Championnats du monde masters vtt: un goût d’inachevé…

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , ,

La dernière ligne droite commence vers le 10 août... Le dimanche 11 août je mets le cap vers Embrun avec Lolo et Jules afin de concilier "activités de Jules et de J-P". Après 8h de voiture on rejoint le petit paradis du camping des Gourniers à 1430m, au-dessus de Réallon village, dominé par les montagnes et les moutons. Je monte d'ailleurs à la cabane du Laus (1978m) puis au-dessus (2250m) pour voir où paissent les moutons, je ne vois pas le troupeau...J'aurai l'explication le vendredi suivant (où je monte vite: 520m de dénivelé en 32'): la bergère ne les ramène à la cabane que vers 20h30. Ils ont bien raison de profiter.


Mais revenons à nos moutons...à nos crampons. Je "promène" le XR sur les routes de montagne environnant Embrun toute la semaine, avec différents types d'intensité, sans oublier d'encourager Jules à son triathlon pupilles le 14 août, et de regarder de bout en bout l'Embrunman le 15...10 000 spectateurs au bord du lac dès 5h45, ça le fait! Les nuits sous tente à 1400m sont trop sympas, Jules ne perd pas un caillou plat pour les ricochets, les autres lui servent à confectionner des barrages, il attrape des têtards, son imagination fonctionne, il est vivant...


XCO - XCL...


Le samedi 17 août on galère dans les bouchons briançonnais avant de rejoindre Méribel où je repère  le tracé avec Vincent Matz, junior de mon club et de mon team (Haute-Marne vtt) qui va terminer la saison sur une très bonne note: 8ème. Le tracé est encore amélioré par rapport à l'année dernière ; depuis quelques années la qualité des tracés XCO va crescendo. En tout cas il y a de quoi faire sur ce très joli tracé.

NB: après deux années de pratique du format "XCO - XCL", il semble que le format XCL n'a pas apporté ce qu'on en attendait (plus de participants en masters ou open dames  par exemple où l'on ne trouve que 21 classées au général final). Par ailleurs le tracé du XCL a parfois été moins soigné que celui du XCO. Il est peut-être temps de revenir au XCO pour tout le monde , avec plus de travail sur les choix de trajectoires pour le spectacle, la tactique et la gestion des les différences de niveau.


Joli carton en coupe de France

Le samedi soir on couche dans la vallée, le dimanche je fais une course correcte mais loin d'être exceptionnelle, c'est un peu une habitude en 2013...Néanmoins mon bilan coupe de France 2013 est très bon et je monte quatre fois  sur le podium:

* Vainqueur M50 Méribel

* 3ème M40 Méribel

* Vainqueur général M50

* 2ème général M40

* 7ème général scratch masters.


Une organisation exceptionnelle.

Dès la fin des podiums je récupère Lionel Ipert, on rentre ensemble chez moi, le lundi matin 8h on part pour Roissy...Le Caire...Johannesburg...Pietermaritzburg...Hôtel Stay Easy le mardi à 18h, ouf!



Dès le mercredi matin, après avoir retrouvé Patrick Balthazard et Guy Durand, on repère le circuit. Il est très "tracé", avec moult rajouts artificiels: double bosses, gaps, pierriers, step-ups...Il faut savoir engager fort et réaliser le geste technique précis au bon moment sous peine de taper une pierre voire plus si affinités avec le sol...Un parcours à mi-chemin entre vtt et bicross. C'est surtout un énorme travail, avec des twins tracks qui permettent de rouler à gauche si l'adversaire prend à droite, des "A line - B line" qui permettent de gérer l'hétérogénéité des niveaux...respect! Toute l'organisation est de cet acabit: podiums avec miss et hommes en tenue zoulou, portiques de départ -arrivée top, sécurisation optimale du tracé (siffleurs partout), rubalisage des deux côtés sur toute la boucle, speaker très pro, zones de trial de folie...jamais je n'avais vu une telle organisation auparavant.


Ne reste plus qu'à honorer ce beau parcours. Le jeudi, notamment grâce à Lionel Ipert qui me motive pour retourner dessus, je maîtrise le dernier passage technique que je n'osais pas tenter: une double bosse bien marquée. L'enchaînement double bosse - gap est spectaculaire. A force de rouler sur ce tracé j'aurais bien aimé regarder la course des élites une semaine plus tard, mais je dois reprendre le travail le vendredi 30 août. Petite déception avant notre course: le commissaire principal nous annonce au briefing qu'il a décidé de supprimer la section la plus engagée du circuit (où il y avait 3 lignes A, B, C) où je prenais la trajectoire la plus directe...mais le mercredi 5 pilotes sont partis à l'hôpital en une heure. C'est le problème en masters où l'hétérogénéité des niveaux techniques est énorme. Ca s'agite un peu au briefing car les bons pilotes sont mécontents de cette suppression, finalement je demande à prendre la parole, "speak my best English" et explique que même si moi aussi je suis déçu de cette suppression il me semble inutile d'en parler pendant une demi-heure, mieux vaut féliciter les organisateurs pour l'énorme travail réalisé sur tout le reste du tracé où on aura quand même largement la possibilité de s'exprimer techniquement...applaudissements, on passe à la suite.

Un peu "en dessous"...

La veille du championnat je ne fais que 20' sur mon XR sur la route pour aller au briefing, plus une demi-heure de PPG afin de rester actif. Le soir je dors bien, avant la course je m'échauffe longuement (un quart d'heure de PPG + 30' sur le vtt), je sens que si je veux accélérer ça n'est pas vraiment cela...Au départ je gicle en tête puis laisse passer un coureur devant moi pour prendre l'abri, à ce moment-là tout roule. Mais le coureur qui passe, je ne le reverrais plus! C'est le Suédois Tommy Olsson, il me prend mètre par mètre: 50'' au premier tour, 1'20 au deuxième, 1'38 au troisième...De mon côté la bataille est rude pour la 2ème place avec le Danois Madz Boedcker (manager de l'équipe danoise élite). Je subis une petite chute dans le premier tour mais mes deux adversaires ont aussi leur part: chute pour Olsson, perte d'air au pneu arrière pour Boedcker, on est à égalité. Boedcker navigue sans arrêt entre 10 et 20'' de moi, dans le dernier tour je fais un dernier gros effort dans la dernière bosse, le repousse à 20'', finis "tranquille", il revient à 9''...Je suis 2ème pour la 4ème fois en 10 ans, mon 7ème titre ne sera pas pour cette fois, je pense couper un peu le vélo pour retrouver la fraîcheur physique qui m'a fait défaut cette année. A moins que cette baisse ne vienne de mes problèmes de genou droit, auquel cas ce sera nettement plus compliqué...

Lionel Ipert "dég"...

Après un podium somptueux avec miss et hommes en tenue Zoulou, on rentre à l'hôtel où je masse Lionel Ipert pendant une heure. Il a préparé ce championnat très sérieusement, il y croît, moi aussi...Las! Dans le dernier tour, alors qu'après une chute il est revenu à la 2ème place (la première est bien tenue par un Allemand), il casse sa chaîne! Il répare, repart, s'arrête devant moi à la zone d'assistance, veut abandonner, je le "remets en selle" pour qu'il termine ("On reparlera de tout cela à l'arrivée"), il termine 9ème avec le moral dans le même état que sa chaîne et je le comprends. Après sa course je regarde son pédalier, une dent est cassée...On finit par comprendre ce qu'il s'est passé: dans un pierrier il a touché une pierre, étant sur le gros plateau il a "maté" sa chaîne en cassant la dent de plateau, puis les ennuis ont commencé. Sur le coup il se dit que ça ne vaut pas la peine de consentir tous ces efforts pour cela, puis je sens que les choses évoluent dans sa tête...On verra bien s'il tente l'aventure norvégienne en 2014. J'aimerais bien car j'ai beaucoup apprécié la semaine passée avec lui.

Le dopage in English.

A Pietermaritzburg et après pas mal d'efforts je réussis à me procurer The secret race de Tyler Hamilton qui décrit les années Armstrong dans le menu détail. J'engloutis 250 pages du livre pendant le retour en avion et dans les aéroports, alternant lecture et sommeil...Finalement pas grand chose de nouveau dans le monde du dopage, surtout quand on a lu Massacre à la chaîne de Willy Voët (affaire Festina), mais beaucoup de termes anglais qui seront utiles à ma traduction de VTT Rouler plus vite (...en restant propre!). Après 3 vols et attentes, je suis à Roissy, la navette me ramène, parfois à 160 à l'heure sur les sections limitées à 110 (!), à 18h15 je suis à la maison en train de me gaver de reines-claudes. Puis je commence à essayer de me mettre à jour avec un tas de trucs à faire...

Descentes du Vallage et randos!

Le mercredi matin je commence le rangement général puis vais flécher une partie des randonnées de dimanche 1er septembre (+ Descentes du Vallage, compétitions de descente en 3 manches, rens: 03 25 94 20 32): rendez-vous dimanche à Thonnance les Joinville 8h30 pour des randos de 15 à 45km "trop sympas"!


Bientôt quelques photos des mondiaux!

Imprimer cet article Imprimer cet article