Prix d’Oger: la forme?

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , , , ,

Hier je courais sur route à Oger dans la Marne. Une "2ème caté" qui ressemblait à une étape de montagne: 97km, 10 tours, une grosse côte et un "sale faux plat" dans chaque tour, et 1645m de dénivelé positif (et négatif, cela aura eu son importance) à chaque tour. Départ des 35 coureurs au sommet de la première côte (merci aux organisateurs), quelques classiques banderilles, un groupe de quatre coureurs qui s'échappe je ne sais pas trop comment (je ne me sens ni trop concerné ni trop juteux en début de course, je reviens d'une semaine de cols à allure régulière...), un autre groupe qui part en contre sans moi...Je pense m'organiser avec ce qui reste du paquet (pas grand chose à vrai dire!), je fais la 4ème ascension à bloc sur la plaque (50X25), seuls deux coureurs restent dans ma roue, seul un me relaie...puis craque, je me retrouve seul à 40 secondes du groupe de huit! Pas question d'abdiquer. Je me mets à plat ventre au propre et au figuré et entame la chasse, avec 1% de chance de revenir...


Une voiture me suit, mais jamais elle ne passera devant, ça aurait pourtant été une bonne idée! En effet, en bas de la descente du Mesnil sur Oger (une vraie descente...), je frôle la catastrophe à plusieurs reprises avec des voitures et des signaleurs surpris par ma rapide arrivée. Il ne fait pas bon chasser seul! J'ai beau gueuler à la voiture de passer devant moi pour ma sécurité, elle ne bougera pas (ordre des commissaires paraît-il...Ils veulent ma peau ou quoi?).


Malgré ces frayeurs, je continue à me faire bien mal aux jambes, à adopter la position de l’œuf assis sur le cadre dès que je le peux en descente (je "fais" vraiment les descentes!)...et je ne perds rien! Mieux, dans la 8ème descente, alors que j'ai chassé seul près de 40km, je vois que le groupe n'est plus qu'à 20 secondes devant moi. Ca va ch...Je fais les 2km de plat qui me séparent du pied de la 9ème ascension "pas plus vite que cela", puis remet la plaque (50X25) et, sous les encouragements du public qui a vu que je ne perdais rien depuis 4 tours, revient en milieu de côte sur le groupe qui au fil des kilomètres s'est réduit à 4 unités. Dans ces cas-là il ne faut pas hésiter: je les double le plus vite possible et ne garde qu'un coureur dans ma roue (Sébastien Legand sauf erreur de ma part), il me relais très efficacement, je le remercie de m'offrir enfin de l'abri après 40km en solo!


Un coureur réussit à nous rejoindre mais il "pète" dès le début de la 10ème et dernière côte, que je monte une dernière fois sur la plaque. On reste donc à deux pour les 5ème et 6ème places. A 4km de l'arrivée on décide de diminuer un peu le tempo car derrière personne ne reviendra et devant les échappés ont trois minutes d'avance. On termine donc par un amical mais néanmoins maximal sprint final (al, al, al :-) ) avant une franche poignée de main et un lavage à l'eau de Cologne.


Reste à traverser la fête foraine pour se rendre à la salle des fêtes (avec une mine défaite :-) ), assister au tirage de la tombola, et à la remise des récompenses, proportionnelle à la difficulté du tracé: au moins 100 bouteilles de Champagne, et 15 euros à chaque finisher! Il est vrai que cette course est d'une difficulté assez rare de nos jours, mais moi, en bon vététiste, j'ai adoré.


Actuellement je suis très motivé dans ma préparation aux championnats du monde masters vtt que je courrai le lundi 25 août en Norvège (Lillehammer) et la forme est visiblement ascendante. Je veux courir plus avant les championnats qu'en 2013, car à mon âge (51 ans...j'ai eu une prime du plus âgé à Oger!!), il est difficile de se motiver vraiment hors course (en juniors j'étais capable de me faire plus mal à l'entraînement qu'en course!). J'ai donc toruvé une autre course, encore sur route, dimanche 10 août, près de Dôle (Rochefort sur Nenon), une 3ème caté, puis je courrai le triathlon de Vesoul en relais pour faire la partie vélo (ou natation + vélo si on ne trouve pas de nageur), alors il ne restera pus qu'à faire 2000km en voiture pour se rendre à Lillehammer et voir le circuit...Entre les courses route je dois faire surtout du vtt (ne pas perdre l'objectif de vue...).


Je vous raconterai cela!

Imprimer cet article Imprimer cet article