Marseille VTT XCO puissance 8

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , , , , ,

Les week-ends se suivent et ne se ressemblent pas: dimanche dernier dans les Ardennes je pioche pendant toute la course et je passe un sale dernier quart d'heure "hypoglycémique", hier ce fut une autre histoire.


Lundi 23 mars je n'ai rien fait à part une  journée de boulot de 9h à 19h. Mardi 24 je n'ai fait que 1h05 de PPG du haut du corps, très dense mais sans charge à part parfois le medicin-ball. Mercredi 25 1h30 de vélo plat sans effort particulier, sous une météo qui ne donnait pas envie de fournir un effort "particulier"...Jeudi 26: 50 minutes de PPG après une grosse journée de boulot. Toute la semaine une bonne envie de manger, signe que mon organisme est affûté "à la limite".

 

Vendredi à 7h du mat je démarre de Thonnance avec deux jeunes du Team Haute-Marne, je rejoins le reste de la troupe à Lavilleneuve-au-Roi, et c'est parti pour 6-7h de route vent (du nord) dans le dos. Le calme haut-marnais laisse finalement place à la furia marseillaise, ça roule de partout, j'aurais du mal à habiter là...Mais le dernier kilomètre nous ramène dans une sorte de "réserve de quiétude", la fac de Luminy, que jusque-là je connaissais pour y avoir assez souvent garé ma voiture afin d'aller grimper dans les Calanques, petit paradis de l'escalade en bord de mer.

 

La coupe de France se déroule là et pas ailleurs! Autour du circuit c'est vtt interdit. Cela préfigure peut-être la société de demain, béton à tous les étages, réserves "naturelles" ici et là pour sauver la face. "L'Homme fait l'Histoire mais il ne sait pas l'Histoire qu'il fait" a dit un historien. Nous verrons bien...

 

 

Samedi place aux courses !


Je me lève vers 6h, déjeune orange pressée + gâteau de riz + mini-tranche de jambon, puis je cherche un thé à l'accueil pour tuer le temps, ce qui me donne l'occasion de rencontrer une sympathique Vénézuélienne, étudiant notamment sur des aspects internationaux liés à la nutrition dans le monde, qui fait l'accueil pour un petit salaire complémentaire. Je suis en avance, du coup on a le temps de causer de bio, d'obésité galopante dans les pays qui s'enrichissent (le Venezuela est frontalier du Brésil, champion du monde actuel de l'augmentation du pourcentage d'obèses), de la France qui lui fait peur tellement elle utilise de pesticides (plus que les USA par habitants...On est champions du monde dans ce domaine, c'est bien de la savoir), de l'importance d'une éducation quotidienne à un mode de vie sain (je lu parle d'études réalisées à Marseille-même, qui montrent que les pauvres mangent beaucoup de calories pas chères tandis que les riches en mangent moins mais des plus chères)...Quand elle apprend que j'ai 52 ans et qu'elle observe mon degré de conservation", elle me pose quelques questions sur mon mode de vie, ce qui nous amène à des considérations sur le bio et les potagers individuels. Elle me parle de cargaisons de gambas périmées qui sont recyclées vers les conserves au lieu d'être jetées suite à un appel d'un consulat...Surtout, en une demi-heure j'ai eu la sensation de m'ouvrir plus que pendant certaines semaines de routines...D'une certaine manière les voyages ont parfois lieu sur place, c'est agréable aussi...et moins polluant.


Ma course démarre comme d'hab à 9h et je décide faire la start loop pour me réveiller. J'enfourche le Lapierre XR à 8h. Finalement la start loop fait moins de 20 minutes alors je parcours un tour entier. J'ai plaisir à rouler, c'est bon signe. LesHutchinson Cobra se faufilent dans un dédale de pierres, prêts à piquer les appuis...

Déshabillage dans la chambre, friction du corps à l'eau de Cologne, quelques mouvements de bras et tronc pour finir de réveiller le moteur, et je viens me placer en première ligne, devant environ 200 masters prêts à en découdre...Il ne faudra pas faire de faute au risque de repasser dans la meute et les bouchons.

Néanmoins je ne veux pas partir trop vite, je ne suis pas certain de ma capacité à tenir à très haut rythme, je me plais à imaginer une place dans les 15...

Je pars donc aux environs de la 20ème place et remonte sans trop d'à-coups vers la 12ème, avec juste une exception : un dépassement un peu chaud de deux coureurs dans un single descendant parce qu'il y avait de la place et que personne n'y allait...ça gueule un peu mais tout va bien !

Sans trop me faire violence je remonter à la 10ème, puis 9ème, puis 8ème, puis 7ème, puis 6ème place ! Au milieu de l'avant-dernier tour j'ai même le 5ème en vue. Mais je commets quelques petites fautes techniques (léger surrégime?) et me retrouve un peu distancé par Pierre-Alexandre Dupuis qui me prend 20 secondes. Je calme un peu le jeu, repars en souplesse et fait un dernier tour crescendo au terme duquel je termine « à bloc à bloc » pour passer la ligne sur ses talons !


Je suis 8ème scratch, 2ème des « 40 et + » et (très) large vainqueur des 50 et plus. Douche, petit repas, podium, rigolades...Place aux Cadets !


Au sein du Team Haute-Marne nous en avons deux : Laury Henrissat et lucas Duveaux. Laury part en 6ème ligne (sur 22 lignes, 264 Cadets paraît-il...), Lucas en 13ème ligne. Les consignes sont un peu différenciées : départ rapide si possible pour Laury afin qu'il soit dans le rythme de devant et évite les inévitables bouchons de départ ; départ plus souple pour Lucas et consigne d'observer au maximum pour s'engouffrer dans le moindre espace et dépasser.

Les deux jeunes vont fort bien tirer leur épingle du jeu : Laury remonte à la 32ème place avant la mi-course et, en gros, conserve son rang jusqu'au bout : 34 scratch. Lucas passe 125 au bout d'un tour et termine finalement 89ème : ils ont remonté chacun plus de 60 coureurs.


Masters, Cadets : tout le monde a roulé vite et propre sur un terrain qui peut surprendre les Hauts-marnais, le Team Haute-Marne a donc fait preuve d'une certaine maturité.



Il ne nous reste plus qu'à rendre les transpondeurs, ranger le matos, monter dans a voiture, galérer une heure dans le trafic marseillais toujours aussi dense, puis filer dans le jour tombant puis la nuit noire vers la "calme Haute-Marne". La maison est atteinte à minuit, ouf!





LP = Le Paulo...C'est aussi Lapierre!













Laury Henrissat, lui aussi sur Lapierre (Pro Race 829)











Lucas Duveaux la moto! KTM oblige...


Imprimer cet article Imprimer cet article