux jambes qui brûlent), je me replace assez vite dans la course au podium scratch...avant de chuter en glissade dans un virage herbeux, notamment parce que ma fourche n'était pas débloquée (je suppose que, fourche bloquée, la roue a un peu rebondi au lieu de "coller au parquet").


Un peu sonné et meurtri (coude et hanche gauche), je me remets en route progressivement. Il me faudra près d'un tour - il y en avait 4 - pour recoller à Adrien Pascal - Pierre Morques. Je les emmène ensuite pendant les 2ème et 3ème tour, mais en ayant la sensation d'être trop à bloc. Sur la fin du 3ème tour Adrien Pascal passe dans une côte, je lui dis "Vas-y je suis à bloc", Pierre Morques essaie de le suivre mais le paie un peu plus loin, je rentre sur lui avant de le lâcher dans une longue section technique légèrement descendante.


Mais j'entame le 4ème et dernier tour cuit, tout en voyant Thomas Collinet revenir. Il reste dans ma roue pendant 2km puis je lui fais signe de passer au sommet de la plus longue descente (je sais qu'il  va très vite), je négocie la dernière dure montée gros plateau en force (je ne suis plus capable de tourner les jambes, j'ai trop mal) et je m'applique à terminer "propre", pas vraiment à bloc...ce qui me coûte peut-être la 4ème place car Thomas Collinet a crevé et termine à pied 5m devant moi! Il a perdu de l'air en prenant un gros appui. Mais la logique sportive est respectée.


Au final le bilan est contrasté : excellent en ce qui concerne le tracé - excellent en ce qui concerne le fléchage malgré des débalisages la veille de la course - excellent en ce qui concerne la dotation (673 euros de prix, c'est pas tous les jours et il a fallu les trouver) - très bon en ce qui concerne le bénévolat - MERCI!!! - et l'ambiance au sein de mon club - décevant en ce qui concerne le nombre d'engagés (une centaine) et l'attitude ambiguë de la CRVTT de Lorraine - usant en ce qui me concerne du fait de petits "grains de sables" (sur lesquels je ne m'étendrai pas) qui s'accumulent dans une organisation qui serait tellement plus simple sans eux.


Au final, une décision : je ne reconduis pas Roc Mélaire en 2013. Je vais prendre un peu de recul et si possible de REPOS d'une certaine manière. J'en ai marre d'avoir trop mal aux jambes tous les dimanches. Je verrai quoi décider en 2014. Surtout, quand je repense à Roc Thonnance, je me demande comment j'ai fait pour organiser pendant 8 ans (1992-1999) cette épreuve qui a accueilli jusqu'à 600 participants, contenait courses sur grand parcours- randos - tombola...Certaines réalisations prennent encore plus de valeur avec le recul!


Et puis la Terre continuera bien de tourner sans Roc Mélaire n'est-ce pas?

Imprimer cet article Imprimer cet article