Des images en tête.

Article publié dans la rubrique Divers

Cet article parle de : , ,

Je rentre d'uns sortie de vélo de route de 2h17 (pas une de plus, pas une de moins non plus), j'ai vu la campagne nue au départ de Thonnance, je l' ai vue se couvrir de neige à mesure que j'approchais les hauts plateaux (plus de 400m d'altitude, non je n' ai pas oublié un zéro). A Sailly (vous ne connaissez pas? C'est normal), à mi chemin entre la vallée et les hauts pays, les prés étaient blanchis mais pas tout à fait, au fond des vallons coulaient des ruisseaux et apparaissait une herbe d'un vert impressionnant, comme quand on blanchit des haricots (verts) dans l'eau bouillante. Le vert de cette herbe courte était rehaussé par le blanc de la neige autour. Plus haut, c'était neige, neige et neige, cinq centimètres d'un manteau blanc qui tient froid aux champs. Il en est même tombé pendant dix minutes. Neige au sol, neige en l'air, nez en l'air pour la voir tomber, coup d’œil à la route pour ne pas tomber.

J'ai fait vélocité (de toute manière chez moi le vélo a toujours droit de cité ; le matin j'avais fait gainage et il n'y a pas de jeu de mots). Je suis rentré vers 17h40, il faisait zéro degré, la couleur du ciel annonçait une nuit froide, j'étais heureux de rentrer au chaud parce que j'avais passé deux heures (dix-sept) dans le froid. Magie des contrastes. Pour s'assagir il s'agit d'être positif.


Mardi justement je suis tombé (au figuré) sur un petit vieux qui passait dans ma rue alors que je rentrais de 2h05 de route, avec séquences de force cette fois. Il distribuait un prospectus à tendance religieuse en disant qu'en cette période trouble il était bien d'essayer d'être positif (ça doit être pour cela qu'Armstrong...). Plus sérieusement j'étais d'accord avec lui mais lui demandais s'il "profitait" des événements (Charlie...) pour diffuser son prospectus. Il n'a pas dit non, tout en arguant qu'il était bon d'être positif en toute occasion. On a évoqué des choses à faire au niveau social, scolaire, éducatif...puis j'ai commencé à avoir froid et je suis rentré prendre une douche, non sans apprécier l'état d'esprit de cet homme de plus de soixante-dix ans qui aurait pu être aigri.


Où voulais-je en venir? En fait je ne sais pas. Mais ce n'est pas désagréable d'allonger ces quelques mots couché sur le lit, pardon: de coucher ces quelques mots jambes allongées sur le lit. Un ordi portable ça change la vie post-sortie d'un cycliste.


Bon, faut que j'aille surveiller la cuisson des patates sinon on va rater la raclette.

Imprimer cet article Imprimer cet article