Granit Montana acte 3 – victoire 1

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , , , ,

Difficile de parler trois ans de suite de cette superbe épreuve. J'aimerais élever mon texte au niveau du  tracé de l'épreuve, trouver les mots qui fassent ressentir ce qui ne peut qu'être vécu ("Le langage n'est-il qu'un outil", sujet de philo d'aujourd'hui...), vous faire sentir (au propre) l'assortiment de légumes du repas suivant la course (bien plus sympa et guère plus long à préparer que le sempiternel plat de pâtes), ou encore la fraîcheur des sous-bois qui nous a accompagné toute la course alors qu'à "l'extérieur" il faisait (très) chaud...Olivier "O2 Bikers" Béart et ses amis belges nous faisaient remarquer lors d'un sympathique repas pris en commun la veille de la course, que les sous-bois restaient humides..."Ici tu plantes un gland le lendemain il y a un chêne!" dixit Olivier! Sûr que la végétation a sa place à la Granit Montana, où certains singles (en général somptueux) sont d'ailleurs encore tout neufs...et le redeviendront peut-être après notre passage, ce qui serait une belle "fin" pour cette épreuve "nature".








Ma course? Initialement inscrit sur le 72km, suite à mes chutes du 8 juin en coupe de France, j'ai demandé à Stéphane Bernard, (avec son équipe) dévoué organisateur de l'épreuve, de me descendre sur le 52km. Je ne le regrette pas. J'ai roulé très exactement 3h41'09" (voir http://ambazacsprinterclub.free.fr/index1.htm) alors que Thomas Collinet, colocataire de gîte et vainqueur du 75km, a roulé...Voir http://ambazacsprinterclub.free.fr/index1.htm ! Faut dire qu'il s'en est rajouté un peu en tirant tout droit en début d'épreuve puis en crevant...Il aurait pu mettre dix minutes de moins.








La semaine précédant l'épreuve j'ai très peu roulé, j'avais les jambes gonflées de mes chutes: 1h le lundi (waouh!), 20 minutes le mercredi (waooouuuh!) et quand même 2h20 sur route assez peinard le vendredi en fin d'après-midi avec des amis triathlètes. Malgré cela le samedi, alors que Thomas Collinet (avec qui je me suis rendu sur l'épreuve) allait tourner les jambes une heure, moi j'ai fait la sieste et j'ai dormi! Thomas; lui, avait pris un petit acompte surle siège passager pendant que je conduisais...Le soir, j'ai encore dormi comme un sonneur de 23h à 6h30...parce qu'il fallait bien se lever.








Après avoir avalé un quart de gâteau énergétique maison et quelques verres d'eau pour faire descendre (plus deux oranges pressées), je me rends au départ et vide encore deux grands verres d'eau faiblement sucrée pour bien m'hydrater en vue de cette première course de l'année disputée sous la chaleur...mais aussi sous les arbres, quelques flaques d'eau et leur fraîcheur résiduelle bienvenue. L'ambiance de départ est "typique Granit": petit déjeuner offert, des voitures plein le petit village de St-Sylvestre, "c'est gai" comme disait un des amis belges hier soir au resto.








Le 75km démarre à 8h30, pile à l'heure! Un Bravo de plus à l'organisation! Ca part comme pour un 75km difficile voire très difficile: pas trop vite, et même très tranquillement à l'arrière, où certains parlent déjà de se chambrer sur des forums...En 500m de peloton on voit s'échelonner une diversité de motivations assez énorme! Du coursier aux jambes rasées, mollet saillant, regard de tueur...à celui qui zigzague un peu (le temps de prendre de l'élan, surtout dans une pente à 10%...), assis bas, mini-braquet, qui se prépare à  une longue journée...et à chambrer ou à se faire chambrer sur les forums :-)








Le 52km (donc moi) démarre 15 minutes plus tard, je comprends que je vais très vite rentrer sur des coureurs du 72km, ils sont plus de 160, va falloir être patient et prendre cela du bon côté. En effet, dès le 3 ou 4ème km, alors que je viens de m'isoler en tête, je commence à doubler! Avant la bifurcation (au km 40), je remonterai à la 7ème place scratch du 72km, j'ai donc doublé environ 150 concurrents...et tout s'est bien passé, avec quelques anecdotes en prime: un portage "droit dans la pente" (encouragé par les participants, merci!) pour éviter une procession à pied, une frayeur faite à une concurrente (quand je la double elle s'écarte, je pose ma main sur sa hanche pour lui faire sentir que je suis à sa gauche, elle crie "pas de conneries comme ça!" puis s'excuse, je rigole, je lui dis que je suis un grand timide avec les femmes... :-) , pas mal de concurrents qui me disent que c'est dur, encore plus qui m'encouragent - je leur renvoie l'encouragement - tous qui s'écartent dès qu'ils peuvent, certains qui tombent dans des descentes pas trop difficiles - mais je n'ai rien vu de grave - beaucoup qui rigolent...Bref je ressens une bonne ambiance générale qui rend mon "voyage parmi les 72 kilométreurs" plutôt agréable!








"Pit-stop" au 2ème ravito (km 34) où j'ai fait déposer un bidon. Je mets le premier dans ma poche arrière, bois un coup à la bouteille, mets une dizaine de pâtes de fruit dans ma poche et repars. J'essaie d'être le plus courtois possible mais les bénévoles doivent quand même se demander quelle mouche nous pique pour faire tout cela en moins de 40 secondes. Stéphane  Bernard m'informe qu'un jeune est à "2 - 3 minutes". Ne pas mollir...Pas simple d'être seul devant sur 50km...Après la bifurcation "72-52", changement radical de décor: je suis complètement seul dans les forêts, c'est magique. J'ouvre bien les yeux pour ne rater aucune flèche. Dans certaines longues côtes je regarde derrière moi, je ne vois personne, du coup j'assure. Je commence à reconnaître les passages finaux: le gros bloc de granit coupé en deux - Pas de Molla? - où mon cintre touche! Certaines montées (la Barlette...)...Eh oui les organisateurs nomment les passages clés de la course! Quel souci du détail...Je crois que s'ils pouvaient faire les pancartes en porcelaine de Limoges ils le feraient (NB: aux  inscriptions on a reçu une assiette Granit Montana dans cette précieuse matière).








Au fil des kilomètres, mon Lapierre XR fait montre de polyvalence et d'une fiabilité à toute épreuve, le groupe Shimano XTR n'y est pas étranger. Par ailleurs, ayant chaussé à l'arrière un Python Tubeless Ready (donc light...), je craignais un peu la crevaison...Il n'en fut rien. C'est donc en parfait état que nous (bonhomme et vtt) franchissons la ligne...et attendons 1h30 avant de voir l'ami Thomas Collinet remporter le 72km, bravo! Il n'en a pas fini pour autant: il y a un contrôle antidopage (urine  + sang!) pour les 5 premiers du 72km. Déshydraté comme il est...Il boit 4 litres d'eau, et fini par mettre les 100ml dans le flacon, juste avant la remise des prix, ouf! Pendant ce temps-là on apprécie le repas "Granit Montana" ainsi que l'ombre du gros sapin qui a eu la bonne idée de commencer à pousser il y a une centaine d'années à 50m de la ligne de départ.








Sur le podium on reçoit une tenue haut et bas "Granit Montana", sympa! Et des blocs de Granit, syyympaaa !








A 17h13 pétantes on quitte ce petit coin de paradis. A l'aller j'avais temporisé à 100 sur l'autoroute, cette fois je fais du 130 pendant que Thomas fait "dodo-sauna". Il l'a bien mérité (le dodo...pour ce qui concerne le sauna, disons que je ne suis pas un adepte de la clim...). Evidemment au bout de 2h de route Thomas doit s'arrêter pour pisser. On ne boit pas 4 litres d'eau impunément! On se console avec de la quiche et une tranche de sauss'...La course est finie n'est-ce pas! Vers 22h on se sépare à hauteur de Troyes, on termine le chemin pour rentrer au bercail peu avant minuit, pour ma part je suis poursuivi par un orage qui a la bonne idée de n'éclater que juste après que j'aie terminé de vider la voiture (le bonhomme, lui, est déjà vidé...).








Le lundi matin le réveil sonne drôlement tôt...Pourtant il est 6h30 "comme d'hab"...C'est le double effet Granit Montana!








Allez on se quitte en photo, prise à l'ombre de notre mirabellier qui en a vu d'autres (mais pas beaucoup de granite...).
















Un doux repos bien mérité...à l'ombre du mirabellier /// Un vtt un arbre un gars...souv'nir de Granit Montana.








Imprimer cet article Imprimer cet article