Bienvenue à Ussel…

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : ,

J'ai rarement vu une descente vers une coupe de France aussi détrempée! Va-t-on se retrouver sur un circuit inroulable? "Détrempez-vous", ça ira quand même!


Entre Lyon et Clermont-Ferrand, c'est la grosse douche. A tel point que pour manger notre pique-nique, on ne trouve rien d'autre qu'un abri à toilettes sur une aire d'autoroute qui a des airs de fin du monde. Autant dire qu'on ne traîne pas...

Pourtant ce mini-pique-nique au beau milieu du massif du Forez pourrait avoir de l'allure par beau temps. Mais il faut savoir profiter de tout ce que nous offre la nature. A l'école on apprend que pour qu'une plante pousse elle a besoin de nutriments (trouvés dans le sol), de chaleur, de lumière...et d'eau. Nul doute que l'endroit de notre pique-nique restera vert un moment :-)


A notre arrivée à Ussel c'est un peu moins pire. La pluie s'est muée en bruine voire en rien du tout, mais on ressent une impression de froid à la descente de voiture. A cause de la proximité du "lac" (Etang de Ponty)?


Je mets un sous-vêtement chaud et une veste thermique...qui vont s'avérer un peu trop chauds lors du deuxième tour de repérage. Le circuit est assez agressif en pilotage mais comporte peu de dénivelé (100m par tour à mon Polar). Quelques passages demandent de réaliser de petits gestes techniques mais rien d'extrême, ce qui n'empêche pas un master de se prendre une méchante boîte sur un petit saut qu'il aborde à vitesse trop réduite. Il met deux minutes à se relever...J'imagine qu'il a perdu une bonne dose de confiance pour le lendemain. Du coup je prends mon élan (réduit en plus) juste après avoir vécu cet épisode peu rassurant...en fait ça passe facile. Ne pas se laisser influencer.


Un circuit comme celui-là mériterait 4-5 tours de repérage pour devenir bien fluide et surtout pour anticiper chaque passage sans effort. Mais à 16h du départ de la course deux tours c'est assez. D'autant qu'il faut faire la queue au lavage vélos, passer le chiffon, huiler, pareil pour le bonhomme (si je puis m'exprimer ainsi :-) )...


Après cela on rejoint nos appartements à Vacancéole aux Egletons, le plus vite possible allongé dans un lit avec les chaussettes de contention.


Jeudi soir j'ai pris mon pouls: 38. Plutôt bon signe. J'ai des chances d'être moins arrêté qu'à Marseille...


Fin de la bande annonce d'Ussel, rendez-vous pour l'after!

Imprimer cet article Imprimer cet article