Ussel: allez en paix!

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , ,

Suite (et pas fin) de mon compte rendu "d'Ussel que j'aime"...Le samedi soir l’encadrement du VTTC nous met dans les meilleures conditions en nous concoctant une super platée de pâtes au thon dont je prends deux assiettes ! Plus des carottes râpées bio, on nage dans le bonheur.

On parle des articles sur mon blog où j’évoque le gâteau de l’effort maison que j’ai créé suite aux conseils d’un vététiste rencontré aux Chemins du Soleil. Plusieurs coureurs l’utilisent, c’est sympa ! Il faut que je rédige un article avec les dernières évolutions de ce gâteau qui, quand il est réussi, est succulent ! Et très efficace. Overstim’s méfie-toi !

Après cela il ne reste plus qu’à dormir comme un sonneur avant d’écouter 6h sonner.

Gâteau de riz + orange pressée + mini-tranche de jambon, j’ai 2h30 pour digérer.


Drôle de course


30’ d’échauffement après quoi je prends place en…3ème ligne. Je n’avais qu’à rouler plus vite à Marseille.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille…Dès le départ je me replace aux alentours de la 15ème position, tout va pour le mieux. Mais pas longtemps ! Dans le premier étranglement, un coureur (N° 4041) est en train de se mettre en travers, je tente l’intérieur, je suis poussé de l’arrière, je le touche…Il me frappe deux grands coups dans l’épaule droite, frappe ma roue avant et me traite de connard ! Je n’y comprends rien, je suis à moitié sidéré, je ne réagis pas, j’ai juste conscience d’être en train de perdre un temps fou, tout cela me semble absurde et irréel.

Je repars au-delà de la 40ème place, fais chier ! Mais en un tour je me replace aux alentours de la 25ème place et visiblement en tête de la catégorie 50 ans, ce qui me suffit largement au vu des ennuis actuels (ischio, problèmes intestinaux…).

Au début du 3ème tour je reviens sur « 4041 », je lui demande « C’est toi qui m’a jeté ? ». Il commence par être agressif, je lui dis « Tu dois apprendre à te contrôler, on a perdu du temps tous les deux, c’est absurde », puis il me dit que c’est l’adrénaline et finit par me dire « bonne course » (mais il ne s’est pas excusé).

À l’arrivée (vainqueur 50 ans, 22ème scratch) j’explique cela à Eric « speaker » Davaine en citant le numéro du coureur incriminé…qui arrive, me serre la main, ça semble aller mieux…Mais un peu plus tard j’apprends que plusieurs autres coureurs ont été victimes de ses énervements (se sont faits pousser par exemple) soit à Ussel soit à Marseille. Lui revient me voir et en rajoute en me disant que ce genre d’incident « C’est la course, ça arrive tous les dimanches ». Là je ne suis plus du tout d’accord. On ne frappe pas un coureur. Il n’a pas l’air de comprendre alors je m’en vais.

Deux heures plus tard, je redescends du podium, il est avec le Président du jury des commissaires, il a été mis hors course, il me montre le papier devant le commissaire en me serrant la main, visiblement il attend que je demande de l’indulgence. Je dis « Bonne nouvelle, j’espère que tu as compris qu’on ne peut pas agir comme tu l’as fait ». Là il me dit « Je n’ai pas ton palmarès, je suis moins connu… » comme si c’était parce que j’étais connu qu’il avait été sanctionné. Je lui dis qu’il prend le problème à l’envers, qu’il doit se remettre en question et que cette sanction va l’y aider…Mais il n’écoute pas, me dit que « grâce » à moi il voit des semaines d’entraînement ruinées. Selon lui c’est moi le fautif !!!

J’essaie un peu de lui parler, il n’écoute rien, je lui dis « Tu ne veux rien entendre, on n’a plus rien à se dire », et je m’en vais. Espérons que la sanction va le faire réfléchir et qu’à la course suivante il adoptera un comportement sportif. Si c’est le cas cette mise hors course lui aura été bénéfique. Je le lui souhaite.


In the zone


L’après-midi c’est « randonnée pédestre » pour rejoindre la zone d’assistance, plutôt excentrée mais très fonctionnelle…et conviviale. Le soleil aide bien. C’est toujours un plaisir de voir près de 300 Cadets se battre avec tout leur cœur pour grappiller place par place. Laury « Team Haute-Marne » Henrissat s’offre une superbe 4ème place scratch ! Quant à Jean Wahl il est à l’autre bout du classement suite notamment à une crevaison et à une longue marche pour rejoindre la zone d’assistance et remplacer le Taïpan tout mou par un Python tout fringant. Ensuite Jean ne lâche rien jusqu’à la ligne d’arrivée, c’est la bonne attitude !


Toutes les bonnes choses ont une fin


Le soir le repas monte d’un cran au niveau ambiance, Daniel Hyon nous montre ce qu’est un Ardennais, un vrai, à base de bière – pâté – boudin local, l’ambiance est très détendue ! Mais à 22h tout le monde dort car Charlotte court le lendemain matin. Elle fait le métier, faut que je la masse, une demi-heure non-stop, c’est physique !

Le dimanche matin je me lève dès 6h, j’apprécie ces moments de calme absolu devant un ciel bleu et froid qui annonce cependant une chaude journée. Je tapote un peu sur le clavier...et envoie ce texte grâce à la wi-fi, messager des temps modernes...J'ai déjà envie d'autres week-ends comme celui-là...à un détail près, vous aurez deviné.

Imprimer cet article Imprimer cet article