…Presque!

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , , , , , ,

J'ai remporté la coupe de France masters 50 pendant une minute :-) . En effet, au moment de faire le podium du classement général final, Eric Davaine appelle Laurent Molinier 3ème, Stéphane Onésime 2ème...Je suis surpris, je me dis "Ils prennent donc en compte le classement général scratch masters pour nous départager" (avec Stéphane on est à  égalité parfaite 2 victoires et places de 2ème, mais au général final scratch masters je termine 34ème et Stéphane Onésime 40ème). Je monte donc sur la plus haute marche en levant les bras tout en montrant que je suis (agréablement) surpris. Mais on discute entre nous du doute sur le règlement et Benjamin Cadet (coordonnateur général de l'organisation) préfère appeler André Lecat (arbitre principal de l'épreuve). On nous met en retrait en attendant le verdict, qui est finalement en faveur de Stéphane. En cas d'égalité parfaite c'est le meilleur sur la finale qui l'emporte. Or Stéphane remporte cette dernière manche devant moi, il est donc vainqueur du général. On remonte donc sur le podium en changeant de place, mais toujours avec les mêmes sourires car entre nous c'est très sport et très amical. Même si on s'est livré une fort belle empoignade! J'ai été devant le plus souvent, mais sur la fin du 4ème tour complet (on avait 5 tours et demi) j'ai un peu trop forcé dans la dernière côte (j'avais pris 15 secondes à Stéphane), et j'ai abordé la section technique du bois de sapins un peu ""fumé"! J'ai accumulé les erreurs et Stéphane m'a repris là où je pensais augmenter mon avance. Avec le recul je pense que j'aurais dû tourner plus les jambes dans cette ascension, mais une course ne se gagne pas "avec le recul"...

En tout cas ça aura été une belle bagarre avec Stéphane toute l'année, c'est tout aussi sympa que lorsque je dominais ma catégorie.


Le parcours

Parlons un peu du tracé: il aurait pu être très beau...A mon avis il manquait un kilomètre (ou 4 minutes) à dominante technique à placer entre les deux grosses côtes du circuit. Dans la version sur laquelle nous avons roulé il était super-physique (environ 75% du temps passé en montée) et trop court. J'ai eu "mal" pour Théo Weber (vainqueur Open) que je voyais naviguer dans le paquet de doublés à partir du 3ème tour (sur 5), sans moto ouvreuse pour alerter les doublés (la moto évitait certaines sections du parcours) alors que son poursuivant (Aymeric Barthel) était "annoncé" aux doublés par la passage de Théo. Cela avantageait le poursuivant car les doublés étaient sur le qui-vive dès que Théo était passé. Cela aurait pu modifier le résultat final...Cela a peut-être été similaire pour la course Cadets mais je n'ai pas vu cette épreuve, j'étais déjà sur la route du retour.

La cause principale de ce trop grand nombre de coureurs prenant un tour de retard est bien sûr la brièveté du circuit (3,5km). Il y avait aussi un étranglement un peu trop tôt après  le départ, qui aurait pu être évité en écartant d'un mètre les piquets de chaque côté. Mais dans l'ensemble c'était un circuit où l'on pouvait facilement doubler, plus que sur la moyenne des autres circuits, encore plus après que les organisateurs eurent écarté les piquets dans la deuxième côte afin de libérer une deuxième trace qui permettait de doubler dans cette côte (très bonne idée).


A noter, en Élites, la belle confrontation entre le meilleur grimpeur (Joshua Dubau) et le meilleur technicien (Antoine Philipp). Sur ce terrain le meilleur grimpeur l'a logiquement emporté.


En ce qui concerne les durées de course, on peut citer une anecdote amusante pour nous les Masters. Après mon repérage du jeudi je propose à l'organisation 5 tours pour les Masters, du fait de la brièveté du tour (d'habitude on fait 4 tours). Mais le vendredi après-midi des orages s'abattent, le terrain de dégrade et je recontacte l'organisation pour dire que 5 tours me paraît maintenant trop long, mais 4 tours serait certainement un peu court. Je conclus "A vous de voir"...et le samedi matin on nous annonce...5 tours et demi! Frédéric Frech gagne en 1h24, 9 minutes au-dessus du format "1h - 1h15", mais je tiens à préciser que ce n'est pas un problème en fait. On aime pédaler!


Lapierre XR - Hutchinson

Toute l'année je me suis fait plaisir sur ce vtt que je trouve très équilibré (un peu comme moi :-)   ) et d'une grande fiabilité (plus que mon genou droit :-)   ).

De même j'ai énormément apprécié le nouveau Skeleton (gros rendement et bonnes qualités de déformation), mais aux Ménuires j'ai changé de monte pneumatique (sur le sec j'avais prévu Cobra AV - Skeleton AR) du fait des orages, j'ai roulé avec un peu plus de crans: Taïpan AV - Python AR. J'ai un peu trop gonflé (1.5 bar, j'aurais dû mettre 1.3) car ça glissait bien dans le bois de sapins.


2019?

Comme à la fin de 2018, malgré ce genou droit qui me handicape, j'ai envie de continuer les courses vtt xco où je m'amuse bien, d'autant plus que l'ambiance des déplacements est très bonne. Mais je pense que je ferai aussi un peu plus de virées en montagne car ç me retente (si le genou droit accepte bien ce genre d'effort). En revanche il est fort probable que je fasse des coupes dans mes activités bénévoles car je me sens un peu "envahi": président de mon club, VTT Éducatif, stages, Trace Verte, Cross Mélaire (plus bien sûr le boulot les entraînements et la vie de famille)...2018 a parfois été "trop" ! Je ressens un besoin d'air...Rien n'est indispensable, il faut juste savoir modérer. Saurai-je?






Le podium...dans le bon ordre ;-)











Trois acteurs d'une belle bataille !












Grand nettoyage de presqu'automne...




Imprimer cet article Imprimer cet article