XCO ou grands espaces?

Article publié dans la rubrique Divers

Cet article parle de : ,

La question est posée: qu'est-ce qui me fait le plus rêver?

 

Partir avec mon fils, à la nuit noire pour un blanc sommet?

Ou

Rouler à bloc sur un circuit de trois kilomètres?

 

(Oui, le circuit de l'Alpe-d'Huez fait à peine plus de trois kilomètres)

 

J'ai rêvé d'emmener mon fils Jules au sommet d'un "4000", et nous l'avons fait. De retour au domicile pendant qu'il partait s'égayer en Bretagne et en attendant qu'on le retrouve, je me suis projeté vers le championnat de France VTT XCO de l'Alpe-d'Huez: Lapierre XR, Hutchinson Skeleton, rouleaux Till-Start... Autre ambiance, à la recherche d'un douzième titre de champion de France.

 

Pour quoi faire? Et gravir un 4000, pour quoi faire?

 

Deux projets différents, deux plaisirs imaginés, l'un accompli, l'autre...?

 

Lorsque je m'égare en haute montagne j'ai la sensation que la furie de l'en-bas est absurde. Puis je redescends et m'intègre à celle-ci. Cela vaut mieux que de la  critiquer alors que j'y participe.

 

Aux Gêts, jamais je n'avais vu un tel trafic: rassemblement Harley + coupe du monde XCO-DH + 14 juillet ont formé un cocktail explosif, des bouchons du matin au soir dans cette montagne que nous recherchons en général pour son calme. Pour le calme il valait mieux ma Haute-Marne natale. Pour les animations c'est le contraire. On ne peut pas tout avoir. On ne peut pas avoir envie de "vivre" et ne rien faire (c'est pourtant ce qui serait le plus écologique).

 

Je vais donc retourner à l'Alpe-d'Huez après y être passé en coup de vent vendredi dernier (et avoir découvert un circuit atypique fait d'une montée - une descente, point barre). Je mettrai le cerveau en mode automatique: coucher tôt - petit déjeuner pré-compète - réveil musculaire - préparer les bidons et les roues - passer la tenue de course - échauffement - dernier pipi - "Départ dans moins de 15 secondes"..."rouler plus vite", le plus vite possible, jusqu'à la ligne.

 

Normalement on ne fait pas part de ses états d'âme l'avant-veille d'un championnat de France. On se concentre sur l'objectif, on évacue le reste. C'est bien le signe que j'ai pris beaucoup de recul. Victoire ou pas je sais que rien ne changera, j'aurai toujours cette envie de "vivre"... même si j'ai moins celle de tout donner pour la performance vtt. D'ailleurs je sais depuis une quinzaine de jours que je n'irai pas aux championnats du monde Masters cette année. Pourtant un ami m'attendait à Mont-Saint-Anne. J'y serais allé si ma femme et mon fils avaient pu m'accompagner ce qui n'est pas le cas. Je n'avais pas manqué une édition depuis 2004. Seuls les imbéciles ne changent pas d'avis. J'ai changé d'avis concernant l'utilisation de mon mois d'août, je ne pense pas que je rechangerai d'avis :-) .

 

Je crois que le mois d'août sera sympa... en montagne sûrement. Les grands espaces...

Imprimer cet article Imprimer cet article