Lons…Ouille!

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , , ,

Non il n'y a pas de jeu de mots dans le titre, je me suis vraiment fait mal! Bizarrement, j'ai passé cette semaine à chuter: une fois mercredi en prenant une descente plus vite que d'habitude pour tenter une "remontée impossible" en face (mais "je l'aurais, je l'aurais"), trois fois hier en repérage (!) sur le "pain de sucre" qui ressemblait plus à un "pain de glace" vu la "glissitude" de l'endroit (ne m'en voulez pas pour le lexique, la tête a dû taper un peu :-) ), et une GROSSE GAMELLE en course au bout d'un quart d'heure alors que j'étais 7ème au scratch (et une seconde après 1er au crash)...encore au "pain de sucre".


Explications: à l'échauffement (avant 15 minutes sur le proto Till-Start) je fais une bonne moitié du circuit et au "pain de sucre" je prends la coupe technique très raide, nickel. Je décide donc de la prendre en course. Mais quand j'arrive au-dessus, Nico Durin est dans ma roue, je la sens tout près (la roue...), et j'ai un moment d'hésitation entre la coupe et la traj' "normale"...Hésitation fatale, je me mets sur le tout, Nico me passe dessus (quand je vous disais que je le sentais tout près...), je le rattrape même à la fin de sa chute! Lionel Ipert nous évite de justesse, on arrive à se dépêtrer, Nico repart vite (il terminera 9ème scratch, disons qu'il a bien sauvé les meubles), mais moi pas moyen...J'ai trop mal, je reste là un bon moment (trente secondes, une minute?), un peu sonné et surtout je souffre beaucoup sous le genou gauche et de la cuisse gauche.


Je repars clopin-clopant...pas moyen d'avancer, chaque pression dans la cuisse gauche me fait trop mal. J'adopte un rythme de randonneur, de nombreux coureurs me passent. D'après certains je suis redescendu aux alentours de la 35ème place. Pendant un tour et demi je pousse des cris de douleur chaque fois que je dois mettre un coup d'accélérateur pour passer une côte, un pierrier...Je suis à la limite d'abandonner. Didier Crenel et un autre "50 ans" me doublent, je ne fais pas le malin...


Heureusement, vers la fin du 2ème tour je me sens capable de forcer un peu plus. Je réussis à revenir sur Didier qui est bien encouragé par son staff! Ensuite il me faut quelques "essais" pour le lâcher, mais j'y parviens. Et en toute honnêteté, lorsque je vois que je lui ai mis une petite "marge", je relâche car ça me fait trop mal...Je passe donc la ligne en 27ème position après avoir créé bien involontairement le suspens dans la course masters 50.


Quelle place aurai-je faite sans la chute? Avec des "si" on fait du bois...Et on ne refait pas une course. Je dois au moins me servir de cette douloureuse expérience pour, à l'avenir, ne tenter aucune trace aléatoire quand on est encore groupés, car n'oublions pas que j'ai fait tomber Nicolas Durin et ça, ça me fait ch...! Il n'a rien de grave non plus, ouf. En revanche il devrait faire un triathlon le lendemain, c'est maintenant compromis, la nuit livrera son verdict...Je monte péniblement sur le podium où j'explique un peu ma journée et remercie les organisateurs pour les petits lots sympas (Côte du Jura + Comté!).


En tout cas cela ne remet pas en cause la qualité du circuit de Lons le Saunier, du vrai  XCO technique voire agressif que j'apprécie beaucoup...Ca tombe bien!


On voit les marques sur le tibia gauche, mais c'est tout le côté gauche qui est touché...

Imprimer cet article Imprimer cet article