Critérium d’après-Tour de Dijon.

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de :

Dois-je écrire cet article en rubrique "Course"? "Je ne sais guère". Disons que c'est un intéressant moment dans la vie d'un cycliste.

 

Une ligne droite très large d'un kilomètre en centre-ville, une rangée de cônes au milieu pour séparer les cyclistes qui "montent de ceux qui descendent, un grand rond-point à chaque bout...Voilà la tracé de ce Critérium d'après-Tour de Dijon. Nul besoin des freins. 44,3km/h de moyenne sans avoir eu l'impression de rouler.

 

23 professionnels au départ dont quelques "calibres" qui sortent du Tour (Péraud, Vuillermoz, Pinot...) et qui sont chaudement acclamés, comme ils le méritent d'ailleurs. J'ai pu rencontrer J-C Péraud pendant une demi-heure au siège des cycles Lapierre pendant l'après-midi précédant le critérium, il était content de ne pas avoir touché au vélo depuis trois jours. Encore tout marqué de sa "chute bitumée" dans l'étape de Valence, il n'en faisait pas une maladie non plus.

 

Globalement les pros me sont apparus comme modestes, soucieux de donner une bonne image d'eux-mêmes et de leur métier. Le critérium, réglé comme du papier à musique, se déroule dans une ambiance bon enfant avec d'ailleurs beaucoup d'enfants qui demandent des autographes et encouragent à tue-tête, avant tout le trio Péraud - Vuillermoz - Pinot. Des échappées partent avec le consentement général, les coureurs peuvent ainsi faire le spectacle (on a quand même roulé à près de 45km/h) tout en récupérant des fatigues du Tour.

 

En début de course je me suis fait un petit plaisir en attaquant et parcourant un tour avec trois acolytes amateurs, on s'est fait reprendre gentiment. En fin de course je me suis retrouvé sans vraiment le vouloir en deuxième position du peloton, un pro m'a gentiment demandé (en me vouvoyant, waouh!) si je pouvais rétrograder un peu.

 

La magie opère néanmoins pour le public car comme je l'ai dit la moyenne horaire est quand même très respectable et entre une course à 45 et une course à 50 à l'heure en tant que spectateur on ne voit guère de différence. Deux ou trois lignes droites faux plat montant à 50 à l'heure m'ont fait comprendre que s'ils voulaient passer la surmultipliée et nous faire passer par la fenêtre il n'y en aurait pas pour longtemps. Ils ne l'ont pas fait mis à part 4-5 coureurs qui ont lâché dès le début de course.

 

Finalement je me suis dit que c'était sympa d'avoir vécu cela. Mieux vaut tard que jamais. A un moment donné un amateur m'a dit qu'on devait être les deux plus âgés de la course...Il avait 43 ans. J'en ai neuf de plus et pourrais être le père de pas mal de pros!

 

Messieurs les pros, "Papy Jean-Paul" vous remercie pour ce bon et rapide moment!

 

Ca faisait longtemps qu'on n'avait pas roulé ensemble! (Photo Amédé Dafonséca pour vcc.fr)

 

Des pros très dispos, merci (photo Amédée Dafonséca pour vcc.fr, merci aussi!)

Imprimer cet article Imprimer cet article