Montgenèvre: sombrer en altitude…

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , ,

Il me restera une chose de positif de ce week-end: le covoiturage avec en tout 6 personnes bien sympas. Pour le reste j'ai bien reçu!

 

Evidemment l'ambiance au sein du Team Haute-Marne VTT, dans le gîte Sne-Snö à Montgenèvre, augmenté de quelques amis (28 personnes au total) était super bonne. Mais quand on se rend sur un championnat de France avec comme objectif de remporter un 12ème maillot et qu'on repart "à poil", la sensation dominante est à tout le moins mitigée.

 

J'avais pourtant essayé de dompter tant que faire se peut l'altitude, mais je savais que le "micro-stage" effectué les 6 et 7 juillet derniers à Montgenèvre risquait d'être insuffisant. J'ai couché à Briançon pour éviter la mauvaise nuit la veille de la course à 1850m d'altitude. Je me suis reposé les jours précédant le championnat. Mais rien n'y a fait, à tel point qu'après deux cents mètres de course je savais à 90% que j'avais perdu. Incapable d'accélérer, je pars 15ème, je suis entouré de concurrents habituellement loin derrière moi, au sommet de la première côte je suis tellement occis que j'ai du mal à descendre correctement...J'essaie quand même de faire quelque chose dans la côte du 2ème tour...J'en suis tout à fait incapable. Je me bats péniblement pour la 3ème place, l'ami Marc Balascovic (à qui j'ai donné des conseils pour mieux se comporter en altitude) me "dépose" au milieu du dernier tour et me mets plus d'une minute en 2km. A l'arrivée je vois des étoiles...4ème, je ne monte même pas sur la boîte.

 

Le lendemain je fais un tour en vélo de route à l'Izoard, je me traîne à peu près autant. Ce n'est que le dimanche que je sens quelque énergie revenir...Cette année 2016 est bien chaotique, avec une manche ratée à Marseille (malade), une victoire en coupe de France mais ternie par l'agression d'un "excité" à Ussel, puis ce championnat aux allures de KO...Et je ne peux m'en prendre qu'à moi-même, le XR fonctionnait à merveille, les pneus Cobra de même, j'étais juste "à 50%", incapable de forcer sur les jambes. Ce n'est pas la première fois que j'ai des ratés en altitude, mais je crois que ce fut la pire. Je traîne peut-être une fatigue générale cette année (anecdote: lundi matin je me réveille à 6h, je travaille jusque 8h30, je n'en peux plus, je retourne me coucher...je dors jusque 11h30!).

 

Les satisfactions du week-end? La bonne ambiance avec le Team Haute-Marne, la lecture de Les racines du mal, un superbe Polar de Maurice G Dantec, le covoiturage avec 6 personnes de 5 à 65 ans, quelques personnes venues me dire ce qu'elles avaient gagné à lire VTT Rouler plus vite...Mais sportivement je n'ai pas existé.

 

 

Le week-end prochain je vais courir le championnat de France masters route, qui passe deux fois le col Agnel (2744m), je vais sûrement me prendre une nouvelle branlée! Mais j'en profiterai pour faire une ou deux belles virées avec Jules les jours suivants.

 

 

Plus vite ou plus lentement, la vie continue!

Imprimer cet article Imprimer cet article