Espagne 3.0

Article publié dans la rubrique Entraînement, Stages

Cet article parle de : , , , , ,

Cela fait trois ans que je descends retrouver le soleil espagnol (quoique...on en reparlera), parce que cela fait trois ans que mon fils Jules y va avec son sympathique club Poissons Triathlon. De mon côté j'en profite pour faire du vélo de route tandis qu'eux courent, nagent, roulent, font des multi-enchaînements...

 

Cette année je dois bien avouer qu'avant ce stage j'ai demandé à Jules s'il avait vraiment envie d'y aller. En effet il a montré quelques signes de "démotivation triathlétique", inversement proportionnelle à sa motivation croissante pour le volley-ball (ou comment faire le grand écart entre une discipline d'endurance et une autre de détente; c'est bien il sera polyvalent!). Mais Jules était motivé par cette semaine avec ses copains, et il a plutôt bien pétrolé.

 

Moi je me serais bien vu dans le Sud, mais au pied de falaises...J'en avais même repéré une à Santa Coloma de Farners, pas très loin de Platja d'Aro, mais on ne peut pas tout faire n'est-ce pas? Je suis donc descendu avec la troupe et réalisé un lboc de 25h50 en 7 jours, moins que prévu du fait d'un mercredi assez horrible où j'ai quand même roulé 1h23 sous la neige et la pluie (je n'ai pas vu grand monde!), choisissant de répéter 20 fois une côte de 500m en divers modes de fractionnés pour ne pas avoir le temps d'avoir froid sur du plat (il faisait 1°). Du coup ce fut la sortie la plus dense-intense de la semaine et de loin.

 

Heureusement il y a eu des jours meilleurs, même si on fut loin de souffrir de la chaleur! Je garderai un souvenir particulièrement agréable d'une virée de 160km avec des coureurs du CC Rennais rencontrés à l'hôtel et ma foi fort sympathiques. Mais ils habitent un peu loin pour les revoir souvent, snif.

 

J'ai aussi beaucoup apprécié un petit quart d'heure le vendredi matin, où Jules faisait un contre-la-montre en côte avec ses potes du triathlon, pendant lequel je me suis mis dans sa roue pour voir comment il s'y prenait. J'ai pu lui donner des consignes en direct (baisse-toi, descends une dent, debout, tu roules à 24, 25...), c'était un moment privilégié qui m'a fait penser à ce que peut transmettre un directeur sportif dans l'oreillette d'un coureur.

 

Après ce contre-la-montre les jeunes ont voulu aller "revoir" un mur d'1km à 17% de moyenne avec passage à 22...Je l'ai trouvé presque "facile" car on avait vent de dos. "Facile" à 8km/h quand même dans certains passages :-) . La route qui suit est une récompense en soi: crêtes dégagées, vue sur la mer et tout le reste, pas de voitures, et une descente de 3km "pour vététistes" sur route où Jules et moi nous amusions à sauter les racines qui boursouflent le bitume, tandis que d'autres étaient beaucoup plus sur les freins (je peux les comprendre!).

 

On logeait dans un de ces hôtels (Platja Park) "usine à touristes" (à touristes âgés) dont j'ai du mal à imaginer quelles activités ils font durant la journée (je verrai ça quand j'aurai 30 ans de plus :-) . Le genre d'endroit où la restauration vous "permet" de prendre 3kg en rien de temps si on n'y prend garde. J'y a pris garde.

 

Sur la fin du stage mon pouls est descendu à 42, ce qui est pas trop mal mais loin de valoir les 33 atteints en 1995, ma meilleure année en élite (c'était au 20ème siècle, une éternité...). Avec l'âge on perd en Fcmax et on monte en Fc de repos, quel chantier...Restons zen sinon le pouls va monter :-) .

 

Ce week-end j'aurais voulu faire l'ouverture de la coupe Grand-Est XCO mais mon fils Jules fait un duathlon et je veux le voir...Alors je ferai la partie vélo en relais, j'ai trouvé un jeune équipier, ce sera sympa. J'aurais 20km à parcourir, j'essaierai de ne pas y passer plus de 30 minutes...Wait and ride.

 

A bientôt!

 

 




Un des moments où il faisait beau


Imprimer cet article Imprimer cet article