4,5% de masse grasse?

Article publié dans la rubrique Entraînement

Cet article parle de : , ,

Hier j'emmène mon fils Jules au Centre Médico Sportif de Chaumont pour une affaire de surclassement au volleyball. Parmi les examens pratiqués il y a une mesure de sa masse grasse: un joli 5%.


Je demande si on peut me faire le test, qui donne...4,5% .


Avec cette valeur je suis dans le (très) haut du panier, prêt à remporter une étape de montagne au Tour de France (ou un championnat du monde Masters dans quatre jours en Andorre :-)   )




Pourtant il y a de nombreuses raisons de relativiser. En voici quelques-unes:



* L'opérateur a choisi pour moi le mode de calcul "athlétique", qui, sans entrer dans les détails, suppose une quantité de masse maigre importante dès le départ. Avec le mode de calcul "sédentaire", j'obtenais...13,2%! Et pour couronner le tout le 25 juin 2017 j'avais fait un test sur une machine Herbalife qui avait conclu à un taux de masse grasse de 7,6%. Où est la vérité? Quelque part entre ces chiffres...


* L'opérateur m'explique également que le mode de calcul change à partir de 40 ans (ce qui, au passage, peut mettre un bon coup au moral du sportif l'année de ses 40 ans car le mode de calcul utilisé à partir de 40 ans a tendance à rehausser le taux de masse grasse trouvé. Le sportif qui atteint 40 ans doit donc être prévenu de ce changement!)


* Il me parle aussi du caractère opérateur-dépendant de la méthode des plis adipeux (on serre différents plis adipeux du sportif avec des pinces, et en fonction des épaisseurs trouvés à différents endroits on déduit un taux de masse grasse). Tous les opérateurs qui pratiquent le test des pinces ne les positionnent ou ne les serrent pas de la même manière, d'où des résultats différents pour une même personne avec des opérateurs différents.


Tout cela pour dire que, plutôt que de pratiquer différents types de tests et de s'y perdre, il convient de comparer ses données (obtenues avec le même protocole!) d'un test à l'autre, pour voir si l'on a régressé, progressé, stagné. Ce n'est pas toujours simple (exemple: on déménage, on change de lieu et d'opérateur de test, les données s'en trouvent modifiés).

Ce genre de biais est d'ailleurs valable pour bien d'autres mesures: le poids sur une balance (qui varie en fonction de la balance, l'état du sol sur lequel elle repose, la manière dont vous montez dessus...), la puissance (qui dépend de la marque du capteur, de la manière dont il calcule la puissance, du fait qu'il la calcule pour une seule jambe ou chaque jambe...Les différences peuvent être très significatives!), la fréquence cardiaque (qui dépend de tellement de paramètres qu'il serait trop long de les énumérer ici...mais le fait même d'observer comment elle varie en fonction de certains paramètres peut aider à améliorer son mode de vie).



Je parle assez longuement des limites des valeurs obtenues "en labo" dans VTT Rouler plus vite, notamment au chapitre Tests de labo-tests de terrain et je conclue que les tests de terrain, qui intègrent des données pertinentes pour la pratique visée (ex: le VTT XCO) restent les meilleurs pour connaître la valeur d'un athlète dans sa spécialité.


Il n'en reste pas moins vrai que s'entendre annoncer 4,5% de masse grasse à 5 jours des championnats du monde masters, c'est sympa!


En prime le petit ticket de test qui va bien:






Y fait pas gras aujourd'hui...


Imprimer cet article Imprimer cet article