Championnats du monde masters vtt Vallnord: une brève…

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : ,

Voici le compte rendu le plus bref de mes championnats du monde masters: Vallnord 14h je gicle en tête deux mètres devant tout le monde, me relâche pour me placer dans la roue de Philippe Crenel, prend le gauche - droite au bout de 100m, fait 100m sur l'herbe, sent un flou dans la roue arrière, veut me mettre en danseuse pour attaquer la première côte...Je pars en travers, le pneu arrière est à plat. Coupé sur près d'un centimètre...???!!! Je n'ai senti aucun impact.


Incrédule je m'arrête net, Tommy Olsson me touche un peu mais sans conséquence pour lui, je sors du circuit...c'est fini. J'ai dépassé la zone d'assistance de 200m, j'ai plus de dix minutes à faire à pied. En un éclair je comprends totalement Julien Absalon qui pose pied à terre à Londres en 2012. Que faire d'autre? D'autant que la course proposée est tellement courte (3 tours, vainqueur Javier Salameiro en 48'20!!!) qu'il n'y a aucune chance de remonter, ne serait-ce qu'au niveau du podium.


Que dire de plus? Salameiro m'avait battu de 32 secondes au championnat d'Europe 2009 à Pra-Loup à 1600m d'altitude sur le sec, je lui avais collé 7'57 en 2011 au Brésil au niveau de la mer et dans la boue. Les deux fois sur des courses d'environ 1h30.


Autre anecdote: Tommy Olsson percute un autre concurrent et chute violemment, il doit abandonner lui aussi...Salameiro a un boulevard devant lui.


Je n'arrive même pas à être écœuré car je n'ai PAS fait la course.


Je continue donc l'après-midi avec la petite famille en encourageant les coureurs des autres catégories. Les 55-59 ans nous offrent un spectacle et un suspense haletants qui se termine par un coup de théâtre: Roger Gentil lève les bras dix mètres avant la ligne en arrêtant de pédaler en faux plat montant...Jean Malot l'ajuste in extremis! Je pense que Roger va passer quelques sales nuits...


Moi je remonte en Haute-Marne avec la ferme intention de passer à autre chose car on ne refait pas une course. Vivement 2016!


Jusque-là tout va bien (réplique célèbre...et combien vraie!)

Imprimer cet article Imprimer cet article