Granit Montana, et moi et moi et moi!

Article publié dans la rubrique Course

Cet article parle de : , ,

Je ne ferai pas un compte rendu aussi long que ma Granit Montana. Je ne veux pas écrire pendant 7h14 non-stop...

 

Et puis la Granit Montana il faut la vivre de l'intérieur, les crampons collés à la tourbe et aux blocs de granit, les yeux qui piquent la sueur, l'odeur des champignons parfois, les bêtes du bon dieu écrasées par nos roues (j'en ai vu au moins dix... snif!), les bénévoles aux ravitos, aux carrefours, aux repas, aux inscriptions... Combien y a-t-il des bénévoles à la Granit Montana? Ils sont partout, ont de 10 à 70 ans, ont tous un sourire grand comme ça, j'ai passé l'épreuve à dire des Bonjour et des Merci aux carrefours et aux ravitos!

 

Ce qu'il faut vivre au sens fort c'est le tracé. 6h25 pour les 83km pour le vainqueur scratch, ça fait du 13km/h! Les kilomètres se méritent, mais l'ensemble est grandiose. Encore plus cette année où des pluies diluviennes (40mm!!!) s'étaient abattues sur les Monts d'Ambazac le vendredi soir. Finalement ce n'était pas plus mal, les nombreux ruissellements et flaques nous ont quelque peu rafraîchis alors que la température passait de 13° à 6h30 (heure du départ) à 30° à l'arrivée, avec une hausse sensible de la pression dans les pneus, due à cette augmentation de température.

 

Je me suis déplacé avec Laury Henrissat... vainqueur scratch! Il a commencé par nous faire une "Laury"... Le samedi on prend les plaques de cadre, je fixe la mienne, je lui conseille de fixer la sienne, il me dit qu'il le fera demain. Le dimanche matin il arrive devant la ligne de départ "Merde j'ai oublié de mettre ma plaque!". Retour à la voiture qui est à près de deux kilomètres, pose de la plaque, Laury arrive au départ au moment où le starter lâche les coureurs! Il part donc bon dernier. Au bout de 5km il me rejoint, la tête est une minute devant, je lui conseille de prendre son temps: "Tu rejoindras la tête sans problème vu comme tu descends"... Il va la rejoindre, et malgré une erreur de parcours qui lui coûtera 3 minutes il va finir avec autant d'avance sur son second, Grégory Maillot. Limpide.

 

De mon côté tout va bien pendant 5h30. je "covoiture" avec Julien "VeloVert" Nayener qui tire autant de braquasse que moi je mouline. A nous deux on fait une bonne moyenne de braquets, et une bonne moyenne tout court. On discute pas mal, c'est l'avantage de ces marathons où l'intensité est "basse" (en comparaison d'un xco... en revanche il faut un bon mental!). Puis, alors que Jacky "titane semi-rigide et gros braquets" Leport est revenu sur nous, je me mets à "cramper"... Salut les gars je dois ralentir on se revoit à l'arrivée. Je gère alors 40 minutes délicates avant de repartir mieux sur la fin... et de rattraper des crampes dans le tour du lac final, j'i cru un instant que j'allais terminer à pied!

 

Je termine 14ème scratch en 7h14... bonne journée! Genou droit en vrac... mais discours élogieux sur l'épreuve qui, paraît-il, a ému les organisateurs. Il ne faut pas se tromper, ce sont eux qui ont la tâche la plus difficile, surtout au fil des années où la "répétition du même" peut entamer l'enthousiasme initial. je le souviens encore de mon ras-le-bol après huit éditions de Roc Thonnance de 1992 à 1999...

 

Bref je suis peut-être un bon coureur, mais les organisateurs de la Granit Montana sont, eux, exceptionnels. Je ne sais pas si je pourrai revenir, l'état du genou en décidera, mais je ne regrette pas d'être (re)venu!

 

 



Arrivée, XR et pilote rincés mais heureux (même le XR ;-)







Concentrés sur la tâche!







Podium... je me place astucieusement près des Miss ;-)







Un discours très apprécié paraît-il... surtout un éloge mérité.







La belle entente coureurs - bénévoles...






Imprimer cet article Imprimer cet article