Inutiles.

Article publié dans la rubrique Jeunes, éducateurs

Cet article parle de : , , , ,

Le 28 avril dernier je courais à Watronville, dans la Meuse, une sympathique interrégion vtt xco où néanmoins je m'étonnais de voir une dizaine de "topettes" vides jetées par terre au beau milieu du circuit, loin des zones d'assistance. Samedi 4 mai je courais la deuxième manche de coupe de France vtt xco à St-Pompont. Là je n'ai vu qu'une topette par terre. En revanche l'après-midi après ma course j'ai pas mal traîné aux abords des zones d'assistance et j'ai remarqué que le ravitaillement semblait "exciter" pas mal de monde. Cela commence d'ailleurs avant la course avec, assez souvent, des plans compliqués.


En ce qui me concerne j'ai épuré les choses au maximum, à la fois pour gagner en sérénité (c'est un plaisir de rouler sans se poser de question) en écologie et même en qualité nutritionnelle. Pour une course masters (en général entre 1h15 et 1h30, mais 1h49 pour moi à St-Pompont), je prépare 2 bidons de 600ml. Je vide deux tiers du premier à l'échauffement, fais le premier tour avec le reste, et les deux suivants avec le deuxième bidon. Simplissime. En ce qui concerne le ravitaillement "solide", je déballe 3 mini-pâtes de fruit que je mets dans une poche de maillot, j'en mange 1 ou 2 en course, rarement 3 (il faudrait qu'il fasse froid et humide). Je n'ai donc besoin de rien en zone d'assistance d'une part, et d'autre part je ne peux pas jeter d'emballage puisque je n'en ai pas dans mes poches.


Par ailleurs, je suis horrifié de voir que depuis que la caféine a été sortie des produits dopants, on voit une inflation de produits énergétiques très dosés en caféine sortir dans le commerce! Personnellement je refuse tout produit énergétique à la caféine, c'est aussi pour être certain que je consomme des produits énergétiques sans excitants que j'ai fini par opter pour les pâtes de fruit les plus basiques.


Pourquoi?

D'une part les produits contenant des excitants mènent le coureur à une démarche dopante (recherche d'un "plus" le jour de la course, dépendance progressive au "petit plus" le jour des courses, perte progressive de confiance si l'on n'a pas ce "plus", voire augmentation progressive des doses dans une logique de "toujours plus" et passage à un véritable dopage ; bref, un cercle vicieux).

D'autre part ces produits excitent l'organisme pendant de longues heures, et ceux qui en consomment s'exposent non seulement à quelques effets indésirables (ex : palpitations cardiaques), mais aussi à des nuits perturbées, donc à une fatigue résiduelle augmentée après la course, qui peut amener certains à prendre des produits pour s'aider à dormir...joli cercle vicieux!


Refuser ces produits fait partie d'une démarche qui circonscrit la pratique compétitive dans le cadre d'une vie saine. Soit dit en passant, cette démarche permet d'économiser de l'argent (calculez le prix de ces produits énergétiques au kilo, vous serez surpris!), l'argent économisé peut par exemple servir à acheter plus de fruits et légumes bios qui sont bénéfiques à la santé...Faisons les bons calculs!



Le plus grave, c'est quand même que la banalisation actuelle des produits énergétiques bourrés d'excitants banalise la consommation de substances qui sont loin d'être sans effet néfaste sur la santé. Pire, au vu des dernières réglementations antidopage, les corticoïdes, par exemple, deviennent plus faciles à consommer...Voici quelques effets de la prise de corticoïdes:

* Rétention d'eau (c'est pourquoi ceux qui en prennent ont des jours enflées ("babines de chien")

* Fonte musculaire (c'est pourquoi ils ont à la fois les joues gonflées et les jambes très maigres)

* Perte de densité osseuse (risque d'ostéoporose, risque augmenté de fractures...)

* Instabilité psychologique (alternance agressivité - tendance à la dépression)

* Affaiblissement du système immunitaire et sensibilité accrue à toutes sortes de maladies.


J'en oublie sûrement mais cela fait déjà beaucoup!



Les jeunes cherchent souvent le "petit plus" dans divers secteurs: allègement matériel, produit énergétique de dernière génération, dernière mode alimentaire...Les années et l'expérience aident à mieux se gérer alors que les capacités physiques régressent ("Si Jeune savait, si Vieux pouvait")...Puissent ces quelques lignes aider quelques jeunes (et leur entourage) à opter pour plus de sagesse et moins d'excitants.


Bon VTT  et longue vie à tous!

Imprimer cet article Imprimer cet article