Super-Besse : promesses de XR!

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , , , , ,

Lundi matin 9 juillet, de 8h à 10h30 j'arrache de l'herbe, des patates...Je suis toujours étonné par ces  "retours d'énergie" qu'on peut avoir le lendemain matin d'une course, alors que la veille à 23h30, de retour de Super-Besse, je me suis directement écroulé au lit et ai dormi comme une masse de 23h50 à 7h25.


La journée du dimanche fut éprouvante : course masters dans un véritable cloaque, et ce fut encore pire pour les juniors l'après-midi, les courses précédentes ayant ravagé le terrain qui, de son côté, n'avait pas séché...d'ailleurs il a encore plus plusieurs fois dans la journée!


Le week-end fut, comme souvent en cette "Verte Auvergne", bien arrosé : vendredi nous (c'est-à-dire le "Dream Team Haute-Marne vtt") arrivons à la station vers 18h30, à 19h13 pétantes nous enfourchons nos vtt pour un repérage achevé vers 20h30, à la limite du pilotage à la frontale...Dont on aurait pu se resservir par moments le dimanche! Nous découvrons un circuit très proche de celui de l'année dernière et qui me plaît beaucoup : racines, dévers, terre noire plus ou moins gravillonneuse qui glisse peu bien qu'elle soit humide : Toro devant - Python derrière : la monte pneumatique de mon "Tout nouveau - tout beau" XR ne changera pas quelles que soient les conditions.


Seul bémol à ce très joli circuit de vrai vtt : la section "XC Long" a été tracée de très fraîche date, elle est trop molle, s'il pleut ce sera un chantier...Ce sera EFFECTIVEMENT un chantier, avec une longue descente à faire à pied parce qu'il y avait 30cm de terre trop meuble, trop "neuve" pour qu'on parvienne à diriger le vtt. On en a vu d'autres, mais c'est un élément à communiquer aux traceurs afin d'éviter des sections plus ou moins inroulables en cas de mauvais temps. Par ailleurs cette section était sans grand intérêt, la descente étant un pur copié-collé de celle du tracé XCO. Pour la première fois depuis le début de saison j'ai le sentiment d'un tracé  allongé "pour rien", ce qui n'était pas le cas à St-Raphaël et Saint-Pompon ou l'ajout était intéressant. Mais j'insiste sur le fait que la plus grande partie du tracé était très réussie!


Avec les jeunes du Team Haute-Marne nous repérons à nouveau le samedi vers midi, sur sol demi-sec je réussis de nombreux passages techniques notamment grâce à l'efficacité du XR (aussi un peu grâce à ma technique :-) , dans la grande descente je reprends 15 secondes à Lejarreta (Team Orbéa) qui s'échauffe avant la course élites (il terminera 5ème derrière  le roi Absalon, un Maxime Marotte très incisif, Jordan "Lapierre" Sarrou...). Je salive d'avance de la course du lendemain...qui malheureusement, orage nocturne oblige, sera transformée en bourbier géant.


Notre départ est donné à 9h le dimanche matin, je suis passé à la tente Véloroc - Lapierre mettre un peu d'huile Shimano "wetlube" sur ma chaîne (merci!), il fait tellement frais que je garde les jambières (!), la pluie vient à peine de cesser, le terrain est encore "liquide", on peut rouler et sans forcer plus que cela je suis 3ème scratch à la fin du 1er tour! Waoh! Dans la grande descente j'ai notamment doublé 4 concurrents! Alex Munoz me dira que je suis "un vrai cadet", c'est vrai que les jeunes descendent vite...Ensuite j'ai l'impression de revivre un remake de Métabief 2001 : ça se lève un peu, ça sèche un poil, le terrain devient lourd, on marche 50% du temps...Dans ces conditions le XR, véritable "balle" tant qu'on roule, est plus lourd à porter ou pousser qu'un semi-rigide, il ne m' avantage plus, au contraire. Je perds alors quelques places tout en limitant la casse pour terminer 9ème scratch (classement plus serré qu'à l'habitude) et 3ème masters 40, battu de justesse (11 secondes) par le local Christophe Pourrat qui m'avait déjà fait le coup l'année dernière au même endroit (on en rigole sur le podium) et d'une minute trente par le Lorrain Bertrand Trombini qui roule en 29" tout rigide (fourche carbone) donc léger à porter, ce qui n'enlève rien à sa superbe performance, d'autant que, absent des deux premières manches, il est parti de l'arrière! En revanche Lionel Ipert a connu une noire journée : dérailleurs arrière tordu + crevaison. Il a jouée son joker à Super-Besse. Et Laurent Spiesser, déclassé en 2011 pour jet de topette vite, gagne cette fois sans coup férir, bravo!


Mon bilan est très correct : 3 coupes de France, 3 podiums masters 40, à 49 ans, ce n'était pas le cas en 2011 alors que j'étais encore tout jeune, hé hé :-)


Le reste de la journée n'est guère plus facile que la course : laver le XR et le bonhomme devenus entièrement marron (!), remonter sur le circuit pour conseiller les jeunes du Team Haute-Marne. J'ai trouvé un tracé qui me permet de leur parler six fois par tour, mais à la fin j'en ai plein les guiboles! Eux aussi, pas de jaloux.


Anecdote pendant la course juniors : l'un d'entre eux jette une topette vide à mes pieds! Les mots sortent fort de ma bouche : "Oh on ne jette pas les topettes!!!" Le coureur lève le bras, me dit quelque chose que je ne comprends pas, puis une dame arrive en courant pour ramasser la topette! Je lui demande de bien vouloir m'excuser, je ne l'avais pas vue, je lui explique que je suis écoeuré de ce que l'on voit au Tour de France et parfois en vtt, et lui demande qu'elle veuille bien m'excuser auprès de ce jeune coureur qui n'avait pas l'intention de jeter la topette. On se quitte en riant. J'en profite pour saluer le discours d'Eric "speaker" Davaine qui a rappelé que les jets d'emballages de produits énergétiques en dehors des zones d'assistance étaient sanctionnés d'une mise hors course.


Après la course juniors je file au lavage vélo pour celui d'un des concurrents, j'attends 20 minutes sous une pluie à nouveau battante! Quelle journée...Il faut maintenant ranger l'appartement. Pas facile! La télé est allumée, l'étape du Tour se termine, Thibaut "FDJ" Pinot file en tête sur son Lapierre, Marc Madiot lui hurle des encouragements et fait des trous dans la voiture à force de taper sur la portière (j'exagère à peine!), le jeune Français (même âge que Peter Sagan) offre la première victoire tricolore sur le Tour...



On éteint la télé

Et passe enfin le balai



Ne reste plus qu'à laver, tout ranger dans le véhicule et se taper 6h de route afin de retrouver la Haute-Marne...Où il a fait beau tout le week-end.



Après tant d'émotions, on ne pouvait que conclure sur une "Super-Besse"...du stress!

Imprimer cet article Imprimer cet article