Les Crapauds et le C3F…

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , ,

Cette nuit j'ai dormi 13h! Et encore, j'aurais peut-être fait mieux si, à 10h du matin, ma femme

n'était pas rentrée à la maison bruyamment, croyant que j'étais sorti...Je dormais depuis la veille à 21h.


Je conserverai un souvenir "étrange" de ces 24h des Crapauds 2018: tout d'abord une grande gratitude envers Marc Thiriat, Président du Canner 3 Frontières (C3F) VTT, avec qui s'est instaurée une relation amicale depuis quelque temps, et qui m'a invité ainsi que mon fils Jules à courir ces Crapauds 2018, moi au sein d'une équipe de quatre adultes, Jules au sein d'une équipe de cinq jeunes. Jules a dit OK malgré sa très maigre pratique actuelle du vtt (mais il a une très bonne condition physique avec le triathlon + volley + pêche). Marc et les C3F viendront à leur tour chez moi pour un stage technique et découverte des singles du Vallage...Ainsi va l’amitié entre vététistes.

 

La dernière et seule fois où j'étais venu courir les Crapauds, c'était en 2010 je crois. J'avais fait l'épreuve en solo, parcouru 300km et 7000D+ et terminé épuisé en sachant pourquoi...Cette fois j'ai eu le sentiment d'être tout aussi "mort" en roulant seulement 7 fois (l'équipe a fait 28 tours). J'ai fait le départ avec une jolie poule sur la tête et du foin sur le vélo (le thème était la campagne)...et roule ma POULE! J'avais le N° 286, autant dire que les 3 premiers kilomètres ont donné lieu à une flopée de dépassements chauds! Vers le km 2 j'ai dit à Théo Weber, parti juste à côté de moi "C'est pire qu'en coupe de France!". Puis il est parti devant, est remonté jusqu'à la 3ème place scratch avant de crever et terminer quand même 5ème de ce premier tour. Moi j'ai remonté jusque vers la 18-20ème place (je ne sais plus exactement), avec, déjà, une sensation de difficulté terrible dans le dernier quart d'heure de cette première rotation.

 

La deuxième rotation a été meilleure (47 minutes), comme si la première m'avait un peu débloqué), puis les trois suivantes ont été faites à la lampe et j'avais l'impression de ne pas oser forcer dans le technique (53' - 54' - 53'). Surtout, j'avais aux jambes...même pendant mes phases de repos allongé, où paradoxalement j'ai très peu fermé l’œil. Du coup j'ai eu la sensation de me "consumer", et au retour du jour je n'ai peu faire mieux que 49 et 51 minutes.

 

Le pire est venu ensuite: une fatigue immense, au point qu'avant de repartir, alors qu'on discutait assis à une table sous le grand chapiteau, j'ai dû mettre la tête dans mes mains et "comater" quelques minutes...Puis j'ai réussi à conduire une heure avant de repasser le volant à ma femme plutôt que de mettre la voiture dans le canal :-)

 

Du coup j'ai eu la sensation de ne pas pouvoir profiter de l'ambiance "Crapauds", qui vaut pourtant la peine d'être vécue!

 

Néanmoins, après avoir fait mon dernier tour, je suis allé dans la forêt voir Jules rouler. Quand il est passé je l'ai suivi une dizaine de minutes, le temps de constater qu'il pédalait bien (il faisait ses tours en 1h) et surtout qu'il était très fluide en descente et dans toutes les sections techniques! S'il avait la puissance requise il ferait un très bon coureur xco! Mais en ce moment c'est triathlon - volley - pêche (et un peu "Manon" aussi :-)   )

 

 





Avec Jules...et un maillot "invité" du C3F VTT, merci Marc!












Avec Benjamin Weiss, maître logistique du "C3F - Crapauds" !










VTT, sport des champs!










Jules in the night...










Les Crapauds forment la jeunesse







Au bout du compte, je suis heureux d'avoir couru ces Crapauds en compagnie aussi sympathique, et dans le même temps je me pose des questions sur mon état général. Le 10 mai à Sommedieue j'avais déjà trouvé que j'étais bien entamé...Wait and recup and see...

Imprimer cet article Imprimer cet article