Nicolas Armstrong…

Article publié dans la rubrique Divers

Cet article parle de : , , ,

La scène politique offre bien souvent des analogies avec la scène sportive...En mai 2012 cela m'était apparu de manière très nette au moment où j'avais vu Nicolas Sarkozy et François Hollande s'approcher de la salle dans laquelle ils allaient débattre pour emporter les suffrages des Français à l'élection présidentielle. Nicolas Sarkozy était apparu irritable, disant aux journalistes que le débat c'était dans quelques minutes, qu'il n'était pas opportun de le commencer dans les couloirs...Il était comme sur la défensive. François Hollande, à l'inverse, était presque jovial, genre "Je vais me faire plaisir", il paraissait à la fois déterminé et serein. A l'issue des quelques questions posées par les journalistes dans les couloirs, donc avant même que le débat commence, j'avais dit à ma femme "Sarkozy a perdu - il se comporte comme un perdant". L'impression avait été encore plus nette après le débat. Les journalistes (qui ne lâchent aucune "proie"...) étaient à nouveau dans les couloirs (qui cette fois menaient vers la sortie), ils ont demandé aux deux candidats comment ils se sentaient après ce débat. Sarkozy avait cette fois été à la limite de l'énervement, regrettant qu'on cherche à continuer le débat après le débat, quand Hollande, pour sa part, lâchait tranquillement et avec le sourire "Je me sens bien, j'aurais pu continuer". Ce jour-là, Nicolas Sarkozy, habituellement très habile médiatiquement, m'était apparu bien peu fin tactiquement en comparaison de François Hollande. Hollande a remporté l'élection présidentielle. Bien sûr, loin de moi l'idée de prétendre que ce débat a été décisif, néanmoins on avait pu y observer des attitudes que l'on retrouve en sport et qui montrent qui est "solide" et qui est "friable" (prenable) à un instant T.


Il y a deux jours, Nicolas Sarkozy a, me semble-t-il, réédité une grosse erreur tactique. Cette fois il m'a fait penser à...Lance Armstrong. Remarquez, on connaît son admiration pour le Texan...Mis en examen et interrogé sous le régime de la garde à vue dans les affaires que l'on sait, il est monté au créneau médiatique sur TFI pour se plaindre: d'être écouté, traqué, contrôlé...A certains moments j'avais l'impression d'entendre Lance Armstrong qui utilisait les mêmes ficelles ("Je suis plus contrôlé que n'importe qui"..."Vous pouvez chercher vous ne trouverez rien"...On sait ce que cela a donné), celles du persécuté de service. Si on réfléchit un peu il apparaît pourtant assez clairement que celui qui n'a rien à se reprocher peut se contenter de ne rien dire, la justice fera son travail et conclura au non-lieu. Se débattre comme un beau diable alors que l'affaire est en cours d'instruction fait alors penser que la personne a des choses à se reprocher et, du coup, fait diversion. Cela peut "convaincre" ceux qui sont déjà convaincus, mais paraît plutôt pitoyable quand on réfléchit rationnellement.


Mon sentiment est que Nicolas Sarkozy est en train de précipiter sa perte politique et qu'il sera bientôt irrémédiablement "sorti du jeu", tout comme Lance Armstrong en son temps dans le domaine sportif. En ce qui concerne Armstrong je m'étais alors dit "Ouf, il y a une justice". En ce qui concerne Sarkozy, laissons la justice faire son travail, mais je me dis "Il y a d'intéressants parallèles à faire avec l'attitude d'Armstrong".


La politique c'est du sport...

Imprimer cet article Imprimer cet article