Absalon – Rio – Pauline – avant – pendant – après…

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , , , , , , , ,

Dimanche 21 août 2016, 14h27, je commence cet article. L'épreuve VTT des JO de Rio a lieu dans 3 heures, Julien Absalon doit avoir fini de manger.

 

A quoi pense-t-il? Il doit penser le moins possible. Juste faire ce qu'il a à faire. A l'orée d'un objectif majeur plus les choses sont "automatiques" mieux c'est.

 

Hier Pauline Ferrand Prévot a "coulé" lors de l'épreuve Dames. Je la "voyais" faire entre 10 et 15. Peut-être espérait-elle mieux malgré tous les soucis qu'elle a rencontrés depuis cet hiver. Lorsqu'on est hyper-motivé on peut finir par ne pas (vouloir) voir que ça ne va pas.

 

C'est un peu comme moi! Depuis le début de cette saison j'ai plein de petites "merdes", et je roule 3 à 5 minutes moins vite que l'année dernière sur les tracés du circuit national XCO. Mais je pars quand même aux championnats du monde masters pour le titre...(j'essaie quand même de refaire un maximum de jus, qui sait?).

 

En tout cas tous mes encouragements à Pauline qui vit assurément sa saison la plu difficile, physiquement et moralement, depuis qu'elle a commencé le vélo. Quel champion(ne) n'est pas passé par des moments difficiles? C'est dans leur capacité à les surmonter qu'on voit les très grand(e)s.

 

14h40: je me demande si Julien peut-être totalement insensible à ce qui arrive à Pauline. Dans quelle mesure son échec d'hier peut-il affecter l'état psychologique du champion? Pauline s'était-elle préparée à cette éventualité? Je pense que oui. S'était-elle préparée à mettre sa déception de côté pour soutenir Julien? Je pense que oui. Julien risque-t-il d'envisager sa course d'aujourd'hui en tenant compte de celle de Pauline la veille? J'espère que non. Il doit se concentrer sur son objectif, ne pas dévier, quoiqu'il arrive...Dureté du sport de haut niveau qui requiert une forme d'insensibilité...

 

15h = 2h30 avant le départ...Que font Julien, Maxime, Victor? Entre le repas d'avant-course et le départ il y a souvent une phase un peu "vide", où l'on se demande s'il vaut mieux ne rien faire (au risque de se mettre à penser à la course), s'activer un peu (un peu de PPG?), faire quelque chose de très calme (lire un livre, écouter de la musique, regarder les JO à la télé...Peut-être pas ça, pas trop penser aux JO...). A mon avis à ce moment-là une bonne bande de potes qui ne pensent pas trop au vtt mais qui pensent bien à délirer peut être une bonne solution. Mais bon, le Brésil c'est loin, il faut déjà emmener le vtt et un tas de trucs...Il n'empêche, si à deux heures du départ on peut rigoler avec des potes qui nous font oublier l'enjeu, c'est top.

 

15h15: je regarde France 2 sur Pluzz car on m'a dit qu'il y avait eu un reportage sur Julien. Je constate que Christophe Chambard est toujours de la partie pour les réglages de suspensions. Salut Christophe! Il avait déjà aidé Julien à régler ses suspensions lors de ses premiers championnats du monde en "full" à Hafjell, Norvège, 2014...et 1'51 (si ma mémoire est bonne) d'avance sur Nino à l'arrivée!

 

En passant je me dis que Julien réalise, quoiqu'il arrive, une performance hors normes. Un coureur de 100m sait qu'il fera toujours la même épreuve. Tandis qu'en ce qui concerne Julien, il a gagné ses premiers JO en 2h15, ses deuxièmes en 1h55, et aujourd'hui l'épreuve doit se gagner entre 1h30 et 1h45...30 à 45 minutes de moins en 12 ans, l'épreuve de vtt a été raccourcie d'environ un tiers, par ailleurs les circuits sont devenus plus engagés techniquement et bien plus nerveux. Ce qui, normalement, désavantage pas un coureur au fur et à mesure qu'il "vieillit" (si tant est qu'on puisse parler de vieillissement pour l'instant pour Julien, 36 ans et demi mais toujours tellement focalisé vers l'avenir qu'on le voit toujours jeune).

 

Dans ce reportage Julien dit que le plus stressant n'est pas les derniers jours avant la course, mais les semaines qui ont précédé, celles où il s'est entraîné dur en espérant ne pas se tromper dans ses choix. Il sait que quelques jours avant l'épreuve les dés sont jetés, on ne peut plus modifier son niveau, on peut juste "l'affiner" en se reposant bien, en mangeant sain, en s'hydratant...et en ne pensant pas trop à la course.

 

15h30: je me demande soudain quelles seront les conditions météo du jour. J'ai couru trois championnats du monde masters au Brésil (Balneario Camboriu, une sorte de Rio plus au sud), j'ai connu deux fois la chaleur humide (2010 et 2012) et, en 2011, une météo "post-pluie" très humide et boueuse. Je pense que Julien préférerait peut-être des conditions météo difficiles, pluvieuses (elles avantagent les hommes forts, par ailleurs Julien a été quelques fois "mal" par forte chaleur, notamment à Val di Sole 2008...Julien est Vosgien!). Néanmoins ces circuits avec de nombreux pierriers rapportés sont inquiétants en cas de pluie, ils peuvent devenir de véritables savonnettes par endroits et transformer l'épreuve en jeu de massacre. Or il y a déjà eu pas mal de gamelles chez les dames la veille, alors que c'était bien sec...Ce qui me paraît certain c'est que ce sera humide. Là-bas l'air est toujours humide, à Balneario Camboriu 2012 mes avant-bras sont restés mouillés pendant près d'une heure après l'arrivée!

 

15h45: je me rends compte que nous sommes déjà plus ou moins dans une ambiance post-JO! La télé montre des rétrospectives, on se demande déjà quelle image retenir de ces Jeux...Pourtant Lolo (ma femme) attend de pied ferme 19h pour voir les Experts tenter de glaner un troisième titre au handball, et moi j'attends 17h30 pour voir le VTT que j'espère grandiose.

 

15h50: je me souviens que j'ai oublié une compote sur le gaz (au ralenti, ouf!), je la sauve de justesse. Puis je jette un œil au marathon olympique...Il pleut! Ca promet pour le VTT! J'ai l'impression que les pilotes ont surtout roulé sur le sec sur le circuit des JO, en tout cas on n'a vu que des images de repérages sur terrain sec...Quoi qu'il en soit cette invitée va avoir une grande importance, c'est sûr. Les pneus boue accrochent mieux dans la terre mouillée mais moins bien sur les rochers, le circuit est globalement rapide et très tassé, "dur"...Je crois que quelles que soient les conditions météo en fait il faudra des pneus pour le sec, ou du moins des pneus assez roulants (genre Python chez Hutchinson). Mais si le circuit est mouillé le risque de chute sera à mon avis grandement augmenté...

 

16h10: je suis allé ramasser 2kg de mirabelles, je vais faire de la confiture (ne pas perdre le sens des réalités!), en ramassant sous un ciel nuageux j'ai repensé à la météo: je crois qu'à tout prendre Julien préfère une météo pluvieuse que trop chaude. Il a déjà réalisé des festivals dans la boue, et puis les conditions "pourries" nécessitent une expérience maximale...Je crois que Victor Koretzky peut lui aussi être avantagé par mauvais temps, il est tellement bon technicien...Pour Maxime Marotte j'ai plus de mal à me prononcer.

 

16h35: départ dans 55'...Les mirabelles sont coupées, sucre + agar-agar, je mets le feu en route...Tout en coupant les mirabelles j'ai gardé un œil sur le marathon (l'autre sur le couteau!), j'ai vu Kipchoge s'envoler sur le titre, j'ai va la route mouillée mais j'ai aussi remarqué qu'il ne pleuvait plus...S'il fait environ 20° ça peut sécher très vite, la course VTT pourrait débuter sur sol mouillé et s'achever sur terrain sec...

 

16h55: la confiture de mirabelle cuit, dopée aux feuilles de menthe + un peu de jus de citron à ajouter à la fin...Pas un message sur le téléphone, tout le monde regarde les JO ou quoi? ("J-P tu deviens bête, il y a plein de monde qui s'intéresse à autre chose qu'aux JO" me dit ma conscience, et elle a raison). Je vais tenter de regarder la course et faire des commentaires en direct, il me faudrait 2 ordis! Ca ira avec télé + ordi, s'ils ne coupent pas trop...Et si je me plante je regarderai la course à nouveau sur pluzz. Je note que le "direct" sur pluzz sur l'ordi est en fait différé d'environ 30 secondes...Aaargh!

 

17h15: départ dans 15 minutes. La confiture est en pots, 4 jolis bocaux de couleur orangée qui vont égayer mes petits déjeuners. Je comprends que Julien ait préféré loger dans un appartement plutôt qu'au village olympique, c'est tellement plus sympa et relaxant de sentir un peu comme à la maison. Par ailleurs le vtt se déroulant le dernier jour des Jeux, loger au village olympique ferait courir le risque de se disperser, ce qu'un athlète d'un sport d'endurance ne peut se permettre. Je ne sais pas quelle option a été choisie par Maxime Marotte et Victor Koretzky (ils sont moins médiatisés).

 

17h25: j'ai étendu du linge, tout est propre, comme le sera je l'espère le pilotage des vététistes. J'ai mis france tv sport en route dans un coin de l'ordi pour les coupures sur France 2...

 

17h26: image de Rio sur France 2, il semble faire beau à nouveau...mais il a plu toute la matinée et il pourrait pleuvoir à nouveau. Anecdote: Peter Sagan a le numéro 50, à mon avis il va prendre une grosse raclée...

 

17h30: départ! Hermida a un problème. Sagan fait le show. Absalon à pied dans un virage à gauche, Koretzky TB départ. Absalon 13 au bout de 3 minutes, bloqué dans un franchissement avec des troncs, Schurter en profite. Sagan 3! Koretzky est devant, Absalon et Marotte à 24 secondes au milieu du premier tour...Devant ça se regarde à mort! A cause de  la présence de Sagan dans le groupe et Schurter qui fait peur à tour le monde...

 

15 minutes de course, Sagan crève! Il est loin de la zone d'assistance, c'est vraiment dommage pour le spectacle. Kulhavy se met à visser...

 

Le terrain en cours de séchage est proche du "chantier"...

 

17h52: Koretzky crève, un de plus! C'est ce que je craignais sur ce circuit qui vient de prendre la pluie. Marotte 5ème, Absalon juste derrière. Il est possible que Julien soit parti volontairement prudemment, car les conditions sont "hard". Un trio se forme avec Schurter - Coloma - Kulhavy. Marotte en embuscade.

 

18h02, Coloma pète, Marotte se rapproche! Schurter a l'air très à l'aise. Absalon n'a pas la bonne tête.

 

18h13: Shurter et Kulhavy s'entendent bien.

 

18h17: au bout de 45' de course les coureurs sont pratiquement un par un, le tracé collant fait très mal! Marotte "arrive" sur Coloma...

 

18h21: une évidence me saute aux yeux: pratiquement pas de spectateurs sur le circuit! Ca pique...

 

18h25: Maxime Marotte est dans la roue de Coloma! Podium envisageable.  Schurter et Kulhavy n'ont pas encore vraiment mis en route à mon avis. Il reste trois tours. Marotte est à moins de 25 secondes de la tête. Julien 7ème à 1'30 (aïe), Victor Koretzky est revenu 11ème après sa chute et pédale drôlement bien.

 

18h30: 1h de course, il doit rester environ 35 minutes, rien ne change, si ce n'est que Sagan a encore crevé...Il manque peut-être de technique, de relâchement, il a peut-être monté des pneus trop fins (faut demander à Spé :-) ). Absalon a la tête penchée, j'imagine ses jambes qui brûlent...et sa tête aussi. Marotte tire un peu trop gros dans la grande côte, mais je trouve qu'il tire toujours un peu trop gros (est-ce que son ami Stéph Tempier est contagieux? :-) ).

 

18h38: reste deux tours, Maxime Marotte passe troisième avec une tête de chien battu qui rappelle J-C Péraud...qui a obtenu l'argent à Pékin 2008! Absalon sur plus que d'habitude, il souffre (je pense qu'il s'est mis une pression excessive). Victor Koretzky a de super jambes et poursuis sa remontée après sa crevaison (des regrets...).

 

18h42: Marotte met un petit trou à Coloma pendant que Schurter semble en mettre un à Kulhavy...

 

18h43: Schurter s'envole! Le commentateur annnonce 1m72 - 68kg. Si c'est vrai c'est une boule de muscles! Pas vraiment un format grimpeur, beaucoup plus puncheur, qui fait réfléchir au morphotype du vététiste XCO moderne (Kulhavy n'est pas non plus super-léger). La force avant tout!

 

18h46: Marotte a fait péter Coloma! Ca sent le bronze! Kulhavy accuse le coup, tellement bien qu'on se demande si Marotte ne pourrait pas le rattraper...

 

Amorce du dernier tour, Kulhavy a 33 secondes de retard sur Schurter, Coloma est revenu sur Marotte! ( à 1'18)

 

18h50: Coloma rattaque Marotte dans la bosse et lui met quelques secondes!

 

19h: Maxime a l'air à l'aise dans la roue de Coloma, mais Coloma a l'air juteux quand il faut...Kulhavy gère la médaille d'argent sereinement.

 

19h02: on ne voit plus Maxime Marotte! Il est à 5 secondes de Coloma!

 

19h04: Schurter champion olympique! Kulhavy 2ème...Coloma 3 Marotte 4!!! Absalon 8ème et qui semble épuisé, Koretzky 10ème et sûrement frustré.

 

Et voilà...Comme un symbole, la tête de Julien est masquée par celle d'un spectateur à l'arrivée. Impressionnant comme on passe instantanément de la lumière à l'ombre. Il n'empêche: Julien a illuminé le vtt pendant plus de dix ans. Et puis la loi du sport de compétition est dure, c'est comme ça, dans une course d'un jour il n'y a pas de place pour un moment de faiblesse.

 

Bravo Nino!

Imprimer cet article Imprimer cet article