Docteur Mabuse…Mais que fait l’Agence?

Article publié dans la rubrique Dopage

Cet article parle de : , , ,

Bernard Sainz, alias docteur Mabuse, "officie" depuis au moins 1972, donc depuis au moins quarante-quatre ans. Il n'a jamais été vraiment attrapé, confondu. Or en 89 minutes d'émission efficace, Cash investigation (revoir sur http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/) montre clairement tout ce qu'il fait: prise d'ascendant psychologique sur les coureurs, programmes de dopage aux corticoïdes, EPO, anabolisants, sommes d'argent en liquide reçues sous la table...Le tout filmé, objectif, indiscutable, incontestable...et contesté quand même par Bernard Sainz! Il me fait penser aux élèves qui font une bêtise dans les vestiaires sous mes yeux et qui me disent quand même "C'est pas moi Monsieur".

 

Le passage sur l'Agence Française de Lutte contre le Dopage apparaît également assez pitoyable. On dirait que le directeur est naïf! Cela n'a pas toujours été ainsi, il y a une dizaine d'années, Pierre Bordry, le directeur de cette agence, avait claqué la porte en affirmant que l'Agence n'avait pas suffisamment de moyens pour lutter efficacement. Auparavant il avait été excédé par l'impossibilité de mener des contrôles vraiment inopinés sur le Tour de France en plus des contrôles UCI (Armstrong semblait alors intouchable!). D'ailleurs, en 2016, concernant l'usage des moteurs sur les vélos, on remarque que l'UCI continue d'utiliser des tablettes pour analyser les vélos, alors que l'AFLD met en place un système de surveillance par caméras thermiques...peu de temps après que France 2 (Stade 2) a montré que cette technologie est plus efficace que les tablettes utilisées par l'UCI. Existe-t-il toujours une réticence de l'UCI à utiliser les moyens de dissuasion les plus efficaces?

 

Autre chose: un ami m'a fait remarquer "Pourquoi ils ne font pas la même enquête dans le foot?". Il a raison. On pourrait dire aussi "dans le rugby, l'athlétisme, la natation, la F1, l'haltérophilie, dans"...plein de sports. Je lui ai répondu qu'à mon avis dans le foot ils n'arriveraient jamais à poser des questions aux coureurs ou à leur entourage! Le cyclisme reste un milieu accessible, proche du public. Dans Cash investigation on voit un journaliste aborder Jérôme Coppel et le mettre mal à l'aise pendant un long moment (normal il est encore en activité). Au foot il n'aurait tout simplement pas accès au joueur, j'en suis certain.

 

Ce qui serait bien, c'est de venir sur des courses pro, voir Bernard Sainz s'approcher discrètement des coureurs...et le dénoncer publiquement, à haute voix ("Alors docteur Mabuse on vient faire ses petites affaires?""...), il s'en irait. Cet homme gagne beaucoup d'argent illégalement alors qu'il n'a même pas de compte en banque (!!!) et vit du minimum vieillesse. Bref il se moque ouvertement du contribuable...Et la question revient: comment a-t-il pu ne jamais se faire attraper bon sang!!! Tout cela paraît gros comme une maison...

 

La raison profonde est peut-être celle-ci: la grande majorité du public se fiche éperdument que les coureurs se dopent ou pas, quelques personnes finissent pas se soucier du problème parce que leur enfant ou conjoint fait du sport à haut niveau. Mais pour l'immense majorité, le spectacle sportif, dopés ou pas, suffit. "On" est heureux de s'asseoir devant sa télé, ça va chauffer, on va passer un bon moment...Pareil pour les émissions de divertissement (séries, télé-réalité, variétés...): nombreux sont ceux qui disent que ça ne vaut rien...et qui les regardent.

 

S'impliquer dans des actions d'éducation ou de prévention à long terme c'est plus fatigant, moins directement gratifiant, moins "visible", moins spectaculaire, moins médiatisable...Bref, Bernard Sainz amène des sportifs (pas que des cyclistes d'ailleurs) à rouler plus vite (et pour certains à mourir plus vite), et au fond ça ne dérange pas grand monde. Qui se soucie du cycliste propre qui passe à côté d'une belle carrière parce que d'autres se dopent? Honnêtement pratiquement personne.

 

 

Terminons sur une note positive: adopter un mode de vie sain permet d'être bien dans sa peau chaque jour qui passe, alors que les dopés sont super forts un jour, puis l'organisme "retombe", la fatigue prend le dessus, le dopé fait constamment le yoyo entre grande forme et abattement (comme quelqu'un qui fait des régimes, met son organisme en famine et reprend plus de poids ensuite), la fatigue et la maladie prennent finalement le dessus, et le dopé regrette son mode de vie...trop tard.

 

Au final le mode de vie sain l'emporte!

Imprimer cet article Imprimer cet article