Champions et cochons.

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , , ,

Dimanche 1er juillet 2012 je courais mon premier championnat de France masters sur route. Sentiments mitigés à l'arrivée :  Très belle organisation, joli et difficile tracé (1560m de montée pour 92km dans ma course), course acharnée...mais aussi 60 à 80% des concurrents qui jettent leurs emballages de produits énergétiques dans la nature. Cochons!




Si seulement on pouvait déclasser ces coureurs, pères de famille donc éducateurs dans leur très grande majorité...Cela a été fait en coupe de France vtt à Super-Besse en 2011, c'est très facile à mettre en oeuvre, il suffit de quelques commissaires volants qui déclassent immédiatement ceux qui jettent en leur brandissant un carton rouge. Cela changerait rapidement les comportements de ces coureurs dont je ne doute pas que certains osent dire que les jeunes "ne respectent plus rien"...Quand la prévention n'opère plus, il faut réprimer.




Cela étant dit, un grand bravo à l'organisateur, la Pédale Semuroise, qui a fait les choses en grand : sécurité de haut niveau, speaker et sono élargie à une bonne partie du village, portiques gonflables  au dernier kilomètre et à l'arrivée, barrières dans les deux cents derniers mètres, route fermée...Tout cela pour une inscription à 12 euros, cela dénote une belle expérience et un appréciable respect des concurrents...Respect dont certains d'entre eux n'ont malheureusement pas su faire preuve en balançant leurs emballages plastique.




De piètres jambes m'ont empêché d'aller chercher une médaille. Je termine 6ème des 45-49 ans (44 classés). Pourquoi  ce mauvais rendement? Je me pose encore la question. Je ne vois qu'une explication : un entraînement vtt poussé le mercredi, sous une grosse chaleur, dont je n'aurais pas fini de récupérer le dimanche? Pas simple. Le dimanche précédent je me sentais nettement mieux au championnat de Champagne masters route. Au championnat de France je n'avais pas de force, au point de me faire lâcher de mon groupe (en chasse derrière les 4 échappés, 3 masters 40 et un master 45, J-Claude Thilloy, qui les battra tous et était au-dessus du lot, pas de regret pour le titre). Il m'a fallu 4km et que je me fasse la peau dans la longue côte suivante (3km) pour rentrer.




Sur la fin de course (6 tours au total) j'ai pas mal tenté de sortir, notamment dans la longue côte, mais j'avais des crampes, je pédalais un peu "carré", bref je ne donnais pas cher de mes chances de médaille alors qu'on arrivait pourtant pour la 2ème place en 45-49 ans. Au pied de la côte d'arrivée (1km raide) ce fut le pire : des crampes plein les quadriceps : obligé de me frapper violemment les cuisses, j'ai cru que j'allais me retrouver à pied! Le temps de pédaler à nouveau je redémarrais 20m derrière le groupe. A 500m de l'arrivée ce n'est pas l'idéal! Je réussissais à repasser pas mal de coureurs en tournant les jambes sur petit braquet (39X23) mais pas assez pour la médaille.




J'ai donc beaucoup forcé (voir photo) pour pas grand chose, mais c'est aussi cela le sport, il ne manquerait plus que ce soit facile!




Plus vite? Peux pas !


Imprimer cet article Imprimer cet article