Saint-Pompont j’adore!

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , , ,

J'adore (re)venir à Saint-Pompont, dans le Périgord. Et cette année les petites truffes ont été mises dans les grandes ! Après huit heures de route, à 5-10km du site, on voit un premier panneau « VTT », puis un deuxième...puis une bonne centaine ! Disséminés partout au bord de la route, ils nous disent « C'est LÀ que ça se passe ! » Une bonne pub Pomponnesque...Quand je vous dis que j'adore.


À 16h01 précises on coupe le moteur du véhicule et on met en route le nôtre. J'enfourche mon XR chaussé de Taïpan / Python (que je ferai finalement évoluer en Taïpan / Taïpan)...Jamais je n'ai vu la piste de St-Pompont aussi sèche (jeu gratuit : répétez dix fois « aussi sèche que Sosh»...). Par endroits on se croirait à Pra-Loup. 10cm de poussière dans les appuis – freinages et dans certaines montées raides, qui sont un peu la signature de St-Pompont et contrastent avec les pentes douces de Marseille un petit mois plus tôt. Eh oui, déjà la deuxième manche de coupe de France. « Time waits for no one » comme disaient les Stones...Ils ajoutent d'ailleurs « And he won't wait for me »...Demain personne ne m'attendra, c'est vrai. Les manches suivantes n'attendront pas non plus : Ploeüc dans trois semaines, Lons Le Saunier mi-juin...On n'aura plus alors qu'a attaquer les épreuves montagnardes de juillet – août pour parfaire notre périple touristique et sportif !


On fait deux tours et puis s'en va, vers le camping de Céou. On le cherche un peu...Céou c'est où?


Après une nuit super calme c'est petit déj et pommade chauffante car il fait bien frisquet (mais ça ne va pas durer).


Je m'échauffe en faisant la start loop (90% du tour complet), à 8h55 Éric Davaine me demande de retracer un peu mon itinéraire jusque Saint-Pompon 2015 (pas simple en 2 minutes) et à 9h c'est parti pour 150 masters (traduisez « maîtres », hé hé).


On a quatre tours. Dans le premier je gère plutôt tranquille, sauf qu'ensuite, quand je veux « mettre en route », ça ne démarre pas vraiment. Ma meilleure place sera 10ème mais je vais rapidement me stabiliser aux environs de la 15ème place et terminer 14ème. Sur la fin je me livre une petite bataille avec Guillaume Bastian, je le lâche un peu, il me rattrape, je le repasse au sprint...Il croyait que je n'étais plus dans sa roue ! Ça nous fait marrer.


14 scratch, vainqueur 50 ans et encore 2ème des 40 ans et plus, le bilan est bon mais pas excellent comme à Marseille. Je m'en doutais : la fatigue a commencé à s'immiscer les 9-10 avril, quand avec une collègue d'EPS j'ai emmené quatre élèves de notre section triathlon au championnat de France de Run & Bike à Montendre (environ Bordeaux), avec à la clé deux grosses journées et 1650km au volant...Le dimanche 12 j'ai couru sur route (110km) et j'étais entamé. Pendant la semaine pré-St-Pompont j'ai fait 3 séances de PPG appuyée et une seule de vtt de 1h30 pour récupérer les jambes au maximum, mais cela n'a pas tout à fait suffi, d'autant que le jeudi 16 avril j'ai été convoqué à Reims pour travailler au sein d'un groupe de pilotage de la maîtrise de l'anglais en EPS (hé oui nous sommes des multi-outils de l'enseignement, il est vrai qu'en matière de niveau en langues étrangères il y quelques problèmes à régler en France). Et encore 300km de voiture, avant les huit heures pour aller à St-Pompont...Bref, je dirais que j'ai bien géré dans ces conditions.


À 12h30 les podiums pomponnesques sont là pour redonner le sourire à ceux qui l'auraient perdu (mais comment peut-on le perdre à St-Pompont?) : trophée mais aussi magnum de vin de Domme, charcuteries de la famille Lapeyre (de St-Pompon!), un livre sur le Téléthon et autres joyeusetés...C'est la fête !


Nous voilà donc requinqués pour aller voir nos Cadets du Team Haute-Marne faire 40 (Laury Henrissat) et 80 (Lucas Duveaux), sans connaître ni problème mécanique ni chute. Ça gère...


Avant eux Romain Chauffert avait terminé sa course Open loin mais il l'avait terminé, après une année 2014 complètement galère sans vélo. Au courage !


Le samedi soir c'est « très bonne ambiance » dans le chalet du camping, je masse Charlotte qui va courir en Cadettes le lendemain matin et parfois elle est au bord des spasmes tellement elle rigole ! Je propose à Éric Davaine de l'interviewer le lendemain matin pour le fun, elle y échappe cette fois, patience...

Changement d'ambiance dans la nuit : il pleut pas mal...Donc changement de pneus, Charlotte chausse des modèles assez typés Mud et surtout on dégonfle bien, elle est à environ 1 bar. Cela va s'avérer très payant : alors qu'elle revient de soucis de santé et craint de terminer dernière, elle finit 25ème sur 43 classées après s'être battue comme une lionne. On l'arrête juste 15 secondes à l'assistance pour un arrosage copieux de la transmission et roule ma poule ! De tout le Team c'est peut-être elle qui est la plus heureuse de sa perf. Du coup dans la voiture elle reprend les « rigolades spasmatiques »...ambiance !


Malheureusement, entre lavage des vtt et des coureurs on oublie de rendre les transpondeurs ! Le Team Haute-Marne quel boulet...On renvoie ça dès le lundi.

Pendant le retour on fait chauffer le téléphone pour voir un peu les classements, on constate que Julien Absalon semble toujours avoir quelques ratés (à moins qu'il ait connu un incident mécanique?). Pauline Ferrand Prévot n'a pas ce genre de souci. La veille quelques personnes me disaient que la lutte PFP – Margot Moschetti serait intéressante à voir, de mon côté je n'y croyais pas et imaginait un débours d'au moins 5 minutes pour Margot...Ce sera 5 minutes, mais qui pourraient être réduites si Margot s'améliore en technique. Au vu de ce que j'ai observé, elle devrait s'en faire une priorité !

C'est avec l'ordinateur sur les genoux que je termine le voyage du retour (rassurez-vous je ne conduis pas!) et chronique « St-Pompon 2015 » une fois de plus fort agréable.




La qualité de la photo est moyenne...celle de la bouteille est sûrement meilleure!


Imprimer cet article Imprimer cet article