De l’illumination à la punition…

Article publié dans la rubrique Non classé

Cet article parle de : , , , , ,

Ce matin un petit trois heures de route avec de sympathiques exercices de force et "watt max" avec l'ami Lucas et deux potes...et un invité supplémentaire: le brouillard!


Le début de la sortie "réveille": 1 degré, bord de canal super humide (les inondations sont encore toutes proches)...Je me dis qu'on fera bien de monter vers les hauts plateaux pour trouver du soleil.


On le fait :-)


On exploite deux longues côtes peu raides pour les exercices prévus (avec quelques demi-tours pour caser le tout). Plus on monte plus on sent le brouillard se déchirer. Vers 300m d'altitude le soleil apparaît. Il est si rare actuellement que c'est une vraie bénédiction! Je me dis qu'on a beau avoir tous les outils technologiques qu'on veut, peu de choses valent un rayon de soleil après trois semaines de pluie...


Entre les exercices on discute. Lucas me parle du nouveau pneu vtt Hutchinson, le Skeleton (pour l'instant j'use mes Fusion 700X25 renforcés sur le goudron granuleux :-)   ), une sorte de Python un peu plus agressif latéralement mais très roulant au centre...De retour à la maison je vais voir ça sur le Net: il donne envie! A la différence du Python (super pneu polyvalent mais qui avoue ses limites en montage à l'avant), je pense qu'il sera performant à l'avant aussi (à l'arrière pas de problème bien sûr). J'ai hâte de le tester...Parfois on retombe en "enfance vététiste"...


On admire encore quelques bords de route sur les hauts plateaux, où le ciel dégagé de la nuit a entraîné quelques gelées au sol qui scintillent au soleil...On se gorge de lumière avant de retomber en fond de vallée où la température a doublé: 2 degrés!!!


Je rentre à la maison en me disant que j'ai bien de la chance d'avoir cette capacité à évoluer dehors par tous les temps...Corollaire malheureux: demain je serai enfermé à l'Assemblée Générale du comité Grand-Est FFC, le genre de réunion qu'il faut faire mais où je souffre énormément. Rien que d'y penser je ressens une frustration: pourquoi est-ce que je dois aller là-bas alors que mes potes seront en train de pédaler? Paradoxe de l'implication dans le cyclisme qui amène à s'éloigner du vélo, du vrai...Ce matin je pédalais dans le froid et c'était un plaisir, demain je serai au chaud et ce sera une souffrance!


J'essaie de positive: ça me fera une bonne journée de récupération...N'empêche: si je rentre avant 16h je calerai un entraînement!

Imprimer cet article Imprimer cet article