Froome?

Article publié dans la rubrique Dopage

Cet article parle de : , ,

Chris Froome a donc réalisé une remontada rarement vue lors de l'antépénultième étape du dernier Tour d'Italie. Et, bien sûr, les commentaires incrédules ont fleuri. Ce que je peux largement comprendre. Néanmoins j'ai une lecture assez différente de ce qu'a réalisé Froome:



* Il chute avant le prologue, puis quelques jours plus tard, chaque fois du côté droit, et perd du temps au classement général. On peut aisément imaginer les quelques mauvais nuits qu'il a dû passer, qui pénalisent beaucoup dans une course à étapes où la qualité du sommeil est le facteur numéro un de récupération. Pendant ce temps-là Yates fait un festival et cela n'entraîne pas de commentaires particuliers.


* Froome remporte l'étape du Zoncolan vers la mi-Giro, c'est typiquement le genre d'étape qui lui était promise sur le papier, il a commencé à récupérer de ses chutes...Ce jour-là celui qui m'a étonné c'est Yates. En effet il tirait un braquet trop gros selon moi et malgré tout il lâche très peu de lest. Mais ce jour-là je me suis demandé combien d'étapes il allait encore tenir en tirant "trop gros" dans les ascensions...


* Froome est toujours très fort en troisième semaine de Grand Tour. C'est une caractéristique que l'on retrouve chez tous ceux qui gagnent des grands tours, ce sont de très gros moteurs, qui récupèrent plus vite que les autres, c'est une des raisons principales pour lesquelles ils remportent ce genre d'épreuve, alors que sur une semaine ils sont nettement plus "prenables".


* En 2011, sur la Vuelta (Tour d'Espagne) Froome avait déjà réalisé un exploit énorme. En effet il était au service de Wiggins, qu'il emmenait chaque jour le nez dans le vent pendant des heures (il a joué e rôle d'équipier pendant des années chez Barloworld puis chez Sky, il sait ce que c'est que rouler 100 bornes devant, à la différence d'un Armstrong par exemple qui ne l'a jamais fait). Or dans cette Vuelta, non content d'emmener Wiggins toute la journée, il finit par prendre le maillot de leader! C'est là que Sky s'est vraiment rendu compte du "moteur" qu'ils avaient entre les mains...et c'est aussi la source des tensions Froome - Wiggins au Tour de France 2012 (Wiggins leader malgré un Froome plus fort que lui en montagne...). Tout cela pour dire que Froome a souvent fait 80km devant tout le monde, le nez dans le vent...


* Analysons maintenant la manière dont il a repris 3'20 à Dumoulin: Poels puis Elissonde se mettent à bloc dans la première moitié du col de Finestre, puis à mi-col Froome place une grosse accélération assise comme il sait le faire. Il prend directement 10 secondes, puis plafonne, reste un moment à 10-15'', puis reprend seconde par seconde pour atteindre le sommet avec 40 secondes d'avance sur un groupe qui va très mal fonctionner, chacun ayant des intérêts divergents. Déjà, dans le Finestre, Pinot passe très peu car il sait que son équipier Reichenbach peut rentrer et l'aider dans la vallée. Carapaz et Lopez ne roulent jamais, ils visent l'étape si Froome est repris, voire la place de 3 au général pour Lopez si Pinot craque, et se font la guerre pour le maillot de meilleur jeune...Dumoulin ne trouvera pas d'aide de ce côte-là, à son grand désespoir. Pire, en attendant Reichenbach dans la descente sur Sestrières le groupe perd 45'' de plus sur Froome, qui entame la montée sur la station avec environ 1'30 d'avance! Froome fait son "contre-la-montre" sans à-coups, les poursuivants s'entendent très mal, et Reichenbach, revenu avec les poursuivants, fait ce qu'il peut mais on voit bien qu'il est cuit (et comme Reichenbach roule Pinot ne roule plus, il laisse le travail à son équipier). Bilan: 2 poursuivant roulent: Dumoulin qui craint de se faire contrer pr Pinot - Carapaz - Lopez, et Reichenbach qui est cuit..puis qui se fait relâcher dans la descente qui suit Sestrières! Le groupe l'attend à nouveau et Froome reprend 30'' sans forcer! Froome est informé de tout cela via les oreillettes, à ce moment-là il dit avoir le moral gonflé à bloc...Quand Reichenbach revient dans le groupe de chasse il est vraiment "fini" et il saute dès les premiers mètres de la dernière ascension. Dans cette ascension Froome fait le même temps que Dumoulin et perd une trentaine de secondes sur Carapaz (un peu moins sur Pinot - Lopez). Une seule chose m'étonne: Froome jette son bidon et fait la montée sans boire, il s'asperge juste avec une bouteille passée par une spectatrice. Mais au final Dumoulin a été si peu aidé qu'il a fait pratiquement autant d'efforts devant que Froome dans cette étape! C'était presque un un-contre-un. Et Froome est logiquement plus fort que Dumoulin en montagne...


* Par ailleurs Froome a roulé "libéré", seul, à son rythme, alors que Dumoulin a traîné un groupe prêt à le contrer à la moindre occasion (ça n'a pas manqué à l'arrivée) et un équipier FDJ (Reichenbach) qui passait quelques relais "épuisés".


* Alors où est l'exploit? A mon avis il est surtout MENTAL. Oser s'isoler à 80km de l'arrivée pour reprendre un maillot de leader d'un grand tour c'est très fort. Mais C'était la seule solution pour espérer reprendre plus de trois minutes (ç'aurait été strictement impossible de les reprendre seulement dans la dernière ascension). On a entendu parler de recherches de Sky sur des manières de stimuler le cerveau pour aller plus loin dans l'effort et / ou le trouver moins pénible. La performance de Froome m'a fait repenser à ces recherches. Mais je rappelle que ce coureur, à la différence de nombreux leaders, a été habitué à rouler longtemps le nez dans le vent...Y compris avec ce qu'il faisait à l'entraînement seul au Kenya. Lisez "Mon ascension", c'est édifiant...

Imprimer cet article Imprimer cet article