7,3…et la part du colibri.

Article publié dans la rubrique Course, Ecologie

Cet article parle de : , ,

Le temps se mettrait-il au beau? Pas encore hier soir en tout cas! Le 10 mars j'avais couru sur route... 2ème tentative le 31 mai à 19h, un vire-vire à Ancerville où l'échauffement a tourné à la douche. Le début de course aussi...et la fin un peu! Bref il a pas mal plu, mais il faisait 11° ne nous plaignons pas!





Je me suis amusé à faire le départ à bloc, puis j'ai failli partir avec Johann Warzyniec (j'aurai dû, il finit large vainqueur!) mais finalement je me suis retrouvé dans le groupe qui le chassait après deux tours passés en queue de peloton qui ont fait que je n'ai pas vu qu'il était parti devant et que je croyais qu'on roulait en tête! Je crois que je suis devenu un peu trop rêveur pour la route...Dans ce groupe "d'échappée - de chasse" (suivant qu'on adopte mon point de vue ou la réalité) on s'est tiré de bonnes bourres (entre hommes...vive le "vélo pour tous" :-)   )








Sur la fin je commençais à bien en ch...un peu moins néanmoins que l'ami Ludo Leflem qui était avec "Warzy", mais a sauté sur la fin, victime d'une fringale, avant d'ailleurs de sauter de notre groupe et de faire 8, derrière moi, bon dernier du groupe de chasse (il en faut un n'est-ce pas).








Vincent Matz fut aussi longtemps avec nous mais les derniers tours lui ont été fatals. Pas grave, ses objectifs sont en vtt. Les miens en ce moment sont assez peu flous tant mon genou droit me met dans le doute. Mon véritable objectif, actuellement, serait de ne plus souffrir. Ne rien faire serait-il la solution? Je ne crois pas, je crois qu'ainsi je souffrirais beaucoup...beaucoup plus.








Vers la fin de la course un jeune Vitryat prend une topette, bois son contenu et la jette sur la route. Je lui dis "C'est pourtant pas dur de la remettre dans la poche" (admirez la longueur de la phrase malgré le souffle court :-)   ). Il me répond avec le sourire "Si, en fin de course, c'est dur!". Pas bête. Pas complètement convaincant non plus. A l'arrivée il revient me voir pour me dire que d'habitude il les remet dans la poche. Il y a du positif dans tout cela quand même.








Je ne résiste donc pas à vous raconter cette légende amérindienne lue page 35 du dernier magazine Sport et Vie: dans une grande forêt il y a un feu gigantesque et tous les animaux assistent impuissants au spectacle. Seul un petit colibri s'active, va chercher quelques gouttes d'eau avec son bec pour les jeter sur le feu. Le tatou, agacé par cette agitation qui lui semble inutile, finit par lui demander s'il n'est pas fou et lui dit que ce n'est pas avec cela qu'il éteindra le feu. Le colibri lui répond:








"Je sais, mais je fais ma part".








Superbe philosophie positive qui me rappelle celle de la mère d'un ami vététiste qui a beaucoup lutté pour le bio dans les cantines de collège, qui disait que même si ses efforts n'étaient que des gouttes d'eau dans l'océan, après tout l'océan n'était fait que de gouttes d'eau...








Après cette soirée bien trempée je rentre avec le genou droit bien "flageolant", me couche et me réveille bien cramé. Programme récupération avant Locminé samedi prochain...




Triathlon - duathlon:

Le lendemain (donc aujourd'hui), j'accompagne mon petit Jules au triathlon de Lusigny (Aube) qui, eau froide oblige, se transforme en duathlon. Jules nous épate. La course Avenirs 1 compte 75 concurrents, il part 15ème, termine son premier 400m environ 8ème, remonte 5ème à la fin du vélo et termine son 2ème 400m en boulet de canon pour monter de justesse sur le podium! Mieux que papa hier soir. La concurrence vient parfois d'où on ne l'attend pas :-)








En revenant de la course, ma femme a cette remarque: "On n'est quand même pas malheureux, on fait chacun nos compétitions et on s'éclate tous". Vrai! Elle fait encore des matches de handball à 49 ans et souvent je la trouve plus "dedans" que moi!








Décidément, ne rien faire n'est pas la solution.




 




Méfiez-vous des coureurs qui baillent...et devinez qui est Jules!




Imprimer cet article Imprimer cet article