Stage enduro!

Article publié dans la rubrique Entraînement, Stages

Cet article parle de : , ,

Après le stage...Dimanche matin, lendemain de stage, 9h30 "coup de colère": il  pleut fort, il fait froid, j'appelle Valentin Clément: "Tu viens déflécher ce qu'il reste du stage avec moi?"..."Je suis encore au lit, donne-moi un quart d'heure et je suis chaud!" Si c'est pas du répondant ça...Un quart d'heure plus tard j'arrive à vtt chez Valentin, il est prêt à venir déflécher...en voiture! J'ai oublié de lui dire qu'on y allait en vélo! Il change de tenue et c'est parti. On reprend les vtt encore (très) sales du stage de la veille, j'ai un sac à dos de montagne de 80 litres, on enquille les 6km qui nous mènent au paradis vtt de Mélaire, on pose les vtt et on retire les rubalises et piquets des spéciales et liaisons restantes, à pied, plus ou moins en courant pour rester chauds car la pluie a redoublé.


On charge tout ça dans mon sac de montagne, les 30 piquets font 1m, ils dépassent allègrement, il y a un GROS paquet de rubalise à fourrer en plus dans le sac, je remonte difficilement sur le vtt avec 20kg "tordus" sur le dos...On rentre à Thonnance avec vent et pluie de face + la barre au front! Ca caille...


2ème coup de colère en rentrant: je balance le Zesty dans le ruisseau pour enlever le plus gros, finis chez moi au jet et au chiffon, sèche, huile, lave les habits, lave et frotte le sac à dos à la lessive...Ca me réchauffe! J'ai l'impression que cette fois le stage est vraiment fini.




Avant le stage...Vendredi matin 9h - midi, avec Lolo, nous mettons en place trois ateliers à Mélaire, mais au vu de l'ambiance (mares d'eau...) je me dis que ça va être dur de faire tenir les stagiaires une journée dans cette ambiance...Vendredi après-midi 14h-17h, seul, je décide de créer 2 ateliers non prévus:


* Un premier au "chalet de Mélaire", sous les sapins (il n'y a jamais de boue à cet endroit), 2 spéciales, une typée "large - choix de trajectoires", une typée "rétrécissements - il vaut mieux partir en tête"...


* Un second aux abords: un ensemble de mini-descentes que je cote de 1 à 4 en posant au départ des piquets avec 1 à 4 morceaux de rubalise.




Ces nouveaux ateliers nous sauveront la mise!




Par ailleurs j'informe Valentin qu'il vaut mieux modifier le déroulement initialement prévu (2 groupes alternant les ateliers) et faire rouler tous les stagiaires sur le même atelier en même temps pour "réchauffer l'ambiance" et être toujours deux encadrants à gérer la sécurité...Bref, un stage notablement modifié la veille, c'est pas tous les jours...L'expérience a parlé.






Le stage!




Le samedi 09 novembre, Valentin Clément et moi sommes sur place une heure avant le début des hostilités. Il fait beau! J'ai demandé à Valentin (18 ans à peine) s'il voulait co-animer avec moi, il fait preuve d'un tel esprit d'initiative au sein du club (il est à l'origine d'Enduro Mélaire!) qu'il est bon de lui mettre encore un peu plus le pied à l'étrier en matière de prises de responsabilités.




Je lui montre les modifications effectuées la veille, on se met d'accord très rapidement sur le fonctionnement, les stagiaires arrivent, on fait l'appel grâce à Thierry Kasztelan qui a pris les inscriptions et édité la liste d'émargement...Surprise: 5 stagiaires de Verdun ne sont pas inscrits! Pas inutile de faire l'appel...Thierry règle ça avec leur président au téléphone et ils peuvent rester avec nous!




Après une photo de groupe, on attaque par 20 minutes de "culture physique" sur place sans vélo puis avec les vtt utilisés comme des accessoires de PPG, afin de faire prendre conscience aux stagiaires enduristes (en général focalisés sur le plaisir immédiat de rouler) qu'une bonne base physique est utile et peut se travailler facilement, sans matériel, avec son propre corps. Par ailleurs cette séquence  soude le groupe, qui à ce moment-là ressemble un peu à une classe. NB: sur 40 stagiaires il y a 20 jeunes...Ca ressemble vraiment à une classe!




Viennent ensuite les "spéciales du chalet" qui donnent lieu à de chaudes joutes, le stage trouve immédiatement un bon rythme! Ca "fight" de tous les côtés au son des Top! de départ, de temps à autre on donne des conseils spécifiques (braquets, positionnements, choix de trajectoires, donner un handicap aux meilleurs, etc.). On s'occupe un peu plus de la jeune Chloé (seule fille du stage!) dont la technique n'est pas le point fort mais qui finit par aborder des racines plus vite que je ne l'aurais pensé! il faut "juste" se mettre à sa place, "dans" ses difficultés, pour comprendre comment l'aider...et lui laisser le temps car chacun progresse à son rythme (pensons à nos propres lacunes, on comprendra mieux celles des autres...).




Les "descentes graduées" sont l'occasion pour de nombreux jeunes de m'épater, et pour plusieurs d'entre nous d'éclater un pneu arrière sur la même pierre (R.I.P. Toro, remplacé par un Cougar...mais je te réparerai peut-être). Les prises de risque sont à la fois réelles et maîtrisées et à 12h30 tout le monde est entier pour déguster voire dévorer le repas de midi. A noter que les carottes ont été achetées entières et râpées par mes parents, c'est quand même autre chose que des carottes pré-râpées! Dans un stage tout compte...D'autant que l'après-midi sera autrement exigeante pour les organismes! Au passage un grand merci aux bénévoles (comme moi) qui ont apporté leur aide: François, Guy, Marlène, Marie-Thérèse...




Vers 13h45 on rattaque par une petite demi-heure de singles "sinueux - sympas", avant une longue session sur deux spéciales "parallèles et boueuses" qui donnent lieu à des joutes endiablées. On avait prévu de jour à un contre un mais ça évolue vite vers du 2 contre deux voire plus si affinités...Jusqu'à 4 au départ d'une même spéciale! Ambiance! Vers 15h40 "la fatigue se fait sentir, on termine le stage autour du trou de la route qu'on descend par différentes voies, plus ou moins difficiles. Valentin "enfonce le clou" avec un gap de fort belle facture...Après quoi, pendant que certains retournent aux descentes du matin, on termine vraiment le stage avec 20 minutes de singles en souplesse et dans une lumière faiblissante...




La journée a passé comme une seconde, tout le monde est heureux...La pluie reprend une heure après la fin du stage! Accalmie bénie, nous n'avions de l'eau que sous les roues et le soleil au-dessus de nos têtes.




Petite photo pour finir!




Stage limité à 30...finalement réalisé à 40!


Imprimer cet article Imprimer cet article