Trace verte 9 avril…avant retour à la compète.

Article publié dans la rubrique Divers

Cet article parle de : , , , ,

Dans neuf jours la Trace Verte. Météo radieuse annoncée, c'est déjà ça de pris! Comme chaque année je stresse un peu à l'idée de manquer de temps pour tout flécher. D'autant qu'en plus il faut retirer du bois mort tombé du fait de bonnes bourrasques récentes...


Lundi et mardi j'ai bossé plus de 10h au collège (7h30 - 18h, repas tout en bossant des dossiers!), donc pas question d'aller dans la forêt. Mercredi 4 heures de boulot seulement, l'après-midi j'en ai profité pour aller flécher un petit bout...Et j'ai passé deux heures à retirer du bois coupé pour faire réapparaître un single qui en avait fait les frais. Jeudi collège 9h - 19h non-stop (semaine chargée: 2 conseils de classe + conseil pédagogique + conseil d'administration!), pas moyen de faire quoi que ce soit d'autre...Aujourd'hui je ne travaillais pas au collège: "profites en J-P!". Le matin, après 1h de boulot sur des dossiers EPS, je suis retourné avec mon père au "single du bois coupé", on a terminé le nettoyage, puis on a fléché 5km de nouveaux singles sous une température qui n'avait rien à voir avec un mois de mars! Va-t-on une fois de plus connaître une sorte de canicule en avril? J'ai planté des salades il y a quelques jours, elles lèvent déjà...Je les arrose avec l'eau de douches (je me lave au savon) ou de vaisselles, ça économise pas mal...et la terre reste humide et chaude vu les températures ambiantes, alors bien sûr que ça lève vite! Avec mon père on a œuvré pendant trois bonnes heures, après lesquelles j'ai fini la matinée en bêchant et en plantant des oignons. Pas perdue la matinée!


L'après-midi a débuté avec une heure de "coma", après quoi j'ai envisagé un mix entraînement - fléchage: je suis allé à la salle de muscu, j'ai fait 30' de quadris sous la presse puis j'ai enfourché mon XR de test avec lequel je suis monté à Mélaire par la route sur un gros braquet (suite de la séance de force): 14'08'' !!! Mon record précédent était de 14'48 avec le XR course il y a trois ans. D'accord il y avait un bon vent de dos sur les 4,5km de route en faux plat montant qui accèdent au pied de la bosse, mais quand même. Je faisais force: la route sur 36X11, la côte trois pignons plus haut tout en danseuse, dans la côte je sentais que j'emmenais bien le gros braquet, c'était très étonnant.


Ce n'est pas la première fois que je constate une grande forme sur le vélo après une séquence de force (muscu, bicross...), j'en parle d'ailleurs dans VTT Rouler plus vite, je conseille de conserver ce genre d'efforts de force avant les objectifs, j'ai discuté avec plusieurs entraîneurs qui préconisent ce genre d'effort peu de temps avant un objectif, effort qui permet à la musculature de conserver une bonne ""réactivité" tout en récupérant au niveau cardiaque (quand on roule à cadence basse on souffle peu). Mais souvent on n'ose pas trop faire ça à l'approche d'un objectif, on a tendance à ne rien faire...C'est pourtant clair: il faut récupérer cardiaquement tout en stimulant la qualité musculaire à base d'exercices de force.


J'ai poursuivi ma sortie en montant une autre côte goudronnée sur un braquet qui m'a encore surpris, puis je me suis mis en mode tranquille et j'ai posé des rubalises et ramassé du bois mort sur 3km de single, avant de repartir pour une troisième côte gros braquet et de rentrer à la maison après 1h30 de vtt (+ 4h de nettoyage - marche - bêchage le matin + 30' de muscu en début d'après-midi!).


Je crois que malgré mon genou droit qui m'ennuie j'aime toujours autant voir ce qui se passe quand je fais certains exercices d'entraînement, ça me plaît autant que le résultat d'une course parfois ("le chemin compte plus que le résultat"...). Je pense déjà à St-Pompont, suite à mon abandon à Marseille je vais certainement partir du "fond de la classe", j'essaie de visualiser les manières de m'y prendre pour remonter des concurrents rapidement...Je pense que de toute manière je ferai la queue à l'entrée du premier single!


Cet abandon me reste un peu en travers: j'ai sous-estimé le froid, j'aurais dû mettre un sous-vêtement chaud sous ma combi, voire une veste thermique et ça aurait passé. J'ai abandonné alors que j'étais en tête des 50 ans, c'est vraiment que je ne pouvais plus tellement j'avais froid. Et dire qu'en Haute-Marne il faisait carrément chaud! Le monde à l'envers...Psychologiquement c'est une situation intéressante: tout concourt à me démotiver, à moi de transformer cela en une expérience enrichissante et "endurcissante" (remonter de l'arrière...).


Je pense déjà aux championnats du monde  masters à Vallnord le 20 juin. Là aussi pas mal de choses jouent contre moi: ça ne sera pas simple du tout de m'acclimater à l'altitude avant l'épreuve, je devrai faire un long déplacement (10h de voiture)...Comment faire en sorte de performer malgré cela? Ca peut être un challenge intéressant (loin d'être gagné!).


Bref, je me rends compte qu'à 54 ans je reste passionné: d'entraînement, de création de randos, de tests de vélos, d'aide à des jeunes en difficulté...de la vie!


Mais bon il est 21h, demain j'ai pas mal de choses à faire avant de partir aux championnats de France de duathlon de mon "petit" Jules, à Bondoufle, en région parisienne (les forêts haut-marnaises vont me manquer)...


Au lit J-P!

Imprimer cet article Imprimer cet article